Sommaire

AVC : infarctus cérébral ou hémorragie cérébrale ?

AVC : infarctus cérébral ou hémorragie cérébrale ?Vous avez fait un AVC ? Savez-vous s’il s’agissait d’un infarctus cérébral ou d’une hémorragie cérébrale ? La différence est importante, comme nous l’explique le Dr France Woimant, neurologue à l’hôpital Lariboisière (Paris) et Première vice-présidente de France AVC : "L’infarctus cérébral (ou "accident ischémique") se caractérise par une artère qui se bouche dans le cerveau. Le traitement consiste à fluidifier le sang* pour éviter la récidive. L’hémorragie, qui représente 20% des AVC, correspond à une artère qui se rompt. Il faut alors éviter les traitements fluidifiants sinon le risque de nouvelle hémorragie sera encore plus important."


*Traitements avec des antiplaquettaires comme l’Aspirine ou des anticoagulants.

Ce qu’il faut éviter dans votre assiette

Ce qu’il faut éviter dans votre assiettePour éviter un deuxième AVC, il faut savoir faire les bons choix quand vous passez à table. En clair :
- Opter pour : des fruits et légumes au moins 5 fois par jour, 3 produits laitiers par jour, des féculents à chaque repas, de la viande/poisson ou œuf 1 à 2 fois par jour et boire 1,5 litre d’eau par jour.
- Limiter au maximum : les graisses saturées (surtout viandes, charcuterie, fromages, beurre…), le sucre et les aliments sucrés, le sel, les boissons alcoolisées*, les sodas et boissons sucrées.


*Pour la consommation d’alcool, il est recommandé de ne pas dépasser 2 verres standard par jour pour les femmes et 3 pour les hommes. Il faut éviter l’alcool au moins 1 journée par semaine. Pour les consommateurs occasionnelles, ne pas dépasser 4 verres par évènement.

Pas trop de "mauvais" cholestérol

Pas trop de "mauvais" cholestérolLe cholestérol est une matière grasse contenue dans le sang. Si le "bon" (ou HDL) n’est pas à craindre, le "mauvais" (ou LDL) doit être surveillé de près (alimentation pauvre en graisses, traitement hypolipémiant si besoin).
Pourquoi ? Un taux élevé de LDL cholestérol favorise l’accumulation de plaques de graisses dans les artères qui peuvent les rétrécir et les boucher.

Surveillez votre tension

Surveillez votre tensionPour éviter la récidive d’un AVC, il faut contrôler sa tension et bien prendre le traitement antihypertenseur si on est sujet à l’hypertension. Quand on est hypertendu, il faut aussi surveiller sa consommation de sel.
Pourquoi ? Une pression artérielle élevée durcit et épaissit les artères. Des plaques graisseuses s’y déposent et sous l’effet de l’hypertension (soit la pression exercée), ces plaques peuvent boucher les artères.
Rappel : chez une personne en bonne santé, la pression artérielle doit être inférieure à 140/90mm de mercure (on dit aussi 14/9).

Faites une croix sur le tabac

Faites une croix sur le tabacMême si vous fumez depuis longtemps, il va falloir réussir à renoncer au tabac pour éviter un deuxième AVC. Car ne l’oubliez jamais, chaque bouffée de cigarette vous détend peut-être mais encrasse un peu plus vos artères… qui risquent un jour ou l’autre de se boucher ou d’éclater à nouveau. Et les séquelles peuvent être très lourdes.
La bonne nouvelle : A l’inverse d’un cancer du poumon, vous pouvez revenir à un risque d’AVC équivalent à une personne qui n’a jamais fumé, après 5 à 10 ans d’arrêt. Courage !

Bougez-vous !

Bougez-vous !Vous le savez : l’activité physique protège la santé des artères et est ainsi indispensable. Pour éviter la récidive d’un AVC et quand cela le permet (selon les séquelles de chacun), elle doit être d’une intensité modérée (marche, vélo, natation), durer au moins 30 minutes et se pratiquer tous les jours.

Contrôlez votre diabète

Contrôlez votre diabèteSi vous aviez du diabète avant de faire votre AVC, vous devez le contrôler de façon rigoureuse après (prise de médicaments antidiabétiques, surveillance de la glycémie via un appareil d’auto-mesure, alimentation pauvre en graisses privilégiant les aliments à IG bas).
Pourquoi ? Le diabète rétrécit le diamètre des artères ce qui favorise leur obstruction.

Votre risque de récidive dépend de la cause de votre AVC

Votre risque de récidive dépend de la cause de votre AVCCe n’est pas l’âge ou le sexe qui peuvent déterminer le risque de récidive d’un AVC. C’est avant tout sa cause, comme nous l’indique le Dr France Woimant. La connaissez-vous ?
- L’infarctus cérébral : il peut être causé par des plaques d’athérome qui bouchent l’artère ou dépendre d’une cause cardiaque.
- L’hémorragie cérébrale : elle peut être provoquée par un traitement anticoagulant mal surveillé, une malformation dans les vaisseaux cérébraux ou un traumatisme crânien.
N’hésitez pas à poser des questions au médecin qui vous suit pour bien comprendre.

> Un expert santé à votre écoute !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.