Mal de gorge : symptômes, causes, traitements

Certifié par nos experts médicaux MedisiteD’origine virale, bactérienne, allergique… Le mal de gorge est un symptôme très courant, qui peut avoir diverses origines. Comment différencier une angine d’une rhinopharyngite ou encore d’une irradiation douloureuse liée à une pathologie ? Quels traitements pour les différents maux de gorge ? On fait le point.

Définition : qu'est-ce que le mal de gorge ?

Le mal de gorge n’est pas une maladie à proprement parler mais un symptôme. En effet, comme l’explique le docteur Ali Abbas, médecin ORL à Paris, il ne s’agit pas d’un terme médical. "Il y a plusieurs organes à l’intérieur de la gorge. Dans le langage populaire, l’évocation de cette douleur est surtout associée à une pharyngite, souvent d’origine nasale, on parle alors de rhinopharyngite".

La douleur de la gorge résulte le plus souvent d'une inflammation du pharynx, la muqueuse située à l’arrière de la gorge. Elle est essentiellement d’origine virale. Le mal de gorge peut aussi résulter d’une infection bactérienne, d'une exposition à la pollution ou d'une allergie. Dans la majorité des cas, les affections entraînant un mal de gorge se guérissent assez rapidement. Toutefois, un mal de gorge persistant ou chronique  peut cacher une pathologie plus grave.

Chiffres

Le mal de gorge est un symptôme commun à plusieurs maladies et demeure un motif fréquent de consultation, notamment quand il s’agit d’angines. On en diagnostique environ 9 millions chaque année en France.

Chiffres© Istock

Les symptômes du mal de gorge

Un mal de gorge se manifeste de manière différente selon l’origine de l’affection. Le plus souvent, la zone de la gorge enflammée (amygdales, pharynx…) présente des rougeurs. En fonction de la localisation de la douleur, les symptômes du mal de gorge peuvent différer. On peut aussi observer : 

  • Des picotements au fond de la gorge 
  • Une irritation et des brûlures au fond de la gorge (rougeur de la gorge) 
  • Des ganglions volumineux au niveau du cou 
  • Une difficulté à avaler (dysphagie) 
  • Un enrouement de la voix 
  • Une toux (grasse ou sèche)

Ces symptômes peuvent être accompagnés d’une fièvre, d’un écoulement ou d’une obstruction des voies nasales, et d’éternuements

Les causes du mal de gorge

Une infection virale en cause dans le mal de gorge

Dans la majorité des cas (90 % des patients), le mal de gorge est d’origine virale, et l’on observe une pharyngite, une rhinopharyngite. Ce que l’on appelle communément le rhume.

Il peut également s’agir d’une angine virale, notamment lorsque les symptômes sont accompagnés d’une fièvre modérée (entre 38 et 39°).

Plusieurs virus très contagieux sont à l’origine de ces affections. Parmi eux : le rhinovirus ou encore le parainluenzae, "qui ressemble un peu à celui de la grippe", indique le spécialiste.

Photo : rhinovirus

Photo : rhinovirus© Creative Commons

Crédit : L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Robin S (étant donné la revendication de droit d’auteur). — La source n’a pas pu être reconnue automatiquement. « Travail personnel » supposé (étant donné la revendication de droit d’auteur). © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

L'angine 

"Il est parfois difficile de distinguer une rhinopharyngite d’une angine", informe le docteur Abbas, médecin ORL. Dans la majorité des cas, il s’agit d’une infection virale. Elle provoque une inflammation douloureuse des amygdales qui paraissent rouges (angine rouge). On observe parfois un dépôt blanc (angine blanche).

Une fièvre, une douleur située sur un côté et une grande difficulté à déglutir sont caractéristiques de l’angine. Les ganglions du cou peuvent gonfler. Dans certains cas, la douleur est accompagnée des signes du rhume, d'une halitose et de difficultés pour respirer.

A noter : Les angines à répétition :  Les individus ayant des angines à répétition peuvent souffrir d'amygdalite chronique

Qu'est-ce qu'une angine streptococcique ?  Parfois, l’origine de l’angine est bactérienne et touche les amygdales, organes lymphatiques responsables de la protection de l’organisme. Généralement, cette maladie se traduit par l’absence de toux et le gonflement d'une seule amygdale. Un gangliondouloureux apparaît également au niveau du cou.

