Allergie aux antibiotiques : 5 graves réactions à connaître

Vous avez pris un antibiotique et commencé à avoir des plaques rouges sur tout le corps ? Attention : vous êtes peut-être allergique à celui-ci. Voici la liste des réactions plus ou moins graves que peut causer ce médicament.
Allergie aux antibiotiques : 5 graves reactions a connaitre

Démangeaisons, plaques rouges... Les allergies aux antibiotiques, bien qu'elles restent rares, peuvent provoquer des réactions très variées. Retrouvez la liste des symptômes possibles dans notre diaporama.

La liste des antibiotiques qui peuvent causer une allergie

L'allergie résulte d'un dérèglement du système immunitaire. Elle se manifeste par une réaction inadaptée de l'organisme après un contact avec ces substances.

Bien que l'allergie soit souvent d'origine alimentaire, il arrive que les antibiotiques soient responsables de réactions plus ou moins graves. Parmi ceux potentiellement allergisants, on retrouve :

  • la famille des pénicillines (amoxicilline, Clamoxyl, Augmentin…) ;
  • la famille des quinolones (ciprofloxacine, Ciflox, lévofloxacine…) ;
  • L’allergie aux macrolides (dont l’azithromycine testée actuellement contre le coronavirus) est plus rare. 

Sachez qu'en cas de réaction à l'un de ces produits, il est rare d’être allergique à toute la famille de médicaments.

À noter : en cas d'allergie, il faut évidemment arrêter de prendre l'antibiotique en question et le signaler à son médecin traitant pour ne plus être en contact avec la molécule. Ce dernier pourra vous trouver un médicament de "remplacement".

Comment savoir si l'on est bien allergique à un antibiotique ?

De nombreux Français se croient allergiques à un antibiotique. Or, il faut absolument consulter un allergologue pour confirmer ou infirmer l'allergie.

Le diagnostic se base d'abord sur un test cutané. Celui-ci   consiste à déposer une goutte de chaque antibiotique (ou un extrait du médicament soupçonné) sur la peau du patient.

Si l'épiderme réagit, l'allergie est confirmée.  En revanche, si l'on n'observe aucun changement, un autre test est réalisé en intradermal (injection dans le derme, ndlr).

Au bout de quelques minutes, si la réaction n'est toujours pas visible, le personnel médical pose des patches imbibés de la molécule sur le bras du patient. Ce dernier devra les garder quelques jours pour voir s'il y a une réaction.

Autre possibilité : effectuer un test dit "de provocation par voie orale". L’antibiotique doit être avalé, par paliers progressifs. Bien entendu, ce "test" ne doit en aucun cas être pratiqué à domicile : il se fait sous surveillance hospitalière.

Suite à ces tests, l'allergologue validera ou invalidera l'allergie, et vous donnera des conseils pour éviter la molécule en question. 

Bon à savoir : en cas de réaction allergique, le personnel médical peut vous injecter directement un antihistaminique, afin de calmer les symptômes. C'est un médicament qui bloque les effets de l'histamine, une substance libérée par les cellules en cas de réaction.

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Reconnaître une allergie, Améli.fr.

La rédaction vous recommande sur Amazon :