Sommaire

La véritable insomnie impacte considérablement la qualité de vie de la personne atteinte. Réveils nocturnes ou difficulté à l’endormissement la nuit impactent la journée de la personne concernée : impression de malaise, somnolence, troubles de l’attention et de la mémoire, difficultés à se concentrer...

Les insomnies représentent environ 15 à 20 % des différents troubles du sommeil. Elles sont donc assez fréquentes et sont parfois déclenchées par un stress psychologique pouvant être lié à des problèmes d’argent, de couple, de travail, ou encore des idées négatives que l’on rumine sans cesse. Si de nombreux Français avouent ne pas dormir assez, 20 % d’entre eux sont véritablement atteints d’insomnie, la moitié d’une forme sévère.

On distingue 3 types d'insomnie

Notez qu'il ne faut pas confondre une mauvaise nuit de passage et une « vraie » insomnie. On peut en différencier trois types :

  • Les insomnies d’endormissement sont celles qui vous empêchent de trouver rapidement le sommeil.
  • Les insomnies de milieu de nuit sont celles qui vous réveillent au beau milieu de votre nuit avec des difficultés d’endormissement par la suite
  • Les insomnies de fin de nuit qui vont vous réveiller très tôt le matin.

Certaines insomnies sont dites aiguës car temporaires, comme une crise et peuvent arriver à n’importe qui. On parle d’insomnie chronique quand elles ont lieu au moins trois fois par semaine et sur une durée d’au moins trois mois.

En outre, plusieurs facteurs (psychologique, physiologique, chimique...) peuvent être à l'origine de ce trouble du sommeil. Nous vous les détaillons à la page suivante, avec les explications du Dr Rim Savatier, spécialiste du sommeil.

Sources

Merci au Dr Rim Savatier, médecin spécialiste du sommeil. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.