Doliprane, Dafalgan, Efferalgan… Les médicaments contenant du paracétamol sont pointés du doigt dans une récente étude britannique. Ces comprimés, utilisés pour soulager les douleurs ou encore lutter contre la fièvre, pourraient en effet augmenter la tension artérielle des personnes souffrant déjà d’hypertension.

Paracétamol : des médicaments qui augmentent la tension des hypertendus

L’étude a été réalisée par l’Université d’Edimbourg sur 110 personnes hypertendues. Pendant deux semaines, les chercheurs leur ont donné 4 g de paracétamol par jour (à raison d’1 g toutes les quatre heures), soit une dose couramment prescrite chez les patients souffrant de douleur chronique. Un placébo leur a ensuite été administré les deux autres semaines de l’expérience.

Les scientifiques ont alors constaté que la prise de paracétamol entraînait une hausse de 5 mm Hg de la pression systolique (soit le plus grand chiffre de la pression) et de 1,5 mm Hg de la pression diastolique (soit le chiffre le plus petit). Cette augmentation est faible, mais assez significative pour être soulignée par les chercheurs.

“Cette étude montre clairement que le paracétamol - le médicament le plus utilisé au monde - augmente la tension artérielle, l'un des facteurs de risque les plus importants pour les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. Les médecins et les patients doivent évaluer ensemble les risques par rapport aux bénéfices d'une prescription de paracétamol à long terme, en particulier chez les patients à risque de maladie cardiovasculaire”, a déclaré le Professeur James Dear, l’un des auteurs de l’étude.

Douleurs chroniques : faut-il éviter le paracétamol ?

Si l’étude ne remet pas en cause l’intérêt de prendre ponctuellement du paracétamol, comme lors d’une fièvre ou de douleurs courtes, les chercheurs s’interrogent sur l’efficacité réelle de ces médicaments en cas de douleurs chroniques comme l’arthrose. “Nous recommandons aux cliniciens de commencer par une faible dose de paracétamol et d'augmenter la dose par étapes, sans dépasser la dose nécessaire pour contrôler la douleur. Compte tenu des augmentations substantielles de la pression artérielle observées chez certains de nos patients, il peut être avantageux pour les cliniciens de surveiller de plus près la tension artérielle des personnes souffrant d'hypertension artérielle qui commencent à prendre du paracétamol pour la douleur chronique”, a spécifié le Professeur David Webb, co-auteur de la recherche.

L’état actuel des connaissances montre que le paracétamol est plus sûr que les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’Ibuprofène ou le Kétoprofène qui présentent des risques cardiovasculaires connus depuis longtemps. Néanmoins, cette nouvelle étude montre que la prise de paracétamol ne doit pas être systématique et sa prescription doit se faire selon une bonne balance bénéfices / risques.

Les scientifiques souhaitent maintenant réaliser de nouvelles études, notamment sur les personnes non hypertendues et sur celles souffrant de douleurs chroniques. En effet, la douleur peut aussi faire monter la tension artérielle. “La prochaine étape est de mener un essai clinique randomisé dans une plus large population de patients souffrant de douleurs chroniques – ce sont eux qui prennent régulièrement et sur le long terme du paracétamol. Nous travaillons à la concevoir et à trouver des financements”, a conclu le Professeur David Webb.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

« Regular Acetaminophen Use and Blood Pressure in People With Hypertension: The PATH-BP Trial », Circulation, 08/02/2022

https://www.ed.ac.uk/cardiovascular-science/news-events/news/long-term-use-paracetamol-high-blood-pressure

mots-clés : Doliprane
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.