Sommaire

© Istock

Un adulte sur trois est concerné par l’hypertension artérielle - même si seulement la moitié en a conscience - selon les chiffres de l’Inserm. Maladie chronique la plus fréquente en France, elle est à l’origine de nombreuses pathologies cardiovasculaires. Heureusement, il est possible de réguler sa pression artérielle, notamment grâce à des mesures hygiéno-diététiques.

Et justement, une nouvelle étude internationale, publiée dans le BMJ Open Diabetes Research & Care, vient de montrer que la consommation quotidienne d’au moins deux portions de produits laitiers est associée à des risques plus faibles d’hypertension artérielle, de diabète et de syndrome métabolique - un groupe de facteurs qui augmentent le risque de maladie cardiovasculaire. Et tout particulièrement, s’il s’agit de produits laitiers entiers (donc riches en matières grasses).

Une étude qui rassemble les données de 21 pays

De précédentes recherches avaient déjà permis de mettre en évidence de tels liens. Mais ces études avaient plutôt tendance à se concentrer sur les populations d’Amérique du Nord et d’Europe, à l’exclusion d’autres régions du monde. Afin de déterminer si ces associations peuvent aussi être trouvées dans un éventail de pays plus large, les chercheurs se sont appuyés ont utilisé les données de personnes participant à l'étude prospective urbaine épidémiologie rurale (PURE).

La santé de près de 190 000 participants a été suivie pendant une moyenne de neuf ans, période pendant laquelle 13 640 personnes ont développé une hypertension et 5 351 ont développé un diabète.

Les participants étaient tous âgés de 35 à 70 ans et originaires de 21 pays : Afrique du Sud, Arabie Saoudite, Argentine, Bangladesh, Brésil, Canada, Chili, Chine, Colombie, Émirats arabes unis, Inde, Iran, Malaisie, Palestine, Pakistan, Philippines, Pologne, Suède, Tanzanie, Turquie et Zimbabwe.

La consommation de produits laitiers sur un an, évaluée par questionnaires

Les apports alimentaires des participants sur les 12 mois précédents ont été évalués à l’aide de questionnaires, portant sur la fréquence de consommation de certains types d’aliments. Les produits laitiers comprenaient le lait, le yaourt, les boissons à base de yaourt, le fromage et les plats préparés avec des produits laitiers. Ils étaient classés en deux catégories : entiers ou faibles en matière grasse. Le beurre et la crème ont été évalués séparément, car ils ne sont pas consommés couramment dans certains des pays étudiés.

Au regard des données collectées, la consommation quotidienne moyenne totale de produits laitiers était de 179 g par jour, avec une appétence plus marquée pour les produits entiers (124,5 g par jour) que leurs équivalents allégés (65 g par jour).

41 % des participants atteints d’un syndrome métabolique

Les chercheurs ont également analysé d’autres informations, comme les antécédents médicaux des sujets, l’utilisation de médicaments sur ordonnance, le niveau d'instruction, le tabagisme et les mesures du poids, de la taille, du tour de taille, de la pression artérielle et de la glycémie à jeun.

Pour près de 113 000 personnes, les données relatives aux cinq composantes du syndrome métabolique étaient disponibles. À savoir : pression artérielle supérieure à 130/85 mm Hg, tour de taille supérieur à 80 cm, faibles niveaux de bon cholestérol (moins de 1-1,3 mmol / l), triglycérides supérieurs à 1,7 mmol / dl et glycémie à jeun de 5,5 mmol / l ou plus.

Parmi les sujets de cette population, 41 % étaient effectivement atteints d’un syndrome métabolique (46 667 personnes) ; autrement dit, ils avaient au moins 3 des 5 composantes précédemment citées. Découvrez les résultats de cette étude, page suivante…

Un lien entre la consommation de produits laitiers et la baisse du risque cardiovasculaire

Un lien entre la consommation de produits laitiers et la baisse du risque cardiovasculaire© Istock

En analysant toutes les données précédemment citées, les chercheurs ont observé que la consommation totale de produits laitiers, ainsi que la consommation de produits laitiers entiers, étaient associées à une prévalence plus faible de la plupart des composantes du syndrome métabolique. En revanche, ce lien n’a pas été observé pour les produits laitiers allégés en matière grasse.