Photo : angine érythémato-pultacée potentiellement due à un streptocoque bêta-hémolytique du groupe A

Photo : angine érythémato-pultacée potentiellement due à un streptocoque bêta-hémolytique du groupe A© Creative Commons

Crédit : James Heilman, MD — Travail personnel Copyright : CC - https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

 La pharyngite

La pharyngite entraîne une inflammation du pharynx. Ce type de mal de gorge est très répandu et touche tous les âges. La douleur peut se diffuser jusqu’à l’arrière de la gorge au niveau du larynx, et à l’arrière du nez. Cela se manifeste par des maux de gorge, de la fièvre, des difficultés à déglutir et des douleurs à l'oreille. Dans le cas d’une rhinopharyngite, on observe les symptômes du rhume (écoulement nasal et des picotements du nez). Autres symptômes associés :

  • déglutition douloureuse (difficulté à avaler)
  • voix enrouée 
  • une toux

La rhinite

"La rhinite ou jetage postérieur se traduit par un écoulement nasal en arrière, dans la gorge", explique le spécialiste. Cela provoque une irritation chronique et une inflammation.

L’amygdalite

Cette inflammation des amygdales rend la déglutition difficile et entraîne une douleur au niveau des amygdales qui peut s’étendre jusqu’aux oreilles.

L'épiglottite

Plus grave mais moins fréquente, cette pathologie se caractérise par une inflammation de l’épiglotte et des difficultés pour respirer.

La laryngite

Comme son nom l’indique, la laryngite est une inflammation du larynx, le plus souvent d’origine virale. Mais elle peut aussi être causée par une bactérie ou un champignon. Affectant l’entrée des voies respiratoires et les cordes vocales, elle se traduit par une toux sèche, une irritation de la gorge et un enrouement de la voix.

La trachéite

Se traduisant par une toux sèche spasmodique douloureuse, la trachéite est une inflammation de la trachée (l’organe reliant le larynx aux bronches). Le malade présente parfois une dyspnée (difficulté à respirer). Dans la majorité des cas, cette affection est causée par un virus. Plus rarement d’origine bactérienne, elle peut aussi résulter d’une rhinite allergique.

La grippe

Causée par un virus, la grippe, également appelée influenza, est une maladie très contagieuse. En plus des nombreux symptômes (fièvre élevée, asthénie importante, maux de tête, courbatures, frissons…), la grippe se manifeste par une quinte de toux douloureuse et sèche entraînant une irritation de la gorge. A noter : si l’on connaît surtout la grippe saisonnière sévissant en hiver, la grippe peut découler de quatre types de virus différents (celui de la grippe A, B, C ou D).

La rhinopharyngite

A la différence de la pharyngite, la rhinopharyngite, que l’on appelle couramment le rhume, touche également les muqueuses nasales. Outre le mal de gorge, cette infection bénigne d’origine virale très contagieuse se traduit par une faible toux, un écoulement nasal ou une obstruction du nez. Des symptômes parfois accompagnés d’une fièvre modérée.

Une infection bactérienne responsable des douleurs au niveau de la gorge

Dans environ 10 % des cas, le mal de gorge est causé par une infection bactérienne. Il peut alors s’agir d’une angine streptococcique, causée le plus souvent par un streptocoque de type A.

Pour l’épiglottite, la bactérie Haemophilus influenzae type B (Hib), responsable des pneumonies est couramment en jeu. La population étant largement vaccinée contre le Haemophilus influenzae, cette affection est toutefois rare.

Autres infections pouvant entraînant une douleur localisée au niveau de la gorge :

  • une MST ou une IST (VIH, une infection à gonocoques) ;
  • la mononucléose ;
  • la rougeole ;
  • la diphtérie.

