Gastro, intoxication alimentaire ou indigestion : la différence

Certifié par nos experts médicaux MedisiteTroubles digestifs, douleurs abdominales, diarrhées, nausées, vomissements... Vous pensez qu'il s'agit d'une intoxication alimentaire ? Ces symptômes évoquent aussi la grippe intestinale, également appelée gastro-entérite, mais aussi parfois l’indigestion. Alors, comment faire la différence ? Explications avec le docteur Philippe Bordon, médecin généraliste.
Sommaire

Gastro-entérite, intoxication alimentaire et indigestion : des causes différentes

L'intoxication alimentaire est causée par la consommation d’un aliment contaminé ou d’une eau souillée. Les agents pathogènes peuvent être : une bactérie (telle que Salmonelle, Campylobacter, Escherichia coli, Shigella, Clostridium (botulinum, difficile…), staphylocoque doré, brucella, Listeria…) ou un parasite (tel que le ver du tænia, la toxoplasmose…).

Ils se développent pour diverses raisons : rupture de la chaîne du froid, non-respect des règles d’hygiène ou encore dépassement des dates de péremption… Cette affection peut aussi être liée à l’ingestion d’agents toxiques : plantes, champignons vénéneux, produits toxiques (pesticides, engrais, métaux lourds …).

Gastro-entérite : une cause virale dans 80 % des cas

La gastro-entérite est aussi appelée grippe intestinale. « Cette inflammation de la paroi du tube digestif est d’origine virale dans 80 % des cas : les norovirus (dont le plus connu est le virus de Norwalk) sont plus fréquents chez l’adulte tandis que les rotavirus sont plus communs chez l’enfant », selon le docteur Philippe Bordon, médecin généraliste. Il existe cependant d’autres virus responsables : les adénovirus, les calcivirus, les astrovirus…

Comme pour l’intoxication alimentaire, la gastro-entérite peut être causée par une bactérie : la contagion se fait par contact direct ou indirect (par l’intermédiaire d’un objet ou d’un aliment contaminé) avec une personne atteinte.

Indigestion : une gêne abdominale après un repas copieux

L’indigestion, quant à elle, "correspond à une douleur ou une gêne dans le quadrant supérieur de l’abdomen", selon le manuel MSD. On l'appelle également dyspepsie. Celle-ci peut avoir plusieurs causes, qui n'impliquent pas forcément de difficulté à digérer. Ainsi, une dyspepsie aiguë peut survenir après l'ingestion d'un repas copieux ou pris trop rapidement, d'alcool ou de certains médicaments irritants.

Ce mal-être est sans gravité et va disparaître en quelques heures en laissant le système digestif se reposer. On mettra donc la personne à la diète pendant un jour ou deux, le temps que son organisme récupère de ces excès.

Les dyspepsies récurrentes sont plus souvent causées par :

  • L'achalasie ;
  • Le cancer (de l’estomac ou de l’œsophage) ;
  • Un retard de la vidange gastrique (de l’estomac) ;
  • Certains médicaments ;
  • Le reflux gastro-œsophagien (RGO) ;
  • La Gastrite ou l'ulcère gastroduodénal ;
  • Une cause inconnue (dyspepsie sans ulcère).

La gastro-entérite et l'intoxication alimentaire : des symptômes souvent similaires

La plupart des symptômes de ces deux infections intestinales sont similaires. Nous retrouvons souvent :

  • des troubles digestifs : des nausées accompagnées ou non de vomissements, des diarrhées parfois aigües et/ou sanglantes, des flatulences et des douleurs abdominales ;
  • une altération de l’état général : fatigue, céphalées, vertiges et perte d’appétit et/ou de poids… ;
  • une fièvre modérée accompagnée ou non de courbatures.

Toutefois, certains symptômes sont caractéristiques de l’ingestion d’un produit toxique tels que des troubles neurologiques ou de la conscience (perte de connaissance, coma)… Ces signes doivent vous faire consulter en urgence.

Certaines intoxications alimentaires peuvent être asymptomatiques les premiers temps comme le développement d’un parasite. Enfin, certains agents pathogènes ne provoquent pas de troubles digestifs mais d’autres symptômes parfois plus graves : la listéria est responsable de la méningite, la bactérie brucella ou la toxoplasmose (lié à un parasite) peuvent générer de la fièvre, des douleurs diffuses et une altération de l’état général

Dyspepsie : des signes essentiellement digestifs

Outre la gêne ou la douleur abdominale, l'indigestion, de son côté, peut aussi entraîner des flatulences, une sensation de plénitude gastrique, une réduction de l'appétit, des nausées et/ou vomissements, une constipation, des éructations ou encore une impression de brûlure. Une satiété précoce ou excessive peut se faire ressentir, même après un repas léger.

