Sommaire

Le cancer est considéré comme une maladie sournoise. "Certains, comme le cancer du poumon, impliquent peu de symptômes visibles, ce qui retarde le diagnostic, nous explique le Dr Fabrice Denis, oncologue et radiothérapeute à la clinique ELSAN Victor Hugo - Institut Jean Bernard de Cancérologie au Mans. C'est souvent le cas pour les cancers qui touchent les organes profonds".

"Le cancer des ovaires ou de l’estomac, par exemple, est découvert très tard parce qu’il évolue progressivement sans rien dire", explique de son côté le Dr Françoise May-Levin, cancérologue et conseillère à la Ligue contre le cancer.

Néanmoins, les cancers peuvent parfois être dépistés précocement lorsque les symptômes d'alerte se manifestent. "Il est donc essentiel d’être vigilant et d'observer tout symptôme qui semble inhabituel, qui persiste ou s’aggrave pendant plusieurs semaines, ajoute le Dr Denis. Plus on consulte tôt, plus on a de chance de pouvoir traiter le cancer à temps".

"C'est pour cette raison que j'ai lancé Smokecheck. Cette application permet de repérer précocement les signes d’un éventuel cancer du poumon, ou de tout autre cancer lié au tabac, présente le Dr Denis. Elle est donc destinée aux fumeurs ou anciens fumeurs [ayant arrêté il y a moins de 5 ans, ndlr]. L'utilisateur répond à 13 questions. En fonction de ses réponses, l'application lui dit s'il doit consulter ou non".

"On a trouvé deux fois plus de cancers du poumon à un stade précoce grâce à l’application", précise le praticien.

Une douleur lancinante qui évolue au fil du temps : il faut consulter

"De manière générale, j'invite les patients à consulter pour toute douleur lancinante qui augmente au fil des jours, sans pause, y compris la nuit", préconise le Dr Denis. Le mal peut toucher n'importe quel endroit du corps, et s'il évolue, ce n'est pas bon signe". En effet, de nombreux cancers se manifestent par des douleurs.

"C'est le cas des tumeurs cérébrales, dont le premier signe d'alerte constitue les maux de tête", précise le spécialiste. Une douleur toujours du même côté, fixe, tenace doit inciter à pratiquer au moins une fois un scanner ou mieux une IRM. En effet, lorsqu’une tumeur se développe dans le cerveau, un œdème peut se former autour. Le crâne étant une boîte rigide, cela peut comprimer le cerveau et causer des maux de tête.

"D'autres cancers impliquent des douleurs, ajoute le Dr Denis. Je fais allusion au cancer du poumon, qui peut provoquer une douleur à la poitrine, aux cancers digestifs souvent sources de douleurs abdominales ou aux tumeurs osseuses qui peuvent se traduire par des douleurs sur une articulation".

Au contraire, le cancer du sein n'est pas douloureux. Les symptômes vont (ou pas) se manifester autrement, d'après le cancérologue.

Une boule sous la peau : un cancer du sein ou un lymphome

Une boule sous la peau : un cancer du sein ou un lymphome© Istock

Une petite boule récente, dure, non douloureuse, située par exemple dans le sein, sous les aisselles ou dans le cou ne doit pas être ignorée. Elle peut présager un cancer du sein ou un lymphome.

Une boule située au sein, dans les aisselles ou dans le cou

"Une boule sous la peau peut révéler un cancer du sein, si elle est située dans la poitrine ou au niveau de l'aisselle, décrit le Dr Denis. Si elle est logée dans votre cou, elle peut présager un lymphome. On parle alors de ganglions lymphatiques. Mais inutile de paniquer, une boule sous la peau peut aussi être totalement bénigne. Pour le savoir, vous devez consulter votre médecin traitant : il vous dira s'il faut poursuivre les investigations".

La boule a tendance à grossir ? Mauvais signe

Il y un autre point à observer si vous découvrez une boule sur votre peau. "A-t-elle tendance à grossir ? Car si c'est le cas, il faut s'inquiéter. C'est clairement un signe préoccupant", alerte le Dr Denis.

Lorsqu’il est pathologique, le ganglion gonfle, s’enflamme. La boule perçue peut être alors douloureuse ou non, dure ou molle.

Une perte de poids inexpliquée

Une perte de poids inexpliquée© Istock

Une perte de poids récente et non expliquée ne doit pas être négligée. "Inexpliquée veut dire perdre du poids sans avoir fait de régime, décrit le docteur. Ou encore sans avoir fait de dépression. Car cette dernière provoque parfois un amincissement".

Les cellules cancéreuses coupent l'appétit

"Ce type d’amaigrissement est souvent associé aux cancers digestifs [côlon, rectum, estomac…], explique le Dr Denis. Les cellules cancéreuses fabriquent des substances qui coupent l’appétit et accélèrent le métabolisme à perdre du poids : concrètement, on brûle des calories sans rien faire".

Trois kg perdus en moins de trois mois doit vous alerter

"Quand on voit que l’on perd du poids en continu alors qu’il n’y a aucune raison particulière : pas de régime, pas de changement d’alimentation… Il faut alors consulter un médecin", poursuit le cancérologue.

À partir de 3 kg perdus en moins de trois mois, sans explication, il y a lieu de s'inquiéter. "Et si en plus, vous observez une grande fatigue, il faut réellement consulter", estime le Dr Denis.