Autres causes des maux de gorge 

Il existe également des causes non infectieuses du mal de gorge comme:

  • le tabac : les infections nez - gorge -oreilles sont plus fréquentes chez les personnes qui fument. 
  • une irritation due à reflux gastro-œsophagien : un reflux gastrique peut faire mal à la gorge. Cette pathologie se manifeste par une inflammation à l’arrière du pharynx, que l’on appelle l’hypopharynx. "Les personnes ayant un reflux gastrique n’ont pas forcément des brûlures d’estomac. Il arrive qu'ils ne ressentent même pas les remontées acides, seulement un mal de gorge, accompagné de problèmes de déglutition et d’un changement de voix (dysphonie)", commente l’expert. 
  • l’exposition à un air très sec (chauffage trop élevé) 
  • le surmenage de la voix (cris, longues discussions) 
  • la pollution 
  • une allergie comme le rhume des foins : le mal de gorge lié à l’allergie (saisonnière ou autre) provoque des démangeaisons et picotements au niveau du nez et de la gorge
  • une grande fatigue 
  • l’exposition à des produits irritants ou chimiques
  • le stress : un événement stressant ou une angoisse prolongée peuvent provoquer des contractures de l’œsophage, qui se ressentent jusqu’au niveau du pharynx. En effet, chez certaines personnes, en cas de stress, l’œsophage se contracte. "Les patients n’arrivent pas à avaler, et ressentent une douleur au niveau de la base cervicale, au bas du cou, zone de communication entre l’œsophage et le pharynx", détaille le médecin. "C’est en fait ce que les gens expriment quand ils disent ‘j’ai une boule dans la gorge"
  • les troubles musculo–squelettiques (TMS) : ce type de douleur est fréquemment ressentie au niveau de la gorge. Mais, "elle provient en réalité des muscles du cou". Elle peut être due à une mauvaise posture ou à une pratique sportive intense
  • les douleurs musculaires : parfois, des douleurs surviennent à l’avant ou à l’arrière du cou. "Bien souvent, il s’agit de douleurs musculaires", précise le docteur Abbas, médecin ORL

Un cancer responsable d'un mal de gorge qui dure

Si le mal de gorge perdure et ne s’améliore pas au bout d’une semaine ou 10 jours, une consultation chez le médecin s’impose. Cela peut révéler d’autres maladies plus sévères comme :

  • un cancer lié une intoxication synchrone à l’alcool et au tabac 
  • un cancer de l’amygdale (ou plus globalement de la sphère ORL) dû aux papillomavirus humains (HPV) et à l’activité sexuelle du patient

Photo : HPV au microscope électronique

Photo : HPV au microscope électronique© Creative Commons

Crédit : Author: Unknown photographer/artist Source: Laboratory of Tumor Virus Biology — NIH-Visuals Online# AV-8610-3067 © CC - Public domain - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Papilloma_Virus_(HPV)_EM.jpg

Facteurs favorisants les maux de gorge 

Les facteurs de risque sont multiples. On retrouve notamment :

  • le contact avec des personnes enrhumées, ou affectées par un virus quelconque ou en contact avec les enfants (garderies, écoles, bureaux) 
  • le tabagisme (passif également) 
  • le chauffage à des températures trop élevées ou la climatisation 
  • l’exposition à des substances chimiques (produits issus de la combustion de l’essence ou produits ménagers qui irritent la gorge)

Mal de gorge : quelles personnes à risque ?

  • Toutes les personnes peuvent être concernées mais surtout les enfants et les adolescents
  • Les personnes souffrant d’allergies saisonnières aux pollens ou présentant des réactions allergiques à la poussière, aux moisissures ou aux animaux ;
  • les personnes immunodéprimées : personnes infectées par le VIH, souffrant de diabète ou suivant des traitements aux stéroïdes ou de chimiothérapie.
  • les personnes faisant face à un épisode de surmenage et stressées ;
  • les fumeurs ou les personnes exposées au tabagisme passif.

Combien de temps dure le mal de gorge ?

Dans le cas d’un simple mal de gorge isolé, la douleur diminue par elle-même en moins d’une semaine. En effet, résultant le plus souvent d’une pharyngite ou d’une angine virale, il s’atténue sans traitement spécifique.
En cas d’infection bactérienne ou d’allergie, le médecin prescrira un traitement sur plusieurs jours ou semaines. S’il s’agit d’une maladie plus grave, le mal de gorge durera plus ou moins longtemps selon la pathologie diagnostiquée.

Le mal de gorge est-il contagieux ?

