Anévrisme cérébral : le diagnostic

En règle générale, la formation d'un anévrisme cérébral non rompu n'occasionne pas de signe clinique particulier. Certaines personnes font état de quelques maux de tête ou de troubles visuels mineurs. La détection de l'anévrisme se fait donc de manière fortuite au cours d'un examen d'imagerie médicale prescrit pour une autre raison. Les premières manifestations cliniques probantes apparaissent lorsque l'artère dilatée se fissure ou se rompt totalement, provoquant alors une hémorragie plus ou moins importante selon sa localisation. C'est la rupture d'anévrisme.

Anévrisme cérébral : le traitement

La prévention de la rupture constitue le principal traitement de l'anévrisme. Une fois détectée, la poche de sang fait, en effet, l'objet d'une attention particulière afin d'évaluer le risque de rupture qu'elle présente. Il faut savoir que la rupture d’anévrisme cérébral présente un taux de mortalité important. Lorsqu'elle est envisageable, l'option chirurgicale est privilégiée. Deux alternatives opératoires sont envisageables. La première consiste à mettre en place un clip à la base de l'anévrisme cérébral en procédant à l'ouverture de la boîte crânienne. La seconde (endovasculaire) requiert l'introduction d'un cathéter via l'artère fémorale jusqu'à l'anévrisme qui sera alors empli de fils de platine de manière à le boucher totalement.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.