Coronavirus : certains groupes sanguins, plus à risque ?

Une étude vient de faire le lien entre coronavirus et groupe sanguin. En attente de publication, elle suggère que les personnes du groupe A seraient plus vulnérables face à l'infection. Des résultats à prendre avec prudence.
Coronavirus : certains groupes sanguins, plus à risque ?Istock
Sommaire

Alors que le Covid-19 terrorise la France entière, la communauté scientifique internationale est activement mobilisée pour trouver un traitement ou un vaccin. Selon une nouvelle étude, votre groupe sanguin pourrait déterminer vos risques de complications si vous contractez la maladie. Des résultats à prendre avec du recul. Cette recherche doit encore être scientifiquement prouvée et validée par d'autres études.

D'après les chercheurs chinois, les personnes du groupe sanguin A pourraient développer des formes plus sévères du Covid-19. Le risque de mortalité pour ces patients serait donc plus important, si cette étude dit vrai.

"Les patients de groupe sanguin A infectés par le virus SARS-CoV-2 doivent faire l'objet d'une vigilance accrue", assurent les chercheurs.

Les scientifiques ont comparé la proportion de personnes de chaque groupe sanguin (A, B, AB et O) parmi des échantillons de la population et de patients atteints de Covid-19. Parmi les 3 694 personnes sur lesquelles s’appuie l’étude, ils ont noté une répartition d’environ 32 % de groupe sanguin A, 25 % de B, 9 % de AB et 34 % de O. Parmi les 1 775 patients testés positivement au coronavirus à l’hôpital Wuhan Jinyintan, on constate 38 % de groupe sanguin A, 26 % de B, 10 % de AB et 26% de O.

Groupe A : un taux de mortalité de 20 % supérieur selon l'étude

Avec ses collègues des hôpitaux de Wuhan et de Shenzhen, le chercheurs Wang Xinghuan a examiné le cas de patients atteints de coronavirus. Selon ses analyses, les personnes de groupe sanguin A présenteraient un taux de mortalité supérieur de 20 % à celui des autres groupes. Ce constat avait déjà été établi lors de précédentes recherches sur le SRAS en 2003.

En outre, non seulement les patients du groupe A présenteraient plus de risques de complications, mais en plus ils auraient plus de risques de contracter la maladie. "Les méta-analyses sur les données regroupées ont montré que le groupe sanguin A avait un risque significativement plus élevé de COVID-19 par rapport aux groupes sanguins non-A”, annoncent les chercheurs.

Comment les scientifiques expliquent ce résultat ?

Comment expliquer ce phénomène ? Par la présence d'anticorps anti-A, inexistants chez les patients de groupe A et AB. Ces derniers bloqueraient l'interaction entre la protéine de surface du virus et l'enzyme 2 de conversion qui sert de récepteur cellulaire. "Les anticorps anti-A assurent ainsi une protection naturelle contre le virus", expliquait une équipe de chercheurs de l'Inserm (France), dans une autre étude parue en 2008 dans Glycobiology.

À titre de précision, une personne est de groupe sanguin A lorsqu’elle ne possède que l’antigène A contrairement aux individus de groupe B, qui portent des antigènes B. Ceux du groupe AB disposent des deux antigènes. Quant aux personnes du groupe 0, elles n’en ont aucun. En France, environ 38 % de la population est de groupe sanguin A, selon L'Établissement Français du Sang.

À l'inverse, les patients du groupe O, épargnés ?

Les patients de groupe O auraient un taux de mortalité inférieur de 33 %, par rapport aux autres selon l'étude. Même en prenant en compte l'âge et le sexe, ces différences demeurent.

Le groupe sanguin O, “présentait un risque significativement plus faible de maladie infectieuse par rapport aux groupes sanguins non O”, précisent encore les scientifiques chinois.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :