Définition

La fissure anale correspond à une déchirure cutanée au niveau de l’anus. Il s’agit d’une lésion superficielle, qui ne se transforme jamais en cancer.

Elle provoque douleurs et saignements et peut bénéficier d’un traitement médical, même si le recours à la chirurgie est parfois nécessaire.

La fissure anale touche les adultes ou les très jeunes enfants. Elle s’accompagne de constipation, de selles dures ou de diarrhées. Il est nécessaire de rechercher une maladie inflammatoire chronique de l’intestin en cas de répétition de fissure anale.

Chiffres

La fissure anale est très fréquente puisqu’elle présente la deuxième cause de consultation en proctologie. Elle touche surtout les bébés entre 6 mois et deux ans et les adultes entre 30 et 50 ans. Elle atteint invariablement les deux sexes. Elle se voit aussi chez la femme après l’accouchement dans 9% des cas.

Symptômes

La fissure anale provoque des symptômes très inconfortables. Il s’agit principalement de :

  • Douleurs (voir plus bas).
  • De traces de sang à la surface des selles ou sur le papier hygiénique.
  • De démangeaisons à l’anus, pouvant provoquer des lésions de grattage qui ralentissent la cicatrisation, même si les démangeaisons signent le début de la cicatrisation.
  • Contracture anale due à des spasmes du sphincter anal.
  • Constipation réactionnelle à la douleur lors de la défécation. 

Comment reconnaître la douleur de la fissure anale ?

  • Typiquement, la douleur de la fissure anale est une sensation de brûlure au moment du passage des selles. La douleur peut persister plusieurs heures après être allé à la selle. Une sensation de déchirement de l’anus peut être présente, notamment en position assise. L a douleur peut irradier dans le dos, les fesses, les organes génitaux et urinaires.
  • Le cycle de la douleur au moment des selles, qui s’atténue, puis reprend quelques heures après, est très évocateur de la présence d’une fissure anale.
  • Chez la femme, la fissure se situe plus souvent sur le bord antérieur de l’anus et il n’y a généralement pas de contracture sphinctérienne.

Causes

Les causes de la fissure anale sont multiples. La principale est représentée par la constipation. En effet, des selles trop dures et trop volumineuses peuvent déchirer la paroi de l’anus.

Parmi les principales causes de fissures anales, on peut citer :

  • Une constipation chronique et persistante.
  • Une mauvaise vascularisation de la zone anale, qui de plus ralentirait la cicatrisation de la fissure.
  • Des contractions trop importantes du sphincter anal.
  • Des diarrhées aiguës et abondantes, comme celles que l’on observe au cours de la gastro-entérite.
  • Certaines pratiques sexuelles comme la sodomie, peuvent endommager la paroi anale et provoquer une fissure.

Photo : vascularisation du rectum et de l’anus

 Photo : vascularisation du rectum et de l’anus

Crédit : Henry Vandyke Carter et Henry Gray (1918) © CC - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki

Pourquoi le proctologue doit-il faire un diagnostic différentiel ?

Il existe plusieurs pathologies qui peuvent faire évoquer une fissure anale ou s’y associer. Il est donc nécessaire de rechercher les maladies suivantes, surtout en cas de récidives :

  • La maladie de Crohn, pathologie inflammatoire de l’intestin grêle.
  • Un carcinome épidermoïde de l’anus.
  • Une maladie infectieuse pouvant provoquer des ulcérations anales comme la syphilis, le papillomavirus ou la chlamydiae.
  • Une lésion traumatique.
  • Une hémopathie maligne (cancer de certains tissus).
  • Une maladie de système comme la maladie de Behçet (caractérisée par des atteintes inflammatoires des muqueuses).
  • Des lésions post-radiques (après un traitement par radiothérapie). 

Facteurs de risques

Les principaux facteurs de risque de fissure anale sont :

  • La constipation chronique qui oblige à forcer sur l’anus pour évacuer les selles.
  • La pratique de rapports sexuels anaux.
  • L’accouchement.
  • La présence d’une maladie intestinale inflammatoire comme la maladie de Crohn. 

Personnes à risque 

Les personnes à risque sont de fissures anales sont les suivantes :

  • Les jeunes accouchées.
  • Les bébés de moins de 2 ans.

Qui, quand consulter ?

Une consultation chez le médecin traitant est nécessaire en cas de fissure anale. L’examen clinique est suffisant pour faire le diagnostic en examinant l’anus ; une petite lésion de un à deux centimètres de diamètre est visible.

Il ne faut pas hésiter à consulter un médecin, même en cas de gêne, car plus le traitement est repoussé, plus la cicatrisation est longue.

Un traitement médical peut-être suffisant la plupart du temps, mais en cas d’échec, un traitement chirurgical peut être nécessaire.

Examens et analyses

Aucun examen complémentaire n’est nécessaire au diagnostic de fissure anale. En cas de doute sur une pathologie intestinale inflammatoire, une rectoscopie ou une coloscopie sont indiquées. Une analyse bactériologique de selles peut aussi être utile.

Durée

La fissure anale peut cicatriser en quelques jours ou semaines avec un traitement médical. Si la plaie est infectée, la cicatrisation est beaucoup plus longue.

Le risque de récidive est surtout lié aux contractures de l’anus, à sa mauvaise vascularisation, à la présence de bactéries et à la constipation permanente.

