Les pires aliments de votre frigo

Certifié par nos experts médicaux MedisiteTeneur en sucre et en graisses, présence d’additifs controversés, risque de contamination par des bactéries… Certains aliments de votre frigo sont loin d’être bons pour votre santé. On fait le point sur ceux dont il faut se méfier, avec le nutritionniste Raphaël Gruman.

Tous les produits qui se trouvent dans votre frigo ne se valent pas, tant d’un point de vue nutritionnel que sur le plan sanitaire. Certains font exploser votre apport calorique, et peuvent donc vous faire grossir - avec tous les risques qui accompagnent le surpoids, comme le diabète, l’hypertension, les problèmes cardiaques...

D’autres s’avèrent dangereux par leur composition, notamment la présence d’additifs potentiellement cancérigènes. Enfin, certains aliments sont plus à risque d’être contaminés par des parasites (ténia) ou des bactéries (salmonelles, listeria...). Nous avons interrogé le nutritionniste Raphaël Gruman, afin de faire le point sur les aliments les plus nocifs de notre réfrigérateur.

Les aliments qui peuvent être contaminés par des bactéries

Il y aurait entre 1,28 et 2,23 millions d’intoxications alimentaires chaque année en France. Celles-ci occasionnent plus de 15 000 hospitalisations par an, et sont parfois fatales. Salmonella, Listeria, Campylobacter, Escherichia coli… Plusieurs bactéries peuvent être en cause. Certaines vont pénétrer et se multiplier dans le tube digestif, on parle alors d’invasion. D’autres sécrètent une toxine qui se diffuse dans l’organisme et peut provoquer des lésions rénales ou cérébrales.

Intoxications alimentaires : certaines personnes sont plus à risque

La plupart du temps, les intoxications alimentaires se traduisent simplement par les symptômes d’une gastro-entérite (maux de ventre, diarrhée, vomissements, fièvre), qui disparaissent d’eux-mêmes au bout de quelques jours.

Néanmoins, des complications peuvent survenir chez les femmes enceintes, les jeunes enfants, les personnes âgées et les patients immunodéprimés. Ces personnes doivent donc être particulièrement prudentes quant aux aliments à risque d’être contaminés, et éviter de les consommer. Chez les sujets en bonne santé, ces produits ne sont pas à bannir, mais nécessitent quelques précautions en matière de conservation et de préparation : respect des dates limites, lavage des mains et des ustensiles, cuisson à cœur, etc.

Les aliments dont il faut se méfier

Parmi ces aliments, on peut citer la viande crue, le poisson cru ou fumé, les coquillages ou encore les dérivés d'œufs crus comme la mayonnaise, la mousse au chocolat ou le tiramisu. Ils sont non seulement susceptibles d’être contaminés par des bactéries, mais aussi par des vers, comme le ténia.

Les fromages au lait cru ou à croûte fleurie, le tarama, la charcuterie et les graines germées crues font aussi partie des aliments les plus à risque de provoquer une toxi-infection alimentaire.

Les aliments ultra-transformés, riches en additifs potentiellement cancérigènes

Les aliments transformés sont de plus en plus décriés, en raison des risques qu’ils représentent pour la santé. Ainsi, une étude publiée en mai 2019 dans le British Medical Journal a révélé que consommer des produits industriels augmente de 12 % le risque de maladies cardiovasculaires.

Une seconde étude, menée par des chercheurs de l’Université de Navarre et publiée à la même période, montre que consommer plus de quatre portions par jour d’aliments ultra-transformés augmente de 62 % le risque de décès prématuré.

Les interactions entre les additifs peuvent être dangereuses

Outre leur qualité nutritionnelle moins favorable que celles des produits bruts, les aliments transformés sont souvent riches en additifs, dont un certain nombre est suspecté d’être cancérigène.

“Colorants, exhausteurs de goût, édulcorants… Si chacun d’entre eux, pris séparément, est dosé pour ne pas dépasser un certain seuil, c’est la synergie entre tous ces additifs qui est à craindre”, explique Raphaël Gruman. “Nous n’avons pas, à l’heure actuelle, suffisamment de recul pour évaluer l’impact de ces interactions, mais cet ‘effet cocktail’ est fortement suspecté de causer des cancers”.

Les acides gras trans augmentent le risque de cancer et d’Alzheimer

Le nutritionniste recommande également d’éviter les acides gras trans, que l’on trouve principalement dans les biscuits du commerce, mais aussi dans les produits de panification, comme les pâtes à tarte ou à pizza prêtes à dérouler, ou encore dans la margarine.

Une étude, publiée en octobre 2019 dans la revue Neurology, a mis en évidence un lien entre les acides gras trans et le risque de maladie neurodégénérative. Parmi les 1 628 adultes analysés, ceux qui présentaient un taux de graisses trans élevé dans leurs analyses sanguines étaient jusqu’à 74 % plus susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer - ou un autre type de démence.

En outre, ces acides gras augmentent aussi le taux de mauvais cholestérol et le risque de cancer. En 2008, deux équipes de chercheurs français ont montré que le risque de cancer du sein est pratiquement doublé chez les femmes qui présentent des concentrations élevées de graisses trans dans l’organisme.

Naturellement présentes dans certains aliments, comme la viande ou les produits laitiers, les graisses trans peuvent aussi se former de manière artificielle : c’est là qu’elles sont les plus mauvaises. Elles se fabriquent lorsqu’on fait chauffer des huiles végétales à haute température, au cours de procédés industriels comme dans les préparations maisons. Ainsi, tous les plats frits en contiennent.

Les aliments qui font grossir

Certains produits présents dans votre frigo sont aussi des bombes caloriques, très néfastes pour votre ligne. Là encore, la nourriture ultra-transformée est à éviter le plus possible, indique Raphaël Gruman. Selon une étude publiée en mai 2019 dans le journal Cell Metabolism, elle vous ferait avaler 500 kcal supplémentaires par jour.

Plats préparés, nuggets, poisson pané, desserts lactés, cordons-bleus… Tous ces aliments sont donc à éviter le plus possible, dans la mesure où “ils contiennent beaucoup de graisse, de sucre et de sel”, précise le nutritionniste.

Pour rappel, les sodas et boissons sucrés - comme les jus de fruits - rentrent aussi dans cette catégorie. Un soda contient en moyenne 5 à 7 morceaux de sucre par canette. Quant aux jus de fruits - même sans sucre ajouté - une étude de mai 2019 a révélé qu’ils augmentent de 24 % le risque de décès prématuré.

Les sauces toutes prêtes sont très grasses et salées

Le spécialiste met aussi en garde contre les sauces toutes prêtes : mayonnaise, ketchup, mais aussi béarnaise, sauce tartare, vinaigrette du commerce… “Ce sont des préparations industrielles qui contiennent beaucoup d’additifs, de graisses et de sel. Elles peuvent donc causer des problèmes d’hypertension”. Il précise que “le ketchup, lui, n’est pas gras, mais il est très sucré : une cuillère à café contient l’équivalent d’un carré de sucre”.

Côté dessert, les yaourts aromatisés sont aussi riches en sucre : “environ trois cubes par pot”. Quant aux crèmes desserts, elles sont grasses ET sucrées. “Mieux vaut opter pour un yaourt nature, agrémenté d’un fruit frais coupé en morceaux ou d’une cuillerée à café de confiture”, recommande Raphaël Gruman.

Les produits allégés en matières grasses… contiennent plus de sucre !

Les produits allégés ne sont pas forcément meilleurs. “J’essaye de les bannir chez mes patients”, précise le nutritionniste. “On ajoute souvent des additifs pour épaissir les yaourts à teneur réduite en matières grasses, sinon ils seraient très liquides, ainsi que du sucre pour leur donner du goût. Et comme ils ne rassasient pas, on a tendance à en consommer plus”.

Obtenez votre bilan minceur gratuit !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci au nutritionniste Raphaël Gruman, fondateur de la Méthode Gruman

Les acides gras trans augmentent le risque de cancer du sein, Revue Médicale Suisse, 2008. 

La rédaction vous recommande sur Amazon :