Toux sèche et voix enrouée : un cancer du poumon ou des cordes vocales

Toux sèche et voix enrouée : un cancer du poumon ou des cordes vocales© Istock

Une toux grasse ou sèche (mais le plus souvent sèche) qui persiste, associée ou non à des crachats de sang peut être révélateur d'un cancer. En outre, si votre voix semble enrouée, il faut aussi consulter.

La toux excède trois semaines

Quand la toux persiste depuis environ trois semaines, sans amélioration, il faut prendre le symptôme au sérieux, selon le Dr Denis. Elle peut présager un cancer du poumon. "Les fumeurs doivent donc redoubler de vigilance", alerte le praticien.

La toux peut parfois être accompagnée d’une douleur dorsale (un point dans le dos) qui persiste. C’est aussi un symptôme du cancer du poumon.

Le cancer du poumon paralyse les cordes vocales

"En parallèle, si votre voix change pendant plus de trois semaines, il convient également de consulter votre médecin, ajoute le cancérologue. C'est suspect. Le cancer du poumon a aussi un impact sur la voix, puisqu'il paralyse les cordes vocales.

Enrouement prolongé et quintes de toux : le signe d'un cancer des cordes vocales

Une voix qui devient rauque peut aussi présager un cancer des cordes vocales. Tumeur maligne, le cancer des cordes vocales se manifeste principalement par un enrouement prolongé sur plusieurs semaines. Cette dysphonie est due à un défaut de vibration de la muqueuse des cordes vocales, puis à une gêne de la mobilité de la corde.

Les symptômes des cordes vocales ne se limitent pas à l’enrouement. Le patient peut aussi endurer d’importantes quintes de toux avec des crachats teintés de sang, un besoin permanent de se racler la gorge ainsi que des troubles respiratoires, précise la Ligue contre le cancer.

Troubles de la déglutition : un cancer de la gorge

Troubles de la déglutition : un cancer de la gorge © Istock

Troubles de la déglutition, difficultés à avaler, gêne au passage des aliments... Ces signaux, qui peuvent laisser penser à une angine, ne sont pas toujours anodins. Ils peuvent être associés à certains cancers.

Attention, si les signes durent plus de trois semaines

Les troubles de la déglutition peuvent être généralement associés au cancer du pharynx, de l’oesophage ou encore au cancer de la gorge. "Surtout si ça dure plus de trois semaines, décrit le Dr Denis. L'angine ou encore l'otite peuvent engendrer les mêmes effets, mais cela ne durera qu'une dizaine de jours. Si cela persiste, il faut consulter votre médecin".

Cancer de la gorge : un obstacle empêche d'avaler

Les fumeurs doivent, encore une fois, être attentifs. Les troubles de la déglutition peuvent présager un cancer de la gorge. "Si la tumeur se trouve au niveau de la gorge, il y aura un obstacle mécanique qui empêche d’avaler, décrit le spécialiste. Dans d'autres cas, l’œsophage peut aussi être rétréci par la tumeur. Ce sera donc très difficile d'avaler".

La biopsie, examen indispensable !

La biopsie, examen indispensable !© Istock

Si vous présentez l’un des signes cités dans cet article, pas de panique ! Cela n’est pas forcément synonyme de cancer. Seul un médecin peut juger du caractère suspect d’un signe et souhaiter des examens.

Dans ce cas, il peut demander un examen microscopique de la lésion (autrement appelé "biopsie", réalisée sous anesthésie locale). "Il est important que les gens sachent que le diagnostic du cancer ne peut se poser qu’après la réalisation de cet examen, et non pas via un examen visuel ou une prise de sang (sauf dans le cas d’une leucémie)", explique le Dr Françoise May-Levin, cancérologue.

Dans tous les cas, si vous avez un doute, mieux vaut consulter. S’il s’agit d’un cancer, plus il est dépisté tôt, meilleures sont les chances de guérison.

N’oubliez pas les dépistages

Vous ne présentez aucun des signes cités dans cet article ? Vous n’êtes pas à l’abri pour autant. La seule façon de se protéger, c’est de se faire dépister.

  • Cancer du sein, cancer du côlon et rectum : Dépistage gratuit entre 50 et 74 ans.
  • Cancer de la prostate : Un toucher rectal et un dosage de PSA tous les ans pour les hommes de 50 à 75 ans, surtout ceux présentant des antécédents familiaux de cancer.
  • Cancer du col de l’utérus : Un frottis tous les deux ans.
  • Cancer de la peau : Consulter au moins une fois par an son médecin (ou en cas de grain de beauté suspect un dermatologue), pour une surveillance de la peau, surtout si on est à risque (ex : peau claire, fine).

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Merci au Dr Fabrice Denis, oncologue et radiothérapeute à la clinique ELSAN Victor Hugo - Institut Jean Bernard de Cancérologie au Mans, spécialisée en cancérologie, et fondateur de l'application Smokecheck 

Cancer : toutes les réponses à vos questions, Pr Philippe Jeanteur, ed.John Libbey Eurotext, 2004 - 100 questions-réponses : le cancer de la prostate, Pamela Ellsworth, John Heaney, Cliff Gill, ed.EDP Sciences, 2009 - Guide Fatigue et cancer, Institut national du cancer, 2005 - Ligue nationale contre le cancer

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.