Attention aux faux sucres, ils représentent un danger pour votre cœur. Dans une étude récente française publiée dans le British Medical Journal le 7 septembre dernier, des chercheurs français ont examiné la relation entre la consommation d'édulcorants artificiels et le risque de maladies cardiovasculaires.

Résultat, une association directe entre une consommation plus élevée d'édulcorants artificiels et un risque accru de maladies cardiovasculaires, notamment de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux, a été mise en évidence par cette étude réalisée sur plus de 100 000 personnes en France.

Comme le précise un communiqué de l’Inserm à ce sujet, les scientifiques ont constaté que la consommation totale d’édulcorants était associée à une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires, et plus précisément de maladies cérébrovasculaires.

Maladies cardiovasculaires : les édulcorants en cause

Pour parvenir à ces conclusions, une équipe de chercheurs et chercheuses de l’Inserm, de l’INRAE, du Cnam, de l’Université Sorbonne Paris Nord et d’Université Paris Cité, au sein de l’Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren), s’est en effet intéressée aux conséquences sur la santé de la consommation d’édulcorants. Ils ont donc analysé les données de santé de 103 388 adultes participants à l’étude de cohorte française NutriNet-Santé au regard de leur consommation globale de ce type d’additifs alimentaires.

L’Inserm précise que les chercheurs et chercheuses ont dans ce cadre effectué des "analyses statistiques afin d’étudier les associations entre la consommation d’édulcorants et le risque de maladies cardiovasculaires des participants".

Ils ont tenu compte de "nombreux facteurs potentiellement confondants tels que l’âge, le sexe, l’activité physique, le tabagisme, les antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires, ainsi que les apports en énergie, alcool, sodium, acides gras saturés et polyinsaturés, fibres, sucre, fruits et légumes et viande rouge et transformée".

Les résultats de ces analyses statistiques publiés dans le British Medical Journal suggèrent au final "une association entre la consommation générale d’édulcorants et un risque accru de maladies cardiovasculaires".

Sucre : les édulcorants ne sont pas "des alternatives sûres"

“Cette étude à grande échelle suggère, en accord avec plusieurs autres études épidémiologiques sur les boissons édulcorées, que les édulcorants, additifs alimentaires utilisés dans de nombreux aliments et boissons, pourraient représenter un facteur de risque accru de maladies cardiovasculaires”, explique Charlotte Debras, doctorante et première auteure de l’étude.

Selon le Dr Mathilde Touvier, directrice de recherche à l’Inserm et coordinatrice de l’étude, "ces résultats, en accord avec le dernier rapport de l’OMS publié "cette année, ne soutiennent pas l’utilisation d’édulcorants en tant qu’alternatives sûres au sucre et fournissent de nouvelles informations pour répondre aux débats scientifiques concernant leurs potentiels effets sur la santé'. Elle ajoute toutefois que "les sucres, ce n'est pas mieux que les édulcorants".

Selon la scientifique, "les recommandations des instances sanitaires, c'est d'essayer globalement de limiter le goût sucré dans l'alimentation, donc à la fois le sucre et l'aspartame".

Édulcorants : où sont-ils cachés ?

Pour rappel, plusieurs études ont déjà établi un lien entre la consommation d'édulcorants artificiels ou de boissons sucrées artificiellement (ASB) et la prise de poids, l'hypertension artérielle, le cancer et l'inflammation. Pour autant, les conclusions restaient mitigées quant au rôle des édulcorants artificiels dans la cause de diverses maladies, et notamment les maladies cardiovasculaires.

Cette étude risque d’avoir un impact considérable quand on sait que les édulcorants artificiels représentent un marché mondial de 7 milliards d'euros et sont utilisés dans des milliers de produits allégés dans le monde entier. Ils sont particulièrement courants dans les aliments ultra-transformés tels que les boissons sucrées artificiellement, certains snacks et les plats préparés hypocaloriques.

Sources

Artificial sweeteners and risk of cardiovascular diseases : results from the prospective NutriNet-Santé cohort, BMJ, 7 septembre 2022.

https://www.bmj.com/content/378/bmj-2022-071204

La consommation d’édulcorants serait associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires, communiqué de l’Inserm, 8 septembre 2022. 

https://presse.inserm.fr/la-consommation-dedulcorants-serait-associee-a-un-risque-accru-de-maladies-cardiovasculaires/45775/ 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.