Sommaire

Selon l’OMS, 70 % des hommes et 80 % des femmes souffrent de maux de tête de manière occasionnels ou répétés. Le terme "céphalée" est le terme qui désigne le mal de tête, affirme le Dr Daniel Scimeca, médecin homéopathe. Cette céphalée peut révéler une migraine mais aussi une algie vasculaire ou encore une céphalée de tension". La céphalée est donc uniquement un symptôme qui doit être analysé pour mener à un diagnostic.

L’association La Voix des Migraineux estime qu’une personne sur cinq souffre de migraine. "C’est la plus connue des céphalées. Elle est liée à un problème de circulation dans les vaisseaux des méninges et du cerveau", ajoute le Dr Scimeca.

Migraine ou maux de tête ? Comment savoir ?

La migraine est une maladie neurologique invalidante, dont les crises sont fréquentes et difficiles à contrôler. La crise de migraine est différente d’un simple mal de tête car elle s’accompagne d’autres symptômes comme la nausée, les vomissements et la sensibilité aux sons et lumières. La sensibilité aux odeurs, les étourdissements, la douleur cervicale et les difficultés à se concentrer sont des symptômes fréquents.

D’après le Dr Scimeca, la migraine est, en principe, génétique. "Elle est donc aussi inévitable que la couleur de nos yeux ou celle de nos cheveux. Elle se caractérise par une hypersensibilité des vaisseaux du cerveau et des méninges. Si le côté droit est prépondérant, il peut osciller d’une crise à l’autre".

"Un mal de tête peut être dû dans certains cas à des causes nécessitant un traitement particulier et rapide, renchérit le Dr Scimeca. Face à des douleurs qui se répètent, il convient de consulter un médecin afin d’obtenir un diagnostic". Si la migraine est très fréquente, il y a 200 autres causes qui expliquent les maux de tête. Voici certains signes qui doivent vous alerter.

Sensation de pression autour de la tête, comme si vous portiez un casque : céphalée de tension

"Les céphalées de tension sont la cause la plus courante de maux de tête chez l’adulte", déclare le Dr Scimeca. Elles n’ont rien à voir avec la pression artérielle mais avec toutes les sources de stress de votre vie.

La douleur sera globale et ne touche pas qu’un seul côté. "C’est une douleur en casque, ou une sensation de pression douloureuse dans toute la tête, décrit le praticien. On peut aussi ressentir comme un bandeau serré autour du front. Contrairement à la migraine, il n’y a pas de signes visuels ni de nausées ou vomissements".

Les céphalées de tension peuvent apparaître lors d’un changement radical du mode de vie, un changement de travail, un traumatisme psychologique ou un surendettement... Tout évènement négatif, source d’angoisses. Par-dessus tout, les téléphones portables sont, en grande partie, responsables de ce type de maux de tête. "Le fait de téléphoner de manière prolongée en se déplaçant est une agression pour le cerveau".

"Chaque matin en France, on estime que 180 000 personnes se lèveront avec un mal de tête liée au stress. Six fois sur 10, il s’agit d’une femme. Globalement, la population des pays industrialisés est concernée à 70 % par ce problème", ajoute le médecin.

Une douleur fixe à un côté : un risque de tumeur cérébrale

Toute céphalée inhabituelle peut justifier des examens plus approfondis. "Cela vaut aussi pour quelqu’un qui a des migraines récurrentes, ajoute la neurologue. Les crises de migraines se répètent et en général, se ressemblent d’une fois à l’autre. Un épisode complètement différent avec des symptômes inhabituels doit être investigué".

En outre, une douleur fixe doit aussi pousser à consulter, selon le Dr Scimeca. "Une douleur toujours du même côté, fixe, tenace doit inciter à pratiquer au moins une fois un scanner ou mieux une IRM afin d’éliminer les tumeurs cérébrales à l’origine de maux de tête. Cela sera encore plus nécessaire si le mal de tête s’accompagne de sensations bizarres ou inhabituelles dans les membres et le reste du corps".

En effet, lorsqu’une tumeur se développe dans le cerveau, un œdème peut se former autour. Le crâne étant une boîte rigide, cela peut comprimer le cerveau et causer des maux de tête. En principe, ces derniers sont intenses et surviennent le matin lorsqu’on est encore allongé. Ces maux peuvent aussi être suivis de nausées et de vomissement.

La douleur atteint l’œil : un signe d’algie vasculaire

On ignore hélas la cause de l’algie vasculaire, mis à part le fait que son phénomène est vasculaire et qu’il concerne le plus souvent des hommes relativement jeunes. "La douleur touche un côté du visage, l’œil et autour de l’œil, parfois le front et la tempe, décrit le Dr Scimeca. Les crises peuvent se répéter plusieurs fois dans la journée et durer entre un quart d’heure et trois heures. Durant la crise l’œil est larmoyant, souvent avec un écoulement nasal. La paupière est gonflée et tombante".

Si cette maladie touche la face, ce n’est pas le nerf facial qui est en cause, estime le spécialiste. En revanche le nerf trijumeau est lié. "C’est un nerf sensitif qui doit son nom curieux au fait qu’il sort du crâne dans la région située au-dessus de l’oreille en se divisant en trois branches". Le nerf trijumeau est le cinquième nerf crânien. Les trois branches de ce nerf peuvent subir des névralgies (compressions). Certains patients peuvent être touchés au niveau des trois branches par cette maladie. "Ce sont les plus à plaindre. La première branche touche l’œil est une partie du front, la deuxième causera des douleurs dans les dents supérieures, la lèvre et les joues et la troisième touchera les dents du bas et la langue".

On ignore totalement la cause de cette maladie qui est dite "sans cause". Il existe une solution chirurgicale qui consiste à électrocoaguler le noyau du nerf trijumeau.

Maux de tête et hypersensibilité du cuir chevelu : la maladie de Horton en cause ?

Cette maladie est due à une artérite de l’artère temporale (naît de l'aorte et remonte dans le cou) d’un seul côté. "Il s’agit d’une artérite par inflammation de la paroi de l’artère dont la cause est inconnue", explique le Dr Scimeca. Elle implique un risque d’évolution vers la cécité et touche essentiellement des femmes après 60 ans.

"Les signes sont bien entendu la céphalée, mais aussi une fatigue, de la fièvre, une perte d’appétit et donc un amaigrissement", détaille l’homéopathe. Dans ce cas de figure, la douleur touche la région de la tempe et peut irradier plus largement une hypersensibilité du cuir chevelu. "La personne se plaint de douleur en se coiffant", précise-t-il.

En outre, une claudication de la mâchoire peut aussi être un signe traduisant la maladie de Horton. "La personne atteinte s’arrête de manger à cause de la douleur, affirme le médecin. La fatigue de la mâchoire en mastiquant oblige à respecter une pause entre chaque bouchée".

Le diagnostic est possible grâce à l’examen au microscope de la paroi de l’artère. "Pour cela la biopsie de l’artère est nécessaire. Elle consiste à prélever une très petite portion de l’artère".

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Merci au Dr Daniel Scimeca, homéopathe et phytothérapeute, auteur de Les migraine, c'est fini, ed. Alpen

Migraine : les symptômes, les facteurs déclenchants, l'évolution, CNAM, 23 novembre 2018

Association La Voix des Migraineux

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.