“Dès la primaire, j'ai été grosse. J’ai été mise au régime très jeune et j’ai toujours cru que la nourriture, c'était mal” témoignage Nisa. “À 28 ans, j’ai commencé à faire de l'hypertension et j’ai perdu de l’autonomie au fur et à mesure de ma prise de poids. Devenue maman, j’avais des difficultés pour faire des activités avec mes enfants et j’avais peur de mourir jeune. J’ai eu comme un électrochoc quand je me suis rendue compte que je m’habillais aussi lentement qu’une grand-mère de 80 ans” explique la jeune femme.

A lire aussi :

Le 2 janvier 2019, Nisa décide de se rendre dans un centre spécialisé dans l’obésité, elle ne sait pas encore que cette visite va changer sa façon de voir l’obésité.

Je ne savais pas ce que c’était d’être obèse

“Le fait d’envisager une technique chirurgicale contre l’obésité a été la décision la plus difficile de ma vie, car cela voulait dire que je n'étais pas capable de me prendre en main et que c’était de ma faute si je n’arrivais pas à maigrir. Tout a changé quand je me suis rendue dans ce centre spécialisé dans l’obésité. J’ai appris que c’était une maladie et que je n'étais pas responsable. Cette révélation a été un tsunami dans ma vie. J’ai suivi de nombreux rendez-vous avant l’opération (pendant 9 mois), puis des ateliers d’éducation thérapeutique après le bypass où j’ai appris à reconnaître la satiété, j’ai appris à me connaître et à rééquilibrer mon alimentation grâce à une équipe bienveillante” explique Nisa.

Bypass : ce n’est pas une opération de facilité

“Contrairement aux idées reçues, le bypass n’est pas une solution de facilité. D’ailleurs, j’ai eu de nombreuses complications et je suis restée 7 semaines sans pouvoir m’alimenter. Ironie du sort, je devais consommer des boissons hypercaloriques alors que j’avais fait attention toute ma vie aux calories” s’amuse Nisa.

“Grâce à cette opération, je me suis rendue compte que j’étais très forte alors que je me croyais faible” nous confie avec émotion la jeune femme. “Il y a eu des périodes difficiles et notamment des effets secondaires auxquels je ne m'attendais pas comme l’addiction au sucre et les troubles alimentaires qui se règlent au fur et à mesure grâce à un suivi psychologique rigoureux.”

Obésité : une maladie sournoise et silencieuse

Mon obésité a été un parcours du combattant que ce soit au niveau de la santé mais aussi face à la société qui associe gros et moche. Quand je faisais mes courses au supermarché, les gens regardaient le contenu de mon caddie et pourtant en France on a un rapport avec la nourriture où on doit faire honneur à la cuisine. On culpabilise les personnes obèses et on diabolise certains aliments alors que la clé, c'est aussi le plaisir et l’équilibre alimentaire. Le mot régime est à bannir !”

J’ai maigri pour être en bonne santé et je peux maintenant faire des choses avec mes enfants. J’ai décidé de parler de mon combat pour libérer la parole. Je suis fière de mon corps et de ses cicatrices, c’est mon warrior” conclut Nisa.

> Echangez avec un expert mutuelle et obtenez des devis personnalisés

Sources

https://linktr.ee/Monparcoursdebypassee

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.