Qu’il soit choisi ou subi, le divorce fait partie des épreuves marquantes de la vie. S'il est souvent associé (à tort !) à un échec, certains ont néanmoins tendance à le vivre comme une libération, voire un apaisement. Un vécu qui dépend grandement de l'histoire du couple et des raisons de la séparation.

Dans tous les cas, et chez les femmes notamment, ce changement de vie se concrétise souvent par un passage en salon de coiffure pour s’offrir une nouvelle coupe de cheveux. Sarah Zerbib, psychologue et fondatrice du concept Âme Fauve, nous aide à décrypter ce qui est bien plus qu’un simple changement physique, rappelant d’abord qu’il ne faut pas voir le divorce comme un “échec”, mais plutôt comme une “tentative”.

Nouvelle coupe pour une nouvelle vie

Ce n’est un secret pour personne, les cheveux ont une forte portée symbolique. Celle-ci varie, bien sûr, en fonction des différentes cultures et époques, mais ils sont toujours “intrinsèquement liés à l’identité” et font “notre singularité” explique l’experte.

Vouloir opérer un changement majeur à ce niveau n’est donc pas si anodin, et ce, peu importe la nature des événements qui surviennent tout au long de notre vie (séparation, grossesse, nouvel emploi…). Dans le cas d’un divorce, s’empresser de se rendre chez le coiffeur à l’issue de la procédure revêt plusieurs significations. À commencer par le désir de “se réapproprier sa vie” souligne Sarah Zerbib. C’est encore plus vrai quand “l’histoire a duré longtemps” poursuit-elle, “ça aide à remettre du “je” là où il y avait exclusivement du “nous”. Une façon de se recentrer sur soi, en somme.

En découle aussi, pour certaines, le besoin de s’affranchir d’une histoire douloureuse. Le coup de ciseaux implique ici un symbole puissant, voire nécessaire, celui de “rompre avec cette partie de sa vie, en s’accordant ce droit, pourtant fondamental, d’enfin exister comme on l'entend”. Pour mieux comprendre, Sarah Zerbib compare le processus à celui “d’une plante dont on couperait les mauvaises herbes. On lui donne ainsi la chance de repousser sainement, avec à la clef, un avenir meilleur”.

Couper ses cheveux pour reprendre le contrôle de son image

Selon la thérapeute, un changement de coupe, radical ou plus léger, permet plus largement de “se réapproprier son image”. Les différents changements opérés, plus ou moins importants, vont donner à voir “certains aspects de notre personnalité”. Et l’étape post-divorce peut justement être ce moment où l’on a “besoin de changer ce que la société, mais aussi les proches, perçoivent de nous”.

Pour certaines personnes, couper ses cheveux peut aussi répondre à un besoin de séduction, une envie de plaire à nouveau après le divorce et de favoriser de nouvelles rencontres, amicales ou amoureuses.

Pousser la porte d’un salon de coiffure ne marque ni plus ni moins que “le démarrage d’un nouveau chapitre de sa vie” comme aime à le définir la psychologue. Une habitude qu’elle constate principalement chez les femmes, quand les hommes, eux, auront plutôt tendance à “changer de style vestimentaire”.

Sources

Merci à Sarah Zerbib, psychologue clinicienne et fondatrice du concept Âme Fauve. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.