DMLA : une injection pourrait restaurer votre vue

Ecouter l'article :

Injecter des cellules oculaires pourrait redonner la vue à des individus, même aveugles. C'est du moins ce qu'avancent des chercheurs travaillant sur des nouveaux traitements.
DMLA : une injection pourrait restaurer votre vueAdobe Stock

En combinant deux types de cellules en un seul traitement par injection, une équipe de scientifiques a peut-être trouvé une nouvelle façon de lutter contre la déficience visuelle. Explications.

Un traitement unique qui cible les cellules mortes de la rétine

C'est une grande avancée pour toutes les personnes atteintes de cécité.

Des scientifiques travaillant sur des traitements de nouvelle génération ont découvert qu'en injectant des "cellules saines" dans des yeux déficients, la v ision s'en trouvait considérablement améliorée.

La technique, démontrée pour l'instant uniquement chez la souris, explore la piste d'un traitement unique - un hydrogel injectable composé de RPE et de photorécepteurs - qui pourrait être utilisé pour cibler la mort de deux types de cellules dans l'œil.

Pour y arriver, les chercheurs ont étudié une longue liste de biomatériaux modifiés à l'Université de Toronto (UT). Ils ont passé un certain nombre d'années à étudier les traitements possibles contre la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), l'une des principales causes de cécité et la rétinite pigmentaire, plus rare. Ces deux pathologies sont caractérisées par la mort des cellules à l'arrière de l'œil.

Concrètement, les cellules photoréceptrices se détériorent et entraînent, à terme, une cécité. Les chercheurs ont donc axé leurs recherches sur ces cellules mortes, et sur la manière de les remplacer.

Parmi leurs tests, ils ont notamment injecté des cellules saines dans un œil malade (ayant une vision détériorée, ndlr). Malheureusement, ce processus n'a pas entraîné les résultats escomptés. Les chercheurs se sont vite rendu compte que la plupart des cellules ne survivaient pas longtemps dans cet environnement "toxique".

Dans ce contexte, ils en ont déduit que la survie et le bien-être de ces types de cellules (RPE et photorécepteurs) sont étroitement liés. Cibler ces deux critères en même temps pourrait donc conduire à de meilleurs résultats.

"Le RPE et les photorécepteurs sont considérés comme une seule unité fonctionnelle - si un type de cellule meurt, alors l'autre le sera aussi", explique l'auteur de l'étude, le professeur Molly Shoichet. Aussi, "nous nous sommes demandé si la co-administration des deux types de cellules aurait un impact plus important sur la restauration de la vision."

Les souris ont récupéré 10 % de leur acuité visuelle suite à l'injection

Après plusieurs mois d'essais, les résultats de cette double injection sont au rendez-vous : l'équipe a constaté que les rongeurs atteints de DMLA avaient retrouvé 10 % de leur acuité visuelle, par rapport aux souris qui n'avaient reçu qu'un des deux types de cellules.

Dans ces expériences comportementales, les souris ayant reçu une injection étaient également plus actives dans les chambres sombres.

Ces changements de comportement s'avèrent donc très prometteurs.

"La combinaison de ces propriétés a ouvert une nouvelle stratégie pour une livraison réussie de plusieurs cellules", s'enthousiasme le Dr Shoichet.

Néanmoins, malgré ces premiers résultats encourageants, les chercheurs montrent un optimisme prudent : aucune autre expérience n'a tenté de combiner ces deux types de cellules en un seul traitement.

Les scientifiques devront donc tester ce processus sur de "multiples modèles animaux", avant d'espérer, un jour, proposer ce traitement à l'homme. À terme, l'équipe souhaite soigner les formes de cécité actuellement incurables.

Pour y arriver, les chercheurs auront "besoin d'une source de cellules photoréceptrices humaines et d'un moyen d'améliorer encore la survie des cellules".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.