Le thermalisme est l’utilisation des eaux thermales à visée curative et préventive des maladies. Les soins thermaux (bains, douches à jets, massages…) constituent le cœur d’une cure thermale, complétés par une éducation thérapeutique pour "aider le patient à acquérir ou maintenir les compétences dont il a besoin pour gérer au mieux sa vie avec une maladie chronique", selon le rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), paru en 1996.

La médecine thermale est reconnue pour contribuer à la prise en charge des affections chroniques telles que l'arthrose, des addictions, mais peut aussi permettre la perte de poids et accompagner le vieillissement dans un rôle préventif. Ces cures thermales conventionnées de 21 jours sont prises en charge par l’Assurance maladie lorsqu’elles sont prescrites par un médecin, traitant ou spécialiste, dans le cadre de l’une des douze grandes orientations, ou domaines thérapeutiques ayant démontré son efficacité, et définies par la Sécurité sociale. Le médecin prescripteur sera à même de confirmer la capacité du patient à suivre une cure thermale, car il existe de nombreuses contre-indications.

Cure thermale : des contre-indications médicales

Certaines pathologies ne permettent pas une prise en charge dans une cure thermale. Des contre-indications existent, elles varient selon l’orientation thérapeutique :

  • les accidents vasculaires récents (moins de 6 mois) : infarctus du myocarde et AVC ;
  • une thrombose veineuse (caillot) récente (moins de 3 mois) ;
  • les maladies des artères du cœur ou l’hypertension artérielle non stabilisées par un traitement ;
  • les maladies infectieuses, par exemple les infections de la peau (pour rappel, une mycose entre les orteils non traitée est une cause de report de la cure thermale : elle doit faire l’objet d’un dépistage préalable), la tuberculose, ou toute maladie infectieuse en cours ;
  • les insuffisances sévères du cœur, des poumons, du foie ou des reins ;
  • fractures non consolidées ;
  • les cancers en phase évolutive : les personnes qui souhaitent venir en cure thermale dans les suites du traitement de leur cancer doivent auparavant en parler avec leur cancérologue pour apprécier le bénéfice qu’ils pourront en retirer et, également, lui demander un certificat attestant de leur rémission complète. Ce certificat leur sera demandé par l’établissement et le médecin thermaux ;
  • les déficiences immunitaires et les traitements immunosuppresseurs ;
  • les problèmes d’incontinence urinaire ou fécale ;
  • les troubles psychiatriques sévères ;
  • la phobie de l’eau, etc.

Avant de débuter une cure thermale, la rencontre avec un médecin du centre est incontournable. Celui-ci confirmera la capacité du patient à réaliser votre cure thermale et l’absence de contre-indication.

Sources

https://apps.who.int/iris/handle/10665/108151

https://www.ameli.fr/assure/remboursements/rembourse/cure-thermale

https://www.vidal.fr/sante/medecine-thermale/prescrire-cure-thermale.html

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.