“J’ai eu une enfance classique où j’étais choyée. C’est en classe de terminale que j’ai commencé à avoir des angoisses et je me suis renfermé sur moi-même. Les hallucinations visuelles et auditives ont débuté à cette époque” explique Stéphane Cognon. Après une hospitalisation, Stéphane est plus tard diagnostiqué schizophrène et une nouvelle vie commence pour lui. Stabilisé depuis 25 ans, Stéphane est devenu médiateur santé pair et aide les patients à gérer leur maladie au quotidien. Un “renouveau” nécessaire selon lui.

Schizophrénie : la vie ne s’arrête pas là

“Grâce à mon expérience de patient, je peux aider les personnes qui ont des troubles psychiques à travers mon rôle de médiateur santé pair. Je peux parler de santé mentale de manière optimiste et ça change tout !” témoigne Stéphane Cognon. “D’ailleurs, il existe des programmes pour les patients, notamment au GHU (Groupe Hospitalier Universitaire de Paris) qui permettent de mieux se connaître et de mieux appréhender la maladie. Il n’y a aucun tabou lors de ces ateliers, la parole se libère, c’est très positif” continue le cinquantenaire. “Aujourd’hui, une personne sur cinq est concernée par la santé mentale, ça questionne et quand on parle de schizophrénie, le sujet ne laisse jamais nos interlocuteurs indifférents” ajoute Stéphane.

Schizophrénie au quotidien : mieux connaître la maladie pour mieux la gérer

“Il est essentiel de dire aux patients qu’ils ne sont pas coupables de leur maladie, il faut les déculpabiliser. Il existe beaucoup de soutien que ce soit au niveau hospitalier ou au sein des associations. Pour mieux appréhender la schizophrénie, voici mes quelques conseils :

  • Apprendre à gérer sa maladie, c’est la clé ;
  • Prendre l’annonce de la maladie comme un nouveau départ ;
  • Essayer de se rétablir avec son nouveau “moi” ;
  • Accepter l’aide extérieure ;
  • Faire du tri sur ce qui nous fait du bien ou non ;
  • Gérer sa vie ça aide.

Aujourd’hui, les traitements sont mieux tolérés, les médicaments de nouvelle génération permettent de mieux vivre avec la maladie, on peut renverser la tendance” insiste Stéphane Cognon.

Santé mentale : en parler pour se libérer

“Personnellement, j’ai mis du temps avant de parler de ma schizophrénie sur mon lieu de travail. Quand on évoque une pathologie invisible, c’est difficile d’expliquer ce qui nous arrive. Finalement, de nombreuses personnes sont impactées de près ou de loin et mes collègues venaient souvent me voir pour me parler de la maladie et évoquaient des personnes touchées dans leur entourage. Plus on en parle et plus c’est positif car finalement, nous avons tous des connaissances touchées par la santé mentale. Aujourd’hui, j’ai l’impression qu’on en parle de plus en plus, la parole se libère !” conclut Stéphane.

Stéphane Cognon est l’auteur du livre "Je reviens d’un long voyage, candide au pays des schizophrènes" aux éditions Frison-Roche.

> Echangez avec un expert mutuelle et obtenez des devis personnalisés

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.