Qu’elle soit d’origine virale ou bactérienne, le mal de gorge est très contagieux. Ce qui n'est pas le cas bien sûr lorsqu'un cancer ou le stress sont en cause...

Le mal de gorge est-il contagieux ?© Istock

Qui, quand consulter ?

Un simple mal de gorge peut se guérir de lui-même en quelques jours. Toutefois, lorsqu’il s’accompagne d’une fièvre, et de douleurs difficilement supportables, mieux vaut consulter au bout de 48 heures. De même si vous êtes atteint d’une maladie affaiblissant votre système immunitaire. Le médecin traitant prescrira alors des antibiotiques si l’origine est bactérienne. Un rendez-vous chez le généraliste est aussi recommandé si vous présentez :

  • des difficultés pour respirer ;
  • une toux et/ou une douleur persistantes (plus d’une semaine) ;
  • une salivation importante (notamment chez les enfant) ;
  • des éruptions cutanées ;
  • du sang dans la salive et les glaires ;
  • un gonflement du cou ou de la langue ;
  • une raideur du cou et/une difficulté à ouvrir la bouche.

Que faire en cas de mal de gorge ?

Symptômes du mal de gorge

Que faire ?

  • J’ai mal à la gorge mais je n’ai pas d’autres symptômes.
  • J'ai mal à la gorge et ma température ne dépasse pas 38 °C.
  • Dans tous les cas, je parviens à poursuivre mes activités quotidiennes.

Je prends si besoin des médicaments en automédication et je surveille mon état

  • Mon mal de gorge ne régresse pas après cinq jours d’automédication (deux jours chez mon enfant).
  • Mon mal de gorge revient fréquemment.
  • Une fatigue importante persiste plus d'une semaine.

Je consulte mon médecin traitant dans les jours qui viennent

  • Ma température ou celle de mon enfant dépasse 39 °C.
  • J’ai d’autres symptômes : vomissements, maux de tête…
  • Une éruption de boutons apparaît sur le corps.
  • J’ai des ganglions.
  • Je suis immuno-déprimé (infection par le VIH, traitement pour cancer en cours, maladie auto-immune).

Je consulte mon médecin traitant dans la journée

  • Je ressens des difficultés pour respirer ou pour avaler.
  • Mon enfant ne s'alimente plus ou refuse de boire (ce qui peut entraîner une déshydratation) ; il est très pâle ; ses lèvres et ses doigts bleuissent ; sa respiration devient irrégulière ; il est agité, somnolent, confus ou présente une grande fatigue.
  • J'ai moi-même des signes de déshydratation (j’ai une soif intense, la bouche sèche, j’urine peu, j’ai des étourdissements lors des changements de position).

J’appelle le 15 (SAMU) ou le 112 (numéro d'appel d'urgence européen)

Source : Assurance Maladie, mal de gorge : que faire ?

Complications du mal de gorge 

L’origine du mal de gorge déterminera les complications possibles.

Les complications de l’angine

Une angine mal soignée peut évoluer en sinusite ou encore favoriser le développement d’un abcès.

Lorsqu’elle est d’origine bactérienne, elle peut avoir un impact sur le fonctionnement de l’organisme et plus précisément sur la santé cardiaque ou les reins. Non traitée, "la bactérie à l’origine de l’infection peut traverser le tissu lymphatique de l’amygdale, et atteindre la circulation sanguine. Cela favorise l'apparition de rhumatisme articulaire aigu", déclare le spécialiste.

Enfin, chez certains patients, le risque de récidive de l’angine est important.

Mal de gorge persistant ou chronique : attention aux cancers!

Un mal de gorge persistant ou chronique peut être lié à un cancer, même si "cela représente une minorité de la patientèle qui vient consulter pour des maux de gorge", rassure le spécialiste. "On s’orientera vers cette hypothèse si l’on observe les 4 D", précise-t-il, c’est-à-dire :

  • une douleur 
  • une dysphonie (troubles de la voix)
  • une dyspnée (difficulté respiratoire) 
  • une dysphagie (blocage au moment de la déglutition)

A noter : il ne faut pas confondre l’odynophagie (la douleur à déglutition) qui est fréquente en cas d’angine avec la dysphagie qui implique une difficulté voire une impossibilité d’avaler les aliments.

