La résistance aux antibiotiques : la prochaine pandémieIllustrationIstock
Sommaire

"Les antibiotiques, ce n’est pas automatique". Ce slogan qui a bercé toute une génération s’est installé comme un avertissement contre cette avancée médicale, qui a permis d’augmenter drastiquement l’espérance de vie. Le problème est que l’utilisation massive des antibiotiques a conduit peu à peu les bactéries à s’adapter pour mieux leur résister, entrainant parfois une impasse thérapeutique. L’OMS, Organisation mondiale de la Santé a mis à jour sa liste de bactéries résistantes aux antibiotiques en mai 2024. Une liste qui s’accroît d’année en année. Selon l’agence sanitaire, cette résistance représente la plus grande menace pour la santé humaine. Entre 2016 et 2020, elle a causé le décès d’environ 39 000 individus en Europe selon le centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

" Cette liste, qui cartographie la charge mondiale des bactéries résistantes aux médicaments est essentielle pour répondre à la mise au point d’antibiotiques et de l’accès à ces derniers", déclare la D re Yukiko Nakatani, Sous-Directrice générale par intérim de l’OMS pour la résistance aux antimicrobiens dans un communiqué de presse de l’OMS. "Depuis la publication en 2017 de la première liste, la menace de la résistance aux antimicrobiens s’est intensifiée, affaiblissant l’efficacité de nombreux antibiotiques et mettant en péril bon nombre des acquis de la médecine moderne", indique-t-elle.

"Un antibiotique empêche la formation de l’enveloppe protectrice de la bactérie"

Mais comment se déroule ce processus si abstrait pour la plupart des gens ? Pour bien comprendre le fonctionnement de cet obstacle, il faut repérer comment opère une bactérie. Cet être vivant est présent dans tout notre environnement : aliments, eau, sol, objets. La plupart d’entre elles ne sont pas dangereuses pour la santé humaine, bien au contraire. Mais certaines sont dites pathogènes, c’est-à-dire qu’elles peuvent provoquer des infections. C’est pour cela qu’on a inventé les antibiotiques, une gamme de traitements bactéricides composés de molécules naturelles ou synthétiques qui détruit les microorganismes. "Un antibiotique empêche la formation de l’enveloppe protectrice de la bactérie, agit en bloquant certaines réactions chimiques indispensables à son métabolisme, et en inhibant son matériel génétique" , explique Clémentine Delan-Forino, microbiologiste et chercheuse au CNRS.

"Les bactéries s’échangent leurs gênes pour mieux résister"

La surconsommation des antibiotiques a favorisé l’acquisition de résistance chez les bactéries. Clémentine Delan-Forino explique que les bactéries se sont dotées de mécanismes pour défier plusieurs formes de stress : dont les antibiotiques. Face à ce traitement, elles peuvent donc déclencher une mutation génétique favorisant une résistance, ou échanger des gènes de résistance avec d’autres bactéries. "Ces échanges deviennent problématiques lorsqu’ils en apportent aux bactéries qui n’en sont pas dotées" explique Clémentine Delan-Forino. Les bactéries nécessaires à une bonne santé humaine sont aussi touchées, et peuvent à leur tour transmettre cette résistance à un agent pathogène. Et cette réaction en chaîne inquiète les services sanitaires et les scientifiques.

"L’angine est 70% d’origine virale"

Cette résistance croissante de la bactérie est donc favorisée par l’usage répété et prolongé de l’antibiotique censé la détruire. Depuis le début des années 2000, des campagnes d’information ont donc été mises en place en France pour lutter contre la prise non adaptée de ce traitement. L’hexagone est d’ailleurs le 4ème plus gros consommateur européen selon Santé Publique France. Il faut savoir, par exemple, que les antibiotiques agissent uniquement sur les bactéries et sont inefficaces sur les virus ou les champignons. Le cas le plus courant est l’angine, 70% sont d’origines virales. Des tests rapides existent aujourd’hui pour les différencier.

Mais limiter la consommation humaine n’est pas la seule solution pour lutter contre la résistance : la grande majorité des antibiotiques sont destinés aux animaux pour prévenir les infections et peuvent se transmettre à l’Homme par l’eau et l’alimentation. Il est donc nécessaire d ’être vigilant à nos habitudes alimentaires pour limiter l’impact, notamment en évitant de consommer de la viande et du poisson issu de l’élevage.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.