Le Doliprane, ou plus largement, le paracétamol, est le médicament que l’on a tendance à prendre le plus facilement. Il nous sert à combattre la fièvre, un mal de tête, de dents ou de dos… En vente libre en pharmacie, c’est un médicament très facile d’accès et que l’on prend facilement à l’apparition des premières douleurs.

Pourtant, il ne faut pas oublier que son usage doit rester occasionnel et ne pas devenir excessif. Le Doliprane reste un médicament et une certaine posologie doit être respectée. Sans quoi, des répercussions graves sur la santé peuvent être occasionnées. Les effets secondaires ne concernent pas les personnes qui prennent du paracétamol de manière occasionnelle pour un mal de tête par exemple. Mais plutôt celles qui absorbent quotidiennement et en quantité (3 comprimés de Doliprane 1000 par jour) sur une période de plus de deux semaines.

Surdosage de Doliprane : attention à l'intoxication

Le centre antipoison de Lille rappelle que : "les intoxications au paracétamol sont fréquentes : chaque année, le centre antipoison de Lille enregistre plus de 1000 appels pour intoxications au paracétamol".

Or, un surdosage peut s’avérer mortel en cas d’ingestion massive, chez les personnes fragiles, les enfants et les personnes âgées, chez les personnes ayant le foie malade ou en cas de retard à la médicalisation.

Pour reconnaître une intoxication au Doliprane, il faut faire attention :

  • à de potentiels troubles digestifs ;
  • aux nausées ;
  • aux vomissements ;
  • aux diarrhées ;
  • aux sueurs.

Il faut savoir que la plupart du temps, les personnes ayant ingéré trop de Doliprane ne ressentent aucun de ces symptômes. Une absence de symptômes ne veut pas dire que ce n’est pas grave. Il est très possible que le foie souffre silencieusement et, quand les signes sont là, il est souvent trop tard.

En cas d’ingestion massive de Doliprane, il est donc recommandé de ne pas attendre. Il est possible d’appeler son médecin traitant ou directement un centre antipoison. Ces derniers peuvent juger de la gravité de l’intoxication et prescriront la conduite à tenir la mieux adaptée.

Des messages d'alerte sur les boîtes de médicaments

Pour éviter ces surdosages, l'ANSM a demandé en 2019 dans un communiqué aux laboratoires concernés de faire figurer des messages d’alerte sur les boîtes des médicaments contenant du paracétamol. Cette mesure d'étiquetage résultait de à la consultation publique lancée par l’ANSM en août 2018 pour sensibiliser les patients et les professionnels de santé au risque de toxicité pour le foie en cas de surdosage. Elle concerne plus de 200 spécialités à base de paracétamol commercialisées en France. Depuis, les médicaments indiquent sur leur boîte : "Surdosage = danger". L'ANSM précise que ce message d'alerte sera également "assorti d’informations visant à réduire le risque de surdosage et donc d’atteinte hépatique, sur la face arrière, "verso", de la boîte". Il sera ainsi indiqué les conseils d'utilisation tels que "la dose maximale par prise et par jour, le respect du délai entre deux prises ou l'exclusion de la prise d’un autre médicament contenant du paracétamol".

Sources

Le paracétamol, Centre anti-poison de Lille

VIDAL

Agenc nationale de sécurité du médicaments et des produits de santé

Ameli.fr

mots-clés : Doliprane
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.