"Pour les cancers de la gorge liés au tabac et à l'alcool, les patients, souvent isolés socialement et psychologiquement, consultent trop tard, lorsqu’ils sont au stade T4. Le pronostic est meilleur pour les personnes ayant un c ancer des amygdales dû aux papillomavirus. Il touche une population plus jeune, qui consulte davantage", détaille le docteur Abbas, ORL.  

Examens et analyses pour le mal de gorge

Il n’est pas toujours aisé de différencier une angine virale d’une infection bactérienne.

  • "Pour déterminer l’origine de l’affection, le médecin colle une languette sur les amygdales. Il s’agit du test de diagnostic rapide (TDR). En 5 minutes, on a le résultat. Si c’est une bactérie streptocoque qui est en cause, il faut prescrire des antibiotiques", explique le docteur Abbas. 
  • Si le patient présente un hypopharynx, le médecin procèdera à une nasofibroscopie. Cela consiste à introduire une fibre optique munie d'une caméra dans une des narines pour atteindre l’arrière de la gorge et analyser les zones enflammées.

En cas de symptômes plus légers, une anamnèse et un examen de la gorge à l'aide d'une spatule suffisent à poser le diagnostic du rhume (rhinopharyngite).

Traitements : comment soigner le mal de gorge ?

Quels médicaments pour traiter le mal de gorge ?

Médicaments pour soigner le mal de gorge chez l'adulte :

Lorsque l’affection est d’origine virale, il se limite à la prise de paracétamol, notamment en cas de fièvre

Selon l'Assurance Maladie, vous pouvez utiliser l’un des deux médicaments suivants:

  • les antalgiques comme le paracétamol 
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (ibuprofène, kétoprofène) ou l’aspirine

"Ces médicaments doivent être utilisés seuls, ne mélangez pas les anti-inflammatoires entre eux ou avec l’aspirine. Attention, les AINS peuvent masquer les premiers symptômes d'une infection microbienne. Le traitement doit être le plus court possible."

Anti-inflammatoires non stéroïdiens, aspirine et paracétamol : L'avis du docteur Ali Abbas, médecin ORL à Paris

Le mal de gorge étant un symptôme courant, il est fréquent d’avoir recours à l’automédication. Mais pour le docteur Abbas, il est important en cas de simple mal de gorge de ne pas utiliser d’anti-inflammatoires non stéroïdiens. "S’ils sont en vente libre, ils sont fortement déconseillés car ils peuvent entraîner des complications, notamment en cas d’angines microbiennes, et favoriser l’apparition d’abcès. Quant à l’aspirine, il est également à proscrire. Il faut commencer par du paracétamol. Si les symptômes sont vraiment trop intenses, ou si la douleur perdure plus de 7 jours, il faut consulter », conseille le docteur Abbas.  

  • les antibiotiques comme l'amoxicilline (si absence d’allergie à celui-ci) : si le test effectué révèle que la bactérie en cause est le streptocoque A, des antibiotiques seront prescrits afin que le patient ne développe pas un rhumatisme articulaire.

Les antibiotiques : L'avis du docteur Ali Abbas, médecin ORL à Paris

"Si la douleur persiste plus de 10 jours, il est possible de donner des antibiotiques, car il peut y avoir une surinfection bactérienne ultérieure. Toutefois, cette recommandation a quelque peu été remise en cause récemment", prévient le médecin.

  • des traitements locaux composés d’antiseptiques à utiliser en bains de bouche (chlorhexidine, hexétidine…) et/ou d’anesthésiques locaux (lidocaïne, tétracaïne) 
  • des pastilles et comprimés à sucer 
  • des collutoires 
  • des suppositoires à visée décongestionnante 

Demandez conseil à votre pharmacien.

