Tandis que le monde entier tente d’éviter la survenue d’une seconde vague de Covid-19, des scientifiques viennent de trouver une piste prometteuse.

Dirigée par Michael Schoof, étudiant diplômé de l'Université de Californie à San Francisco (UCSF), une équipe de chercheurs a conçu une molécule synthétique sous forme d’aérosol, qui agirait comme un anticorps neutralisan t. Elle bloquerait ainsi l’action du coronavirus avant qu’il n’infecte les cellules respiratoires.

Leur découverte, baptisée AeroNabs, potentiellement révolutionnaire, vient d’être pré-publiée sur le site bioRxiv, dans l’attente d’être validée par des pairs.

En parallèle, la biotech australienne Ena Respiratory aurait élaboré un spray nasal du nom de code "INNA-05", qui semblerait montrer une certaine efficacité contre le coronavirus, selon les résultats préliminaires d'une étude clinique rendue publique ce lundi 28 septembre. Initialement, ce produit aurait été développé dans le but de renforcer le système immunitaire pour combattre la grippe et les rhumes hivernaux.

"INNA-05" aurait réduit jusqu'à 96 % la présence du coronavirus

Le traitement développé par Ena Respiratory, référencé sous son nom de code "INNA-05", a en effet réduit jusqu'à 96 % la présence du coronavirus chez des furets qui avaient été exposés au SARS-CoV-2.

Si l'efficacité du spray est avérée, il suffirait de l'inhaler une à deux fois par semaine pour prévenir l'infection dans les populations à risque, personnes âgées et professionnels de santé. Les scientifiques se disent prêt à effectuer des essais cliniques sur l'homme d'ici quatre mois.

AeroNabs : une “protection puissante” contre le coronavirus

Baptisé “AeroNabs”, l'aérosol développé par l'équipe de Michael Schoof peut être auto-administré sous forme de spray nasal ou d’un inhalateur. L’utiliser une fois par jour pourrait fournir une protection puissante contre le virus SARS-CoV-2, jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible, estiment les chercheurs. Ce produit pourrait aussi constituer un moyen de défense efficace pour les personnes qui ne répondent pas au vaccin, ou qui ne peuvent pas y accéder.

Du côté de sa composition, AeroNabs est largement inspiré des “nanocorps”, des protéines immunitaires semblables à des anticorps, naturellement produite dans l’organisme de certains animaux comme les lamas, les chameaux et les dromadaires.

Les nanocorps : de minuscules protéines faciles à synthétiser

“Bien qu'ils fonctionnent un peu comme les anticorps trouvés dans le système immunitaire humain, les nanocorps offrent un certain nombre d'avantages uniques, pour mettre au point des thérapies efficaces contre le SARS-CoV-2”, a expliqué le co-inventeur Aashish Manglik, professeur adjoint de chimie pharmaceutique.

Ils sont, notamment, bien plus petits que les anticorps humains, ce qui les rend plus faciles à manipuler et à modifier en laboratoire. Leur petite taille et leur structure simple les rendent aussi plus stables que les anticorps d’autres mammifères. En outre, ils peuvent être produits massivement, et à peu de frais.

Ce spray empêche le virus de se fixer sur les cellules respiratoires

Le Pr Manglik précise néanmoins : “les nanocorps n'étaient que le point de départ pour nous. Bien que séduisants en eux-mêmes, nous avons pensé que nous pourrions les améliorer grâce à l'ingénierie des protéines. Cela a finalement conduit au développement d'AeroNabs”.

Celui-ci empêche le coronavirus de se fixer aux protéines ACE2, des récepteurs cellulaires qui constituent la porte d’entrée du virus dans nos cellules pulmonaires et respiratoires. En effet, l’aérosol désactive les petits “picots” qui entourent le coronavirus, or ce sont eux qui leur permettent de s’accrocher sur les ACE2 et d’interagir avec elles.

Les chercheurs espèrent démarrer les essais cliniques rapidement

“Nous avons réuni un groupe incroyable de biochimistes talentueux, de biologistes cellulaires, de virologues et de biologistes structuraux pour mener à bien le projet du début à la fin, en quelques mois seulement”, se réjouit Michael Schoof, étudiant diplômé de l'UCSF, membre du laboratoire Walter et co-inventeur d'AeroNabs.

À l’heure actuelle, les chercheurs sont en discussion active avec des partenaires commerciaux, pour accélérer la production de l’AeroNabs, et démarrer les essais cliniques sur l’Homme. Si ces derniers sont concluants, les créateurs de l’aérosol espèrent pouvoir le proposer en vente libre et à un prix abordable, le plus rapidement possible.

“Si AeroNabs s'avère aussi efficace que nous le prévoyons, il pourrait aider à remodeler le cours de la pandémie dans le monde”, conclut le Pr Manglik.

Sources

‘AeroