Crise cardiaque : plus de risques en cas de ménopause précoce !

Les maladies cardiovasculaires restent la principale cause de décès dans le monde, avec des disparités selon les sexes. Une nouvelle étude vient de mettre l’accent sur un risque accru de rencontrer des problèmes cardiaques après une ménopause précoce. Sont concernées les femmes ménopausées avant 40 ans.

Les femmes ont tendance à déclarer une maladie cardiovasculaire jusqu'à 10 ans plus tard comparé aux hommes. En principe, les problèmes cardiaques augmentent à la ménopause. En effet, on dit que l’œstrogène permet de faciliter le flux sanguin jusqu’au cœur et contracte les vaisseaux. Or, à la ménopause, les niveaux d’hormones œstrogènes baissent.

Une nouvelle étude menée par des chercheurs australiens de l’Université du Queensland sous-entend que les femmes ménopausées avant l’âge de 40 ans présentaient des risques accrus de maladies cardiaques.

Leurs recherches se sont basées sur les données concernant 301 438 femmes issues de cinq pays différents. Les résultats sont unanimes : les femmes ménopausées avant 40 ans auraient 40 % de risques supplémentaires de souffrir de problèmes cardiaques avant 60 ans.

Le tabac et le surpoids accentuent encore plus le risque

"Les femmes de moins de 40 ans qui connaissent une ménopause prématurée sont presque deux fois plus susceptibles de subir une maladie cardiovasculaire avant l’âge de 60 ans, explique ainsi Gita Misha, professeure à la School of Public Health et auteure principale de l’étude. Les femmes ménopausées précocement étaient 40 % plus susceptibles de souffrir d’une maladie cardiaque".

La chercheuse mentionne notamment la crise cardiaque, l’angine de poitrine ou l’AVC.

Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs de l’étude ont compilé les données issues de 15 études observationnelles menées ces dernières années.

"La relation entre la ménopause et les évènements cardiovasculaires n’était pas claire jusqu’à présent, poursuit le Pr Misha. Le tabagisme, le surpoids ou l’obésité vont encore plus accentuer le risque d’accidents cardiaques en cas de ménopause précoce chez la femme".

Ménopause précoce : une espérance de vie plus courte

La ménopause est décidément une phase de bouleversement pour les femmes. Elle s’accompagne généralement de symptômes contraignant comme les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, les insomnies, les troubles de l’humeur et douleurs articulaires.

Des risques de maladies sérieuses sont aussi accentués en cas de ménopause. En plus des maladies cardiaques, on note le diabète de type 2. En octobre 2018, une étude publiée dans Menopause, le journal de la North American Menopause Society (NAMS), affirmait que le risque de diabète de type 2 serait d’autant plus important lorsque la ménopause survient de manière précoce. Ces deux facteurs réunis auraient aussi une incidence négative sur l’espérance de vie.

"Les femmes ménopausées naturellement précocement ont une espérance de vie plus courte, sont plus susceptibles de souffrir de diabète et vivent moins d'années sans diabète que celles ménopausées après l'âge de 45 ans ou même après 55 ans", expliquait JoAnn Pinkerton, directrice exécutive du NAMS.

La ménopause est dite précoce si elle survient avant 45 ans

Moment clé dans la vie des femmes, la ménopause correspond à la période où ces dernières ne peuvent plus avoir d’enfants, suite à l’épuisement normal du stock de cellules reproductrices féminines. La ménopause est dite précoce si elle apparaît avant 45 ans. Chez certaines femmes (1,9%), l'arrêt de l'ovulation peut survenir avant 40 ans, parfois bien plus tôt. On parle alors d'insuffisance ovarienne prématurée (IOP).

L'insuffisance ovarienne prématurée toucherait une femme sur 10 000 avant 20 ans et une sur cent avant 40 ans."

Ses symptômes s’apparentent à ceux de la ménopause : arrêt des règles, bouffées de chaleur, crises de sueur nocturne, sécheresse au niveau de la vulve et du vagin – provoquant des troubles de la sexualité – et des douleurs articulaires.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.