Infarctus qui passe inaperçu : c'est possible ?

Classiquement, l’infarctus du myocarde se manifeste par une phase aiguë, avec des symptômes plutôt typiques, comme la douleur thoracique oppressante. Mais, il peut arriver, dans certains cas, que l’infarctus passe inaperçu.

Publicité

© Adobe Stock

Quelles sont les causes de l’infarctus silencieux ?

Les infarctus qui passent inaperçus sont dits silencieux. L’infarctus se constitue sans que le sujet ne présente le moindre symptôme, ou à minima, de manière atypique. Ce type d’infarctus est beaucoup plus fréquent qu’on ne l’imagine. Une douleur atypique a pu être ressentie, sans que le diagnostic d’infarctus n’ait été évoqué. La principale cause d’infarctus silencieux est représentée par le diabète. En effet, parmi les complications du diabète, on retrouve la neuropathie et bien souvent la sensation de douleur n’est peu ou pas ressentie par le diabétique. Tous les sujets présentant des facteurs de risque d’infarctus peuvent avoir un infarctus silencieux, et celui-ci est relativement fréquent. Les infarctus silencieux sont, en général, moins graves et moins étendus que les ischémies provoquant des crises aiguës, c’est pourquoi l’absence ou la faiblesse des séquelles fonctionnelles n’en permet pas le diagnostic immédiat.

Publicité
Publicité

Comment détecter un infarctus silencieux ?

L’infarctus silencieux est généralement découvert fortuitement, à l’occasion d’un bilan cardiologique. Les sujets présentant des risques d’infarctus (hypertendus, diabétiques, obèses, tabagiques chroniques…) nécessitent un bilan cardiaque régulier. Au cours de ce bilan, un électrocardiogramme est effectué, au minimum. L’infarctus laisse une empreinte après sa constitution, représentée par la présence d’une onde Q sur le tracé électrocardiographique, localisée dans le territoire qui a souffert. C’est la présence de cette onde Q qui permet de suspecter qu’un infarctus silencieux a eu lieu. Le bilan cardiologique est alors complété par une coronarographie pour voir précisément quel territoire est endommagé et évaluer le risque de récidive. La mise en place un traitement préventif doit être effectuée rapidement. En effet, les sujets ayant présenté un infarctus passé inaperçu, sont beaucoup plus à risque de faire une récidive, parfois plus grave.

Que faire lorsqu’un infarctus silencieux a été découvert ?

Après la découverte d’un infarctus passé inaperçu, le sujet doit être considéré comme "coronarien", c’est-à-dire qu’il présente un risque d’infarctus sévère beaucoup plus élevé. Il nécessite alors un traitement et une surveillance rapprochée. Le traitement va comporter des médicaments protecteurs cardiaques, des anti-hypertenseurs, de l’aspirine à dose anti-agrégante et des hypocholestérolémiants. Les facteurs de risque doivent être éliminés : arrêt du tabac, lutte contre le surpoids et la sédentarité, gestion du stress et équilibre glycémique régulier. En fonction des résultats du bilan cardiologique, et en particulier de la coronarographie, la pose de stents peut être proposée.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X