Gastro et intoxication alimentaire ont-elles la même durée ?

Contrairement aux idées reçues la durée d’incubation n’est pas un indicateur infaillible afin de différencier une gastro-entérite d’une intoxication alimentaire. En effet, le temps d’incubation d’une gastro-entérite virale est de 24 à 72 h. Pour ce qui est de l’intoxication, cette durée est très variable pouvant aller de quelques heures/jours (produits toxiques, Salmonelles, Staphylocoque doré, E. coli, Campylobacter) à plusieurs mois (comme dans le cas de certains parasites).

Toutefois, « si les symptômes apparaissent dans les heures qui suivent l’ingestion d’un aliment suspect, il s’agit sans doute d’une intoxication alimentaire (et a fortiori si des personnes ayant partagé le même repas sont aussi malades). Il est en revanche plus difficile d’identifier l’origine de la maladie en dehors de ce cas de figure », explique le médecin généraliste.

Par ailleurs, la durée des symptômes peut être un indice : les infections alimentaires d’origine toxique ou bactérienne sont généralement de plus courtes durées (ne durant parfois que quelques heures). Les gastro-entérites virales peuvent s’étendre sur plusieurs jours.

Quels sont les examens et analyses à réaliser pour les différencier ?

En cas de symptômes persistants, il est possible de procéder à un dépistage afin d’identifier l’origine de la maladie :

  • la coproculture : en cas de diarrhées importantes, cet examen permet de détecter la présence de bactéries pathogènes au moyen d’un échantillon de selles ;
  • l’analyse des selles au microscope peut être indiquée notamment lorsqu’une personne revient d’un voyage à l’étranger. Elle permet de détecter la présence de parasites ;

Toutefois, ces examens ne donnent aucun résultat lorsque l’infection est virale.

La dyspepsie étant, quant à elle, une gêne plutôt légère et passagère, la consultation ne s'impose que lorsqu'elle est présente depuis longtemps, ou qu'elle revient de façon régulière. En premier lieu, il convient de consulter son médecin généraliste, qui pourra vous prescrire des analyses plus poussées, si besoin.

Photo : Ouvrier de laboratoire tenant des échantillons de fèces

Photo : Ouvrier de laboratoire tenant des échantillons de fèces© Istock

Gastro ou intoxication : rappel des bons réflexes et traitements

En cas de gastro-entérite ou d’intoxication alimentaire, les recommandations sont les mêmes :

  • s’hydrater : en prenant des solutés de réhydratation orale (SRO) et en buvant beaucoup d’eau ;
  • prendre du repos ;
  • adopter une alimentation pauvre en fibres, riche en sel et en sucre : « riz blanc, pâtes, carottes cuites, compote de pommes… Éviter les fruits, les légumes crus et les céréales complètes », recommande le praticien ;
  • réduire l’intensité des diarrhées (ralentisseurs de transit, plâtre et pansements intestinaux…) ;
  • prendre des probiotiques et adopter une alimentation équilibrée sont recommandées afin restaurer la flore intestinale (2). Certaines études démontrent que les probiotiques sont aussi un moyen préventif (3) ;
  • se laver les mains régulièrement et éviter les contacts avec l’entourage afin d’éviter toute contamination ;

Dans les cas sévères :

  • la prescription d’antibiotiques peut s’avérer nécessaire ;
  • une prise de sang en cas de déshydratation peut être prescrite.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Entretien avec le docteur Philippe Bordon, médecin généraliste.

(1)   Cours de virologie du Pr P. Pothier et du DR. D. Agnello   

(2)   Les probiotiques dans le traitement et la prévention de la diarrhée infectieuse aiguë chez les nourrissons et les enfants : une revue systématique des essais publiés randomisés, en double aveugle, contrôlés contre placebo, Szajewska H. and al., 2001

(3)  Méta-analyse des probiotiques pour la prévention de la diarrhée du voyageur. McFarland LV   Revue génèrale des gastro-entérites, par Thomas Boyce, Mds manuals , 2017

Indigestion, manuel MSD.