Médicaments pour soulager le mal de gorge chez l'enfant :

Pour les enfants (de plus de 3 mois), vous pouvez donner du paracétamol ou de l'ibuprofène pour soulager la douleur au niveau de la gorge. La dose doit être adaptée au poids de votre enfant :

  • pour le paracétamol : maximum 60 mg par kilo et par jour, à répartir en 4 ou 6 prises (soit 15 mg/kg toutes les 6 heures ou 10 mg/kg toutes les 4 heures)
  • pour l'ibuprofène : maximum 20 à 30 mg par kilo et par jour, à répartir en 3 ou 4 prises (soit 10 mg/kg toutes les 8 heures ou 7,5 mg/kg toutes les 6 heures)

Demandez conseil à votre pédiatre ou médecin traitant pour suivre la posologie (quantité et fréquence de prise recommandées) et l’intervalle minimum à respecter entre deux prises. 

Bon à savoir :  N'utilisez qu'un seul type de médicament pour faire baisser sa fièvre et préférez le paracétamol.

A noter : Si votre enfant a la varicelle ou s'il est déshydraté (diarrhées et vomissements importants), ne lui donnez pas d'anti-inflammatoire.

  • Les pastilles et collutoires. A noter : la plupart de ces traitements locaux sont réservés à l'enfant de plus de 6 ans 
  • l'alpha-amylase (enzyme à visée anti-inflammatoire) en sirop destinée à l'enfant de plus de 6 mois 
  • les suppositoires pour enfants à partir de 6 ans

Les traitements de la cause du mal de gorge 

  • Le traitement d’un mal de gorge est symptomatique. Les antibiotiques sont inutiles et inefficaces contre les rhinopharyngites et les angines virales. En effet, les antibiotiques ne permettent pas de soigner les maladies d’origine virale 
  • Si vous souffez d'une angine bactérienne (le test de diagnostic rapide de l’angine est positif), le médecin peut vous prescrire un traitement antibiotique
  • En cas d’angines à répétition, et après analyse du bénéfice-risque, le médecin pourra proposer une ablation chirurgicale des amygdales (amygdalectomie)
  • Mal de gorge lié à une rhinite : si le traitement de la rhinite aiguë ou rhume consiste à effectuer des lavages de nez réguliers avec de l’eau salée, le traitement de la rhinite chronique sera essentiellement sous forme de spray nasal de corticoïdes, à prendre durant 2 mois
  • Maux de gorge liés au stress : en cas de douleurs liées au stress, "le médecin peut prescrire un traitement permettant de relâcher les tissus musculaires, en adjoignant un traitement contre le reflux gastrique. Mais parfois, un simple débriefing cognitif suffit à détendre le patient"

Traitements et remèdes naturels contre le mal de gorge

En cas d’infection virale, "on pourra miser sur des traitements naturels avec du thym, du miel, de l’huile d’olive, des fumigations…", résume le spécialiste. En effet, le recours à certaines plantes (racine de guimauve, sauge, thym) peut être intéressant en infusion. Elles peuvent aussi être utilisées en gargarisme. Attention toutefois aux interactions avec d'autres médicaments.

Comment prévenir le mal de gorge ?

  • Se laver les mains régulièrement 
  • tousser et éternuer dans un mouchoir 
  • utiliser un humidificateur si besoin 
  • aérez souvent les pièces de votre maison (notamment les chambres) pour éliminer les agents infectieux ou allergisants
  • se couvrir le cou lorsque les températures baissent 
  • ne pas fumer, éviter le tabagisme passif et  n’exposez pas votre enfant à la fumée du tabac
  • ne pas trop chauffer les pièces : la température de vos pièces doit être comprise entre 18 °C et 20 °C 
  • évitez les boissons trop chaudes ou irritantes et préférez les aliments frais
  • si votre mal de gorge est dû à une allergie, évitez d’être en contact avec l’allergène

A noter : la Haute autorité de santé (HAS) envisage d'étendre aux jeunes garçons la recommandation de la vaccination aux HPV. Ce qui est déjà le cas pour les adolescentes âgées de 11 à 14 ans et entre 15 et 19 ans en cas de rattrapage.

Sites d’informations et associations

 Société Française d'ORL

Source(s):

Vidal.fr [Consulté le 28/10/19]

Haute autorité de Santé [Consulté le 28/10/19]

Assurance Maladie, le mal de gorge [Consulté le 28/10/19]

Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Liste par spécialité des médicaments de médication officinale, 2018 [Consulté le 28/10/19]

AboutKidsHealth, Mal de gorge et amygdalite, Toronto (Canada), 04/10/2019 [Consulté le 28/10/19]

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.