“Dès l'adolescence, vers 14 ans, je remarque que je n’ai pas les mêmes boutons que mes camarades. J’avais de l’acné sur le front, le cou, la nuque, le dos et un peu sur le buste. Mon médecin traitant m’a diagnostiqué une forme rare d’acné : l’acné conglobata appelé également acné nodulo-kystique. Je ne savais pas que ce diagnostic serait le début d’un parcours du combattant...”

Acné conglobata : “J’ai été très déçue par mon dermatologue”

“Suite à mon diagnostic, mon médecin généraliste m’a proposé deux solutions contre mon acné : un traitement lourd, le roaccutane ou la prescription d’une pilule contraceptive. J’avais besoin d’un peu de temps pour y réfléchir et ma mère m’a proposé de consulter un dermatologue. J’avais beaucoup d’espoir qu’il puisse trouver de meilleures solutions pour me traiter. J’ai été très déçue par ce rendez-vous. Le dermato ne s’est même pas levé pour m’ausculter et m’a simplement donné une ordonnance classique pour une acné juvénile. Les produits qu’il m’a prescrit n’ont eu aucun effet à par assécher ma peau déjà fragilisée.”

Après l’acné sévère, le diagnostic de la maladie de Verneuil

“Devant ma souffrance, ma mère a fait de nombreuses recherches pour trouver des solutions alternatives et naturelles. J’appliquais des crèmes à base de bardane, de bave d’escargot, j’ai même consulté un magnétiseur. D’ailleurs, qu’on y croit ou pas, ça m’a beaucoup aidé ! Entre-temps, j’ai changé de médecin et j’ai pris la pilule Diane 35. En seulement 4 mois, ma peau est devenue lisse. J’avais 16 ans et j'avais (enfin) une jolie peau. C’est à cette même période que j’ai eu un premier kyste à l’aine suite à une épilation. Je me suis dit que c’était dû à un poil incarné mais les kystes ont commencé à devenir chroniques puis à se transformer en fistules. Cette situation devenait de plus en plus handicapante… Mes recherches m’ont amené au diagnostic de la maladie de Verneuil mais c’est quand j’ai reçu le diagnostic officiel d’un médecin que j’ai pris conscience que j’étais malade. Je me suis effondrée quand le médecin m’a annoncé que j’étais déjà au stade 2 de la maladie sur 3.”

“J’ai opéré de nombreux changements grâce à un séjour aux USA”

“J’ai vécu plusieurs mois avec une aggravation des symptômes de la maladie de Verneuil. J’avais même l’impression que la pilule en était la cause. J’avais beaucoup d’effets secondaires (douleurs au niveau des jambes, sautes d’humeur…). J’ai tenté d'arrêter la pilule mais je l’ai reprise au bout de 2 mois car mes boutons étaient revenus et je ne supportais pas de me voir ainsi. C’est à cette période que je suis partie plusieurs mois aux Etats-Unis. Ce voyage m’a permi de faire beaucoup de rencontre et d’opérer de nombreux changements dans ma vie par exemple en arrêtant de consommer de la viande. A mon retour en France j’étais décidé à arrêter définitivement la pilule et de trouver de nouvelles solutions pour ma peau.”

Acné et maladie de Verneuil : “La naturopathie m’a permis de m’apaiser”

“Je savais d’avance qu’en arrêtant ma pilule, ma peau allait vouloir s’exprimer. J’ai fait de nombreuses recherches pour savoir comment mieux gérer cette situation. J’ai adopté un régime anti-inflammatoire en arrêtant de consommer du gluten et en réduisant les produits laitiers. En parallèle, j’ai consulté une naturopathe pour l'accompagner dans ces changements d’hygiène de vie. Trois ou quatre mois plus tard, je n’avais plus d'abcès, une véritable renaissance. Mon choix de guérir a été pluridisciplinaire (phytothérapie, hypnose, reiki, méditation…).”

Maladie de peau : “J’ai apprivoisé le regard des autres”

“Quelques mois plus tard, j’ai voulu effacer certaines cicatrices d’acné lors d’une séance de laser. Cette dernière m’a traumatisée, me laissant défigurée pendant 3 semaines. Cette expérience m’a permise de me rendre compte que je faisais tout cela à cause du regard des autres et ça été le point de départ d’une grande introspection J'ai appris à aimer ma peau et à apprivoiser le regard des autres. C’est à cette même époque que j’ai décidé d’ouvrir un compte Instagram comme un blog. J’y raconte mes expériences, c'est exutoire. De nombreuses personnes souffrent à cause de leur peau et aujourd'hui je les aide car je me suis formée à la naturopathie. Je me suis dis que mon expérience pouvait être positive. D’ailleurs, je dis toujours qu’il faut traiter sa peau avec douceur et bienveillance avant tout.”

Sources

Merci à Mandy Mazé, naturopathe. Compte Instagram @biendansapeau

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.