Avoir une alimentation trop salée aurait un impact sur notre système immunitaire. Selon une étude publiée le 28 avril dernier dans la revue Circulation, des quantités élevées de sodium dans le sang affecterait la façon dont un certain type de globules blancs se prépare à réagir lorsqu'il détecte une cellule malsaine. Il s'agit des phagocytes qui participent à votre défense immunitaire. En pratique, selon les chercheurs, la consommation de sel "perturbe la chaîne respiratoire des cellules, les amenant à produire moins d’adénosine triphosphate et à consommer moins d'oxygène", explique Sabrina Geisberger, autrice principale de l'étude.

Dans cette nouvelle étude, les scientifiques ont en effet cherché à étudier le métabolisme des cellules immunitaires qui avaient été exposées à de fortes concentrations de sel. L'étude précise que l'adénosine triphosphate (ATP) est "le carburant universel qui alimente toutes les cellules", fournissant de l’énergie pour la puissance musculaire et la régulation métabolique. Or l'ATP est produite par des mitochondries grâce à la respiration cellulaire. Cette même chaîne respiratoire qui est ralentie en cas de consommation de sel. Cela signifie que si un taux élevé de sodium dans le corps entraîne une pénurie d'ATP, cela peut affecter la maturation et le fonctionnement des globules blancs. Or ils sont responsables de la réponse immunitaire du corps.

5 à 6 grammes de sel par jour maximum

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont mené deux expériences distinctes. Comme le rapporte Pourquoi docteur, la première consistait à donner six grammes de sel sous forme de comprimés à des hommes en bonne santé en plus de leur alimentation normale pendant 14 jours. La seconde a consisté à mesurer le taux de monocytes dans le sang de volontaires après qu'ils aient mangé une pizza cuisinée dans un restaurant italien contenant dix grammes de sel. Résultat, dans les deux cas, les chercheurs ont constaté une diminution de l'activité des mitochondries. Néanmoins, l’effet était visible trois heures après le repas pour les pizzas, mais avait quasi-disparu huit heures après. L'effet de la perturbation immunitaire est donc passager, mais pourrait entraîner des pathologies à long terme.

"La première chose à laquelle vous pensez est le risque cardiovasculaire, mais plusieurs études ont montré que le sel peut affecter les cellules immunitaires de diverses manières", conclut Markus Kleinewietfeld. Il assure que "si un mécanisme cellulaire aussi important est perturbé pendant une longue période, cela pourrait avoir un impact négatif et entraîner des maladies inflammatoires des vaisseaux sanguins, des articulations ou encore des pathologies auto-immunes".

Selon cette étude, les experts en nutrition recommandent aux adultes de limiter leur consommation quotidienne à cinq à six grammes de sel au maximum. Un calcul qui inclut le sel caché dans les aliments transformés. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) estime qu'un apport est correct à 6 g de sodium par jour. Il n'y a ainsi aucun risque d’être en excès et d’augmenter vos risques cardiovasculaires. En prenant l’habitude de déguster des plats faits maison, vous pourrez éviter les surplus de sodium, en ne rajoutant pas de sel. De son côté, l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) va encore plus loin en indiquant que 3 g de sodium par jour est un taux satisfaisant et sans danger.

Sources

Salt Transiently Inhibits Mitochondrial Energetics in Mononuclear Phagocytes, Circulation, 28 février 2021. 

https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/CIRCULATIONAHA.120.052788

Trop de sel perturbe l’activité des cellules immunitaires, Pourquoi docteur, 2 mai 2021. 

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/36188-Trop-sel-perturbe-l-activite-cellules-immunitaires

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.