Excès de toilette intime : attention aux infections bactériennes

S'il est bien un domaine dans lequel la douceur est de mise, c'est l'hygiène. Elle l'est encore davantage lorsqu'il s'agit de toilette intime. En effet, s'il n'est pas question de remettre en cause les préceptes érigés par Louis Pasteur à la fin du XIXe siècle, il faut éviter de sombrer dans les excès d'hygiène, qui peuvent être aussi néfastes à la santé qu'une hygiène négligée…

Publicité

© Istock

Toilette intime : le mieux est l'ennemi du bien !

Le pire, en termes de toilette intime, est la douche vaginale. Par son action décapante, elle déséquilibre totalement la flore bactérienne à l'intérieur du vagin. Par conséquent, certaines bactéries vont se mettre à croître et se multiplier, et provoquer des infections urinaires. Il ne faut surtout pas nettoyer l'intérieur du vagin, ni utiliser des produits agressifs ou parfumés, qui non seulement détruisent la flore vaginale, mais peuvent aussi être sources d'allergies. Enfin, jetez à la poubelle vos gants de toilette : ce sont de véritables bouillons de culture pour les microbes et autres bactéries…

Publicité
Publicité

Infection urinaire à E. coli : est-ce normal ?

L'Escherichia coli(ou E. coli) est une bactérie souvent associée à des scandales sanitaires dans le domaine de l'alimentation. Pourtant, il s'agit aussi d'une bactérie en cause dans huit infections urinaires sur dix ! Rien d'étonnant à cela : il ne s'agit pas des mêmes souches de la bactérie… Pour éviter les infections urinaires à l'E. coli, il est particulièrement recommandé de toujours s'essuyer – après avoir uriné, être allé à la selle, ou tout simplement en sortant de la douche – d'avant en arrière, pour éviter de rapporter les germes fécaux vers le méat urinaire.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X