Sommaire

Les premières victimes du COVID-19 sont les personnes âgées ou celles ayant des maladies chroniques. Cet élément fait penser à certains que les malades auraient été emportés par d’autres causes même s’ils n’avaient pas été infectés, et que leur espérance de vie n’a ainsi pas été grandement affectée. Les calculs des chercheurs de l’université de Glasgow renversent cette idée reçue. Les victimes du SARS-COV-2 avaient de nombreuses années à vivre encore !

Plus de dix ans potentiels de vie perdus

L’équipe scientifique écossais a voulu savoir combien de temps les victimes du COVID-19 auraient encore vécu si elles n’avaient pas contracté la maladie. Elle s’est ainsi tournée vers une statistique de l’OCDE appelée “années potentielles de vie perdues”. Elle mesure le nombre d'années d'espérance de vie qui ont été perdues du fait d'un décès prématuré.

Ce calcul leur a permis de déterminer que les personnes emportées par la maladie venue de Chine ont perdu en moyenne plus d’une décennie avec leurs proches. L’infection a pris 13 ans de vie aux hommes tandis que les femmes ont vu leur existence réduite de 11 ans.

Cette observation concerne aussi les malades atteints de maladies chroniques.


Des calculs basés sur les décès du COVID-19 en Italie

Pour mener à bien leurs analyses, les chercheurs ont recoupé le bilan des décès en Italie, publié le 26 mars 2020, avec les données de l'Organisation mondiale de la santé et plusieurs bases de données britanniques sur la santé. Ils ont, en autres, pris en compte l'âge, le sexe et les conditions de santé sous-jacentes des patients.

Ils ont observé également qu’au Royaume-Uni, les années potentielles de vie perdues étaient de 8,2 ans pour la maladie pulmonaire obstructive chronique, 11,6 ans pour les maladies coronariennes, 13,1 ans pour la pneumonie et 21,6 ans pour l'asthme".

Le Dr David McAllister, maître de conférence et consultant à l'Institut de santé et de bien-être de l'Université de Glasgow, remarque "Parmi les personnes qui meurent de COVID-19, le nombre d'années de vie perdues par personne semble similaire à des maladies telles que les maladies coronariennes ou la pneumonie".Dans l’article en attente de validation par des pairs, les chercheurs reconnaissaient que le calcul des années potentielles de vie perdues “peut varier considérablement en fonction de la population de référence choisie et de la répartition par âge des personnes décédées” et que l’exactitude des extrapolations faites dépendent de la qualité des données.

“Néanmoins, bien qu'imparfait, nous soutenons que les agences de santé publique devraient présenter des estimations des années potentielles de vie perdues pour COVID-19, parallèlement au nombre de décès” afin d’améliorer la compréhension de la maladie et éviter une sous-estimation des risques.

Sources

COVID-19 – exploring the implications of long-term condition type and extent of multimorbidity on years of life lost: a modelling study, wellcome open Research, 23 avril 2020

COVID-19: Exercise May Help Prevent Deadly Complication, University of Virginia, 15 avril 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.