Le COVID-19 peut être décelé dans votre voix

Des chercheurs américains assurent qu’il est possible de déceler la présence du coronavirus en analysant la voix des malades. Cette méthode de dépistage serait aussi efficace chez les personnes asymptomatiques. Une piste suivie par des scientifiques israéliens, qui ont développé une application permettant de détecter le virus dans la voix, et par des confrères suisses qui, eux, recherchent le virus dans le son d'une toux.
Sommaire

© Istock

Ton nasillard, voix plus basse… il est souvent possible de deviner qu’un proche a un rhume juste en l’entendant parler. Il pourrait en être de même avec les personnes infectées par le nouveau coronavirus, et cela, même si elles sont asymptomatiques, selon les chercheurs du laboratoire Lincoln du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Un avis que partagent les scientifiques israéliens à l'origine de la start-up Vocalis Health, qui travaillent à la fois sur les sons produits par la voix et par la toux des malades.

Covid : des biomarqueurs présents dans la voix

Après avoir analysé les enregistrements audio des personnes infectées par le nouveau virus - mais ne présentant pas encore de symptôme - une équipe de l’établissement de recherche américain a repéré des biomarqueurs spécifiques au COVID-19 dans la voix des patients asymptomatiques.

Ces éléments distincts proviennent des perturbations causées par l'infection dans le mouvement des muscles à travers les systèmes du larynx, respiratoires et articulatoires.

Le responsable de l’étude, Thomas Quatieri, membre du groupe Santé humaine et systèmes de performance du MIT, a expliqué : "j'ai eu un moment d’illumination pendant que je regardais les informations".

Les symptômes les plus fréquents du COVID-19 sont une toux, des difficultés respiratoires ou encore une inflammation du système respiratoire. Or ces derniers affectent généralement l'intensité avec laquelle l'air est expiré lorsqu'une personne parle. "Cet air interagit avec d'autres muscles potentiellement enflammés lors de son voyage vers la production de la parole. Ces interactions ont un impact sur le volume, la hauteur, la stabilité et la résonance de la voix, des qualités mesurables qui forment la base des biomarqueurs", précise le scientifique.


Ils ont étudié les enregistrements de stars touchées par le coronavirus

Pour tester cette théorie, Thomas Quatieri et ses collègues ont cherché sur Youtube des vidéos de célébrités et présentateurs télé ayant répondu à des interviews lorsqu’ils étaient infectés par le COVID-19, mais encore asymptomatiques. Ils ont ensuite comparé ces fichiers audios avec des émissions tournées avant l’épidémie. Cela leur a permis d’extraire des caractéristiques vocales propres à la maladie.

Par exemple, l’amplitude et l’intensité de la voix permettent d’étudier les mouvements du système respiratoire tandis que la hauteur et la stabilité des paroles sont des indicateurs de l’activité du larynx.

Après avoir étudié les enregistrements, les chercheurs ont découvert que les muscles de ces systèmes étaient plus "soudés" qu’à l’accoutumée, lors d’une inflammation causée par le SARS-COV-2, les conduisant à effectuer des mouvements beaucoup moins complexes. Si ces modifications ne sont pas audibles à l’oreille humaine, des appareils pourraient être en mesure de les détecter.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Signs of Covid-19 may be hidden in speech signals, MIT NEWS, 8 juillet 2020.

Alexa, do I have COVID-19?, Nature, 30 septembre 2020. 

Coughvid

La rédaction vous recommande sur Amazon :