Février 2015, Julie Meunier sent une boule dans son sein gauche en enfilant son soutien-gorge. Rapidement, le diagnostic tombe : elle est touchée par un cancer du sein très agressif. “Après un essai clinique (validé depuis), vingt-quatre chimiothérapies, deux opérations et quarante séances de radiothérapie, je suis en rémission. L’après cancer devient compliqué car la maladie m’a transformée que ce soit du point de vue personnel que professionnel.”

“Je tire mon chapeau à ceux qui assume la tête chauve”

Lorsque mon oncologue m’a annoncé que j’avais un cancer du sein, ma première question a été ‘est-ce que je vais perdre mes cheveux ?’, la deuxième ‘est-ce que vous allez m’enlever mon sein ?’ et la troisième ‘est-ce que je vais mourir ?’. Cela peut paraître étrange mais la perte des cheveux est pour moi le stigmate visible n°1 et j’avais peur du regard des autres. Je n’ai jamais assumé ma tête chauve et honnêtement je tire mon chapeau à ceux qui l'assume. Me voir comme ça c’était éprouvant et j’ai ressenti une perte d’identité et de féminité. Je n’arrivais pas à porter une perruque car elle me tenait trop chaud. J’ai alors eu l’idée d’utiliser des turbans que j'agrémentais d’une fausse frange. Parallèlement, j’ai créé un blog pour partager mon expérience sur le cancer et j’avais des retours très positifs sur mon look. C’est comme ça que j’ai eu l’idée de l'entreprise Les Franjynes. Je me suis servie de la maladie pour être profitable à toutes les personnes qu’elles soient atteintes d’un cancer, d’alopécie ou de pelade.”

Cancer : la rémission, une période compliquée

J’ai toujours gardé le sourire pendant mes traitements même si j’ai pris cher ! Quand je suis entrée en rémission, j’ai sentie que je n’allais pas bien. Tout le monde entend guérison mais c’est loin d’être le cas. Toute ma vie a changé. J’ai fait du tri dans mes proches, je ne me voyais plus exercer mon métier de juriste, j’en voulais à mon corps moi qui était sportive, qui avait une bonne hygiène de vie, j’ai dû entreprendre une thérapie pour reprendre confiance en mon corps. Je vivais dans une ambiance en stand by, en décalage avec mes proches car j’étais traumatisée. En fait, j’ai cru que j’allais mourir et ça prend beaucoup de temps pour se réapproprier son corps et sa vie. D’ailleurs, j’ai fait une sorte de réunion avec mon entourage pour leur expliquer qu ’il fallait être patient et ne pas avoir peur d’en parler.

Cancer du sein : “la maladie m’a fait gagner 10 ans de vie”

Mes créations capillaires et textiles sont commercialisées depuis le 29 juin 2017. Je suis heureuse et comblée de pouvoir faire quelque chose qui a du sens et de pouvoir aider les autres. Je suis dans une démarche globale où les petits problèmes n’ont plus vraiment de sens pour moi aujourd’hui. Et la vie m’a fait de magnifiques cadeaux. Le plus beau, c’est d’être tombée enceinte alors que j’étais en pré-ménopause à cause des mes traitements. Quand j’ai réalisé mon test de grossesse et qu’il a affiché ‘positif’ j’ai cru voir un fantôme. Comme quoi, la vie est capable du pire comme du meilleur. Aujourd’hui, je suis officiellement guérie et maman alors et je peux crier haut et fort que tout est possible !”

Julie Meunier a écrit un témoignage poignant et sincère sur son parcours dans un livre intitulé “A mes soeurs de combat” (Editions Larousse).

Cancer du sein : “la maladie m’a fait gagner 10 ans de vie”© Service de presse

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.