Avez-vous déjà senti que votre rythme cardiaque s’accélérait ou que votre cœur battait de façon irrégulière au lendemain d’une soirée arrosée ? Si oui, vous avez sans doute été victime du "syndrome cardiaque des fêtes". Selon Santé Magazine, ce mécanisme par lequel une consommation excessive d’alcool peut provoquer une accélération irrégulière du rythme cardiaque a été révélé par des chercheurs canadiens.

Comme le rapporte Top Santé, "en temps normal, oreillettes et ventricules cardiaques se contractent sous l'effet d'une impulsion électrique, au rythme régulier de 60 à 100 battements par minute (au repos)". Au cours du "syndrôme cardiaque des fêtes", "la fibrillation auriculaire est définie par une activité électrique anarchique et rapide du muscle des oreillettes (cavités supérieures du cœur), qui se traduit par la contraction désordonnée et inefficace de ces oreillettes (de 400 à 600 par minute), suivie par la contraction irrégulière er rapide des ventricules (tachyarythmie)".

Bêtabloquants, amiodarone et autres antiarythmique

Selon l'étude de chercheurs canadiens, publiée dans le Circulation Journal, il y a un effet direct entre ce syndrome d'accélération du rythme cardiaque, et la consommation d'alcool. Ils se sont en effet intéressés aux mécanismes cellulaires et moléculaires par lesquels l’alcool pourrait causer la fibrillation atriale (ou auriculaire), une forme d’irrégularité du rythme cardiaque (arythmie) qui résulte d’une perturbation des signaux électriques du cœur. Leur étude démontre l'impact direct de l'alcool sur les cellules cardiaques.

Les chercheurs de l'université de Montréal révèlent en effet que le rythme cardiaque des rongeurs à qui ils ont fait consommer ou injecté de l'éthanol a augmenté. Après stimulation électrique, les deux procédés étaient associés à un risque de 92% de fibrillation atriale. En pratique, la période la plus risquée pour voir survenir un problème d'arythmie du cœur se situe 8 heures après avoir bu selon l'étude. En effet, 24 heures plus tard, le risque d'emballement cardiaque diminue. Cela dit, ils précisent que ce risque est lié à une forte consommation d'alcool de manière répétée. Dans le cas d'une consommation isolée, le risque est très faible.

Limiter votre consommation d'alcool

Concernant le traitement, le site de l'Assurance maladie estime qu'"en cas de fibrillation auriculaire", il faut utiliser "les bêtabloquants (contre-indiqués en cas de troubles de la conduction), l'amiodarone et d'autres antiarythmique". Un traitement qui a pour but de "prévenir la formation de caillots dans le cœur et de ralentir les battements du cœur". Mais pour éviter tout trouble du rythme cardiaque et tout emballement de votre cœur, le plus simple reste encore de limiter votre consommation d'alcool pendant les fêtes.

Ne vous sentez plus mal à l'aise lorsque vous portez un masque ! Découvrez le support de masque qui vous simplifie votre quotidien !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.