Sommaire

On entend souvent le terme de « passif-agressif » mais que signifie-t-il quand il est associé aux comportements, à la personnalité d’un individu ? Initialement, ce terme a été inventé par un psychiatre américain durant la Seconde Guerre mondiale. Et cela suite à l’observation de soldats qui refusaient passivement d’obéir aux ordres. Ils ne manifestaient ni colère ni mots durs, mais procrastinaient, étaient démotivés ou inefficaces… C’était leur façon d’exprimer leur mécontentement vis-à-vis des ordres reçus. Il s’agissait là d’une insoumission masquée. Ces actes ont d’abord été répertoriés comme un trouble de la personnalité dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM). Mais il a été retiré en 1994 par manque de précision.

Comment reconnaître le passif-agressif ?

Vous avez peut-être croisé ce genre de comportements en famille, au travail, en amour ou en amitié… Ceux-ci étant de véritables freins aux liens sociaux qui peuvent être établis. En action, le passif-agressif dit « oui » mais pense « non ». Difficile alors de savoir comment agir en ces circonstances. Chez les interlocuteurs en résultent de la colère et de l’incompréhension : "pourquoi m’a-t-il dit qu’il m’aiderait s’il ne le souhaitait pas ?".

À ce comportement agressif s’ajoute généralement le déni. Les personnes concernées ne se rendent pas toujours comptent de ce qu’on leur reproche. S’ensuivent logiquement les mensonges et la victimisation. Certaines personnes atteintes de ce trouble se sentent persécutées et critiquent beaucoup leur entourage. Enfin, ces individus ont généralement une tendance naturelle à résister aux changements.

Ce comportement viendrait de blessures subies pendant l’enfance. Un parent tyrannique, un deuil, de trop grosses responsabilités… autant de causes apparemment responsables de ce genre de personnalité une fois arrivé à l’âge adulte. Il s’agit en quelque sorte d’un mécanisme de défense envers ceux que le sujet considère comme agressif ou comme une figure d’autorité.

La psychologue Delphine Wellers précise cependant : "dans ma pratique, je considère l’existence de l’inconscient et sa dimension majoritairement insaisissable. Le terme passif-agressif s’inscrit plutôt dans un comportement, en réaction au lien à l’autre et l’historique conflictuel souvent inconscient autour des non-dits plutôt qu’à une catégorie nosographique (ndlr : classification analytique des différentes maladies en fonction de leur genre, espèce ou encore de leurs caractéristiques) quelconque. C’est pour cela que je pense qu’il est très difficile de saisir la dimension inconsciente de ce conflit, violent pour le conscient. Ce genre de situation nous met très vite face aux limites de notre compréhension de la situation, réinterprétée en quelque chose de plus tolérable pour chaque personne."

Les individus dotés de cette personnalité ne sont pas pour autant des murs fermés à toute communication, il est possible de ne pas envenimer certaines situations, même si le comportement du passif-agressif est inconscient.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Sources

Remerciement à la psychologue Delphine Wellers 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.