D’après les auteurs de l’étude, cette association était particulièrement élevée dans les pays où les apports laitiers étaient normalement faibles - autrement dit, là où la population n’a pas l’habitude de consommer ces aliments en quantité.

-11 % de risque d’hypertension en mangeant 2 laitages par jour

En outre, la consommation d’au moins deux portions de laitages par jour était associée à une diminution de 24 % du risque de syndrome métabolique. Cette baisse pouvait aller jusqu’à - 28 % pour les produits laitiers entiers - par rapport à la non-consommation de laitages.

Par ailleurs, la consommation d’au moins deux portions de laitages par jour était associée à une diminution de 11 % du risque d’hypertension et de 12 % du risque de diabète. Avec trois portions quotidiennes, la baisse du risque passait respectivement à - 13 % et - 14 % pour ces deux affections. Là encore, les associations étaient plus fortes pour les produits laitiers entiers que pour leurs équivalents allégés.

Une solution simple et bon marché pour réduire le risque cardiovasculaire

Il convient néanmoins de souligner qu’il s’agit d’une étude d’observation : celle-ci montre une association entre deux facteurs, mais ne peut établir de lien de cause à effet. Les possibles évolutions du syndrome métabolique n’ont pas été mesurées au fil du temps, ce qui peut donc influencer les résultats, et le recours aux questionnaires pour connaître les habitudes alimentaires des participants peut aussi être remis en cause.

Néanmoins, les chercheurs suggèrent : “si nos résultats sont confirmés par des essais menés sur un échantillon suffisamment large et sur le long terme, l'augmentation de la consommation de produits laitiers peut être une solution réalisable et bon marché pour réduire [le syndrome métabolique], l'hypertension, le diabète et, finalement, les événements de maladies cardiovasculaires dans le monde entier".

Yaourt, fromage : d’autres études ont déjà lié hypertension et laitages

Yaourt, fromage : d’autres études ont déjà lié hypertension et laitages© Istock

En 2018, une étude américaine publiée dans l'American Journal of Hypertension a montré que le yaourt pourrait réduire les risques de maladies cardiovasculaires chez les patients atteints d'hypertension.

Les chercheurs ont analysé les données de 55 000 femmes et 18 000 hommes atteints d’hypertension artérielle, sur une période de 30 ans. Au début de l’étude, les participants avaient rempli un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires, notamment la consommation de produits laitiers, et leurs antécédents cardiovasculaires.

Résultat : les personnes qui mangeaient plus de yaourts que les autres avaient moins de risque de faire un infarctus que les autres, pendant la durée de l’étude. Ce risque était réduit de 30 % pour les femmes et de 18 % pour les hommes. Consommer cet aliment au moins deux fois par semaine pourrait aussi diminuer de 20 % le risque de souffrir d’une maladie coronarienne ou d’un AVC.

Manger des produits laitiers fermentés réduit jusqu’à 26 % le risque d’infarctus

La même année, une étude publiée dans le British Journal of Nutrition a mis en évidence les effets bénéfiques de la consommation de fromage et de produits laitiers fermentés sur la santé cardiovasculaire.

Des scientifiques de la University of Eastern Finland, ont suivi 1 981 hommes âgés de 42 à 60 ans, sans antécédent médical, pendant 25 ans. Leurs résultats ont montré que ceux qui consommaient le plus de produits laitiers fermentés, avec moins de 3,5 % de matières grasses, avaient 26 % moins de risque de faire une crise cardiaque, par rapport à ceux qui en consommaient le moins.

"Cela contredit les affirmations selon lesquelles le fromage pourrait boucher les artères d'une personne et augmenter le risque de crise cardiaque, car il contient beaucoup de graisses saturées", affirment les auteurs de l’étude.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Association of dairy consumption with metabolic syndrome, hypertension and diabetes in 147 812 individuals from 21 countries, BMJ Open Diabetes Research & Care, 18 mai 2020. 

Dairy-rich diet linked to lower risks of diabetes and high blood pressure, MedicalXpress, 18 mai 2020.

Hypertension artérielle (HTA), Inserm, 2 novembre 2018. 

mots-clés : Diabète
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.