Barbe d'Edouard Philippe : c'est un vitiligo qui provoque ces taches blanches !

Depuis quelques mois, la barbe du Premier ministre affiche quelques taches blanches, qui sont l’objet de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux. Le vitiligo était déjà une cause soupçonnée par certains médecins : Edouard Philippe vient de confirmer en souffrir. Le point sur cette affection dermatologique.
Sommaire

Cela fait déjà plusieurs mois que la barbe du Premier ministre Edouard Philippe s’est parée de taches blanches, qui se sont peu à peu étendues. À chacune de ses apparitions, ces dernières ne manquent pas d’alimenter les discussions sur les réseaux sociaux. Négligence, manque de propreté, stress, maladie… Chacun y va de son hypothèse pour expliquer cette dépigmentation. D’autres en on fait un véritable sujet de plaisanterie. L'homme politique vient désormais de lever le mystère, en déclarant qu'il souffre de vitiligo.

"Un maladie sans gravité, ni douloureuse, ni contagieuse"

"C’est une maladie – un vitiligo – sans gravité, ni douloureuse ni contagieuse" a-t-il confié dans les colonnes du numéro 3711 de Paris Match. Nos confrères, qui ont suivi Edouard Philippe dans les rues du Havre, rapportent qu'il est interpellé par de nombreux passants. "Certains s’inquiètent de la tache blanche sur sa barbe, lui conseillent de la teindre. Il s’en amuse, exclut de se raser".

Sur Twitter, les commentaires moqueurs se sont pourtant déchaînés à chacune des apparition du Premier ministre. "Comment voulez-vous qu'Édouard Philippe puisse assurer un quelconque équilibre financier d'un budget national, alors qu'il n'est pas fichu d'équilibrer les couleurs de sa barbe !", s’interroge un premier internaute, tandis que d’autres comparent sa barbe à un "ballon de foot" ou à la fourrure du héros de Kung Fu Panda.

Les récentes révélations de l'homme d'État, sur les raisons pathologiques du blanchiment de sa barbe, contribueront peut-être à faire taire les mauvaises langues...

Un stress et une pression énormes, liés à l’exercice de sa fonction

Ce qu'Édouard Philippe ne dit pas, c'est que le vitiligo est souvent activé, ou aggravé, par le stress. Depuis quelque mois, la pression ressentie par le ministre fait d'ailleurs partie des hypothèses avancées par certains médias pour expliquer l'altération de sa pilosité faciale.

Dans un article sur la réforme des retraites, publié en décembre dernier, Le Parisien conjecturait que ces taches blanches pourraient être les stigmates des “moments de tension que Philippe intériorise”. Autrement dit, il s’agirait des conséquences physiques du stress et d’une pression énorme. Un de ses proches, interrogés par nos confrères, estimait de son côté qu'elles étaient “peut-être une marque de fatigue”, mais que le Premier ministre “gère très bien le stress”.

En outre, la barbe de l’homme politique a commencé à blanchir bien avant les manifestations des gilets jaunes et la crise sanitaire du Covid-19. Un petit cercle blanc sur une partie de son menton avait commencé à se manifester dès le mois d’octobre 2018, avant de s’accentuer au fil des mois, pour devenir de plus en plus visible.

Des médecins pensaient déjà au vitiligo

Plusieurs médecins, interrogés les médias, avaient déjà supposé que le Premier ministre souffrait de vitiligo. Cette affection entraîne l’apparition de taches blanches sur différentes parties du corps, qui sont sans danger, mais qui peuvent être un véritable facteur de mal-être, voire de dépression chez certains patients.

Le vitiligo ferait disparaître les mélanocytes, les cellules qui déterminent la pigmentation de la peau. C’est pourquoi il provoque des taches blanches. Ses causes sont assez mal connues, et pourraient être liées à des facteurs génétiques et environnementaux.

Interviewé par le magazine Gala, le Dr Halioua, dermatologue a Paris, précise qu'en cas de stress, "on peut imaginer que la libération de neuromédiateurs favorise une fragilisation des mélanocytes. Dans le cas d'Edouard Philippe, on ne sait pas s’il n'a pas d'autres taches de dépigmentation sur le corps". Le médecin estime que le chef du gouvernement "a du mérite de ne pas avoir cherché à teindre sa barbe et à s’assumer. C’est un choix courageux".

Tandis que d’autres y voient un choix stratégique, pour montrer à quel point il est impliqué dans son travail : au point d’en avoir des conséquences physiques.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :