Sommaire

© Adobe Stock

Le tissu sanguin possède la même composition chez tous les individus. Là où des différences apparaissent, c’est au niveau des molécules et des antigènes que contient notre sang. Ces éléments peuvent varier d’une personne à l’autre. Pour pouvoir réaliser des transfusions en toute sécurité, le sang a donc été classifié en plusieurs grands groupes, fondés sur les systèmes ABO et Rhésus.

Le premier a permis de définir “quatre groupes sanguins, selon la présence ou non de deux antigènes, A et B, à la surface des globules rouges”, indique l’établissement français du sang.

  • Groupe A : le sujet possède l’antigène A et des anticorps anti-B.
  • Groupe B : le sujet possède l’antigène B et des anticorps anti-A.
  • Groupe AB : le sujet possède les antigènes A et B, mais aucun anticorps anti-A ou anti-B.
  • Groupe O : le sujet n’a pas d’antigène A ou B, mais il possède des anticorps anti-A et anti-B.

“Le système Rhésus (ou RHD) détermine quant à lui, selon la présence ou l’absence de l’antigène D sur les globules rouges, si un individu est Rhésus positif (+) ou négatif (-)”, ajoute l’EFS.

Pour être un succès, les transfusions doivent obligatoirement être réalisées entre un donneur et un receveur compatibles. Si des anticorps anti-A viennent se fixer sur des antigènes A, par exemple, les cellules peuvent s’agglutiner, voire se détruire. Idem avec le groupe B. Peuvent s’ensuivre des réactions cliniques dramatiques.

Maladies cardiaques : le groupe O moins à risque

L’intérêt des groupes sanguins ne se limite pas, toutefois, aux seules transfusions sanguines. Ils auraient également un impact direct sur notre santé. De récentes théories laissent entendre que la composition de notre sang pourrait nous protéger contre certaines maladies, et nous prédisposer à d’autres.

Une étude chinoise, pré-publiée le 27 mars, a notamment suggéré que les personnes du groupe A seraient plus vulnérables face au Covid-19. Mais qu’en est-il des autres maladies ?

Le diabète, plus fréquent chez les groupes A et B

De précédents travaux ont montré une plus grande occurrence du diabète de type 2 chez les personnes de groupes sanguins A et B. À l’heure actuelle, les chercheurs ne savent pas encore pourquoi.

Ces groupes ne semblent pas non plus avantagés en matière de santé vasculaire. En effet, la thromboembolie veineuse semble plus fréquente chez les individus du groupe A, B et AB. Celle-ci correspond à la coagulation dans une veine profonde - comme celles des jambes. Ces caillots migrent parfois jusqu’aux poumons : on parle alors d’embolie pulmonaire.

Bonne nouvelle, en revanche, pour les personnes du groupe O. Ces derniers seraient en effet moins à risque de développer une maladie coronarienne. Cela pourrait être dû au fait que les autres groupes sont plus enclins à avoir un taux de cholestérol élevé, ou des quantités plus élevées d'une protéine liée à la coagulation.

Quant au risque d’accident vasculaire cérébral, il est plus important pour le groupe sanguin AB. L’une des hypothèses avancées par les médecins est que ce type de sang est plus susceptible de coaguler que les autres.

Cancers digestifs : plus fréquents chez 3 groupes

Cancers digestifs : plus fréquents chez 3 groupes © Istock

Des études ont montré un lien entre les groupes sanguins et les cancers de l’estomac et du pancréas. Les personnes des groupes A, AB et B seraient plus à risque de développer ces deux maladies.

Pour les chercheurs, cela pourrait être dû au fait que les infections à H. pylori sont plus fréquentes pour les individus des groupes A et B. Cette bactérie, que l'on trouve généralement dans l'estomac ou les intestins, peut provoquer une inflammation et des ulcères.

Mais en matière d’ulcères gastroduodénaux, justement, ce sont les personnes du groupe O qui sont les plus à risque. Ces plaies ouvertes, particulièrement douloureuses, peuvent apparaître sur la muqueuse de l’estomac ou sur celle qui tapisse le haut de l’intestin.

Mémoire : mieux vaut ne pas être du groupe AB

Mémoire : mieux vaut ne pas être du groupe AB© Adobe Stock

Une petite étude a montré que les personnes ayant des problèmes de mémoire étaient plus susceptibles d’appartenir au groupe sanguin AB.

Niveau stress, ce sont les individus du groupe A qui sont moins bien lotis. En effet, le stress augmente le niveau de cortisol dans l’organisme - on la surnomme d’ailleurs “l'hormone du stress”. De manière générale, les personnes du groupe A ont tendance à avoir plus de cortisol. Elles peuvent donc avoir plus de difficultés à gérer des situations stressantes.

Espérance de vie : le groupe O sort du lot

Espérance de vie : le groupe O sort du lot© Istock

Des études ont montré que les personnes du groupe O ont plus de chances de vivre vieux. Pour les experts, cela pourrait s’expliquer par le risque réduit de maladies cardiovasculaires chez ces individus.

Le sang du groupe O pourrait aussi avoir un rôle protecteur contre le paludisme. Le parasite qui provoque cette maladie, contracté lors d’une piqûre de moustique, a en effet plus de mal à s’attacher aux cellules sanguines de type O.

Revers de la médaille, les femmes de ce groupe pourraient avoir un peu plus de difficultés à procréer. Si votre groupe sanguin ne peut pas prédire si vous allez tomber enceinte, il peut toutefois influer sur votre fertilité. Une étude a justement montré que les femmes ayant un nombre plus réduit d’ovules sains étaient plus susceptibles d’avoir du sang de type O. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour comprendre pourquoi.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

How Your Blood Type Can Affect Your Health, WebMD.

Relationship between the ABO Blood Group and the COVID-19 Susceptibility, medRxiv, 27 mars 2020. 

Groupes sanguins et compatibilité, EFS. 

mots-clés : Diabète, Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.