Complications

Les principales complications de la fissure anale sont :

  • L'infection de la plaie.
  • La chronicité, avec un risque d’atteinte des muscles du périnée, favorisant leur contraction et l’absence de cicatrisation de la fissure.
  • La récidive, favorisée par la constipation chronique.
  • L'infection de la fissure anale associée à un terrain granulomateux (présences de petites papules) peut évoluer vers une fistule anale et nécessiter un traitement chirurgical.

Traitements

L’objectif du traitement est de soulager la douleur, lutter contre la constipation et obtenir la cicatrisation de la fissure anale.

Quels sont les traitements "maison" contre la fissure anale ?

Les mesures préventives hygiéno-diététiques de base peuvent suffire à faire cicatriser une fissure anale aiguë :

  • Consommer beaucoup de fibres.
  • S’hydrater suffisamment, à raison d’au moins 1,5 litres par jour.
  • Avoir une activité physique régulière d’au moins trois heures hebdomadaires.
  • Faire des bains de siège deux à trois fois par jour pour soulager la douleur et les démangeaisons.
  • Ne pas utiliser de savon ou de papier hygiénique parfumé, car ils peuvent être irritants.
  • Prendre des laxatifs doux comme les mucilages, les laxatifs osmotiques, ou encore avoir recours aux lubrifiants.
  • Des préparations cicatrisantes à base de vitamines ou d’anti-inflammatoires sont disponibles en pharmacie, sans ordonnance.
  • Utiliser des suppositoires lubrifiant pour le canal anal et facilitant le passage des selles.
  • Prendre du paracétamol pour soulager la douleur.

Fissure anale : peut-on prendre des laxatifs sans avis médical ?

Mon conseil de médecin généraliste :

"Il est préférable de demander l’avis du médecin ou du pharmacien avant d’utiliser des laxatifs car certains peuvent être irritants et l’abus de ceux-ci peut provoquer des complications digestives."

Quels sont les traitements médicaux contre la fissure anale ?

Lorsque les mesures hygiéno-diététiques ne suffisent pas, on peut associer des traitements médicaux, pour lutter contre la contracture du sphincter anal, notamment lorsque la fissure devient chronique. Il peut s’agir :

  • Des dérivés nitrés, en application locale, qui sont efficaces contre la douleur et favorisent la cicatrisation. On préconise une application matin et soir pendant six semaines. L’effet secondaire principal de ce traitement est la présence de maux de tête.
  • Des inhibiteurs calciques qui peuvent être prescrits, mais sans preuve formelle de leur efficacité dans cette indication.
  • De la toxine botulique qui peut être injectée dans le sphincter pour obtenir le relâchement des muscles contractés. Cela soulage également les spasmes. Ce traitement peut éviter la chirurgie, même s’il n’est pas reconnu en France dans cette indication.

Fissure anale : quel est le traitement chirurgical ?

Si la fissure n’a pas cicatrisé en six à huit semaines, un traitement chirurgical peut être indiqué. Il s’agit de réaliser une sphinctérotomie, c’est-à-dire de couper les muscles sphinctériens pour faire disparaître les contractures. Cette intervention peut être réalisée en ambulatoire, sans hospitalisation. Il peut exister un risque d’incontinence anale post-opératoire, mais celle-ci est cependant très rare. La cicatrisation est obtenue en quelques jours.

Le docteur Eric Séjor, chirurgien digestif, explique : « La fissure anale, l’ennemie de tous les patients constipés, peut se traiter par une chirurgie. Si une hydratation abondante (au moins 1,5 à 2 litres par jour) ne suffit pas, si les pommades anesthésiantes locales restent inefficaces, alors pensez à consulter votre proctologue le plus proche ! Car une chirurgie simple, peu risquée peut vous rendre de grands services ».

Fissure anale chez la femme enceinte : comment la soigner ?

Les femmes enceintes sont plus fréquemment atteintes de fissure anales, notamment après l’accouchement, lorsque celui-ci, par voie basse a été long et difficile. Elles ne nécessitent jamais de traitement chirurgical, car elles ne présentent ni spasmes, ni contractures du  sphincter  anal.

Un traitement médical est généralement suffisant pour obtenir la cicatrisation. Cependant, si celle-ci n’est pas obtenue au bout de 6 mois, un avis chirurgical peut être nécessaire.

Prévention

La prévention de la fissure anale passe par des mesures hygiéno-diététiques :

  • Lutter contre la constipation en favorisant les aliments riches en fibres comme les céréales complètes, les légumes secs, les fruits et les légumes.
  • Boire en bonne quantité, au moins 1,5 litre par jour.
  • Pratiquer une activité physique régulière d’au moins trois heures par semaine.
  • Éviter de forcer pour aller à la selle.

Sites d'informations et associations

Des sites existent et sont consultables sur internet pour obtenir des informations sur la fissure anale. Il s’agit notamment du site de la Société Française de Gastro-entérologie : https://www.snfge.org/content/fissure-anale

Sources

https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/themes/fissure-anale/definition-causes-symptomes-evolution

Société Nationale Française de Gastro-Entérologie sur www.snfge.asso.fr

https://www.ameli.fr/loire-atlantique/assure/sante/themes/fissure-anale/definition-causes-symptomes-evolution

https://www.snfcp.org/informations-maladies/fissure-anale/la-fissure-anale/