Sommaire

C’est une maladie qui gagne du terrain.

Le cancer, ce “mal du siècle” silencieux qui attaque sournoisement vos poumons, votre peau, votre sang ou encore vos seins, serait désormais la principale cause de décès dans les pays riches, selon deux enquêtes publiées mardi 3 septembre dans la revue scientifique britannique The Lancet.

Le cancer, deuxième cause de décès la plus fréquente dans le monde

Les maladies cardiovasculaires demeurent la principale cause de mortalité dans le monde chez les adultes d'âge moyen, mais le cancer devient la principale cause de décès dans les pays riches, selon deux enquêtes publiées mardi.

Dans les pays pauvres, les maladies cardiovasculaires sont plus mortelles en raison des difficultés concernant l'accès et la qualité des soins.

Selon les chercheurs, il est "probable que le cancer devienne la cause la plus courante de décès dans le monde dans quelques décennies".

Sur les quelque 55 millions de décès enregistrés dans le monde en 2017, les maladies cardiaques représentent plus de 40% des décès, soit environ 17,7 millions de personnes.

Les auteurs, dont les travaux sont présentés au Congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) à Paris, pointent le lourd tribut payé par les pays pauvres à ces pathologies.

Le cancer, deuxième cause de décès la plus fréquente dans le monde en 2017, représente un peu plus du quart (26 %) de tous les décès.

Mais dans les pays riches, le cancer tue maintenant plus de gens que les maladies cardiaques, d'après ces recherches, limitées à 21 pays, parues dans la revue médicale The Lancet.

"Le monde assiste à une nouvelle transition épidémiologique (...), les maladies cardiovasculaires n'étant plus la principale cause de décès dans les pays à revenu élevé", selon Gilles Deganais, professeur émérite à l'Université Laval, au Québec et coauteur des deux publications.

D'après ce travail, les gens des pays pauvres sont en moyenne 2,5 fois plus susceptibles de mourir d'une maladie cardiaque que ceux des pays riches.

Cancer : les chiffres clés

En 2018, le nombre de nouveaux cas de cancer en France est estimé à 382 000 : 204 600 chez les hommes et 177 400 chez les femmes.

On assiste à une baisse du taux d’incidence des cancers chez les hommes (- 1,4 % par an entre 2010 et 2018), liée en partie à une diminution du nombre de cancers de la prostate, et à un ralentissement de la progression de ce taux chez les femmes (+ 0,7 % par an), lié à l’augmentation de l’incidence du cancer du poumon et dans une moindre mesure à celle du cancer du sein.

Chez les hommes, les trois cancers les plus fréquents sont ceux de la prostate, du poumon et du côlon-rectum. Chez les femmes, ce sont les cancers du sein, du côlon-rectum et du poumon.

Le nombre de décès par cancer a été estimé à 157 400 en 2018 : 89 600 chez les hommes et 67 800 chez les femmes.

La mortalité par cancer a diminué de 2,0 % par an chez les hommes et de 0,7 % par an chez les femmes entre 2010 et 2018 (taux standardisés). Cette baisse est liée à des diagnostics plus précoces, à des traitements plus efficaces et à la diminution globale du risque de mourir d'un cancer.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

"Le cancer devient la première cause de décès dans les pays riches", Paris Match, 3 septembre 2019.

"Cancers : les chiffres clés", Institut National du cancer, 1er juillet 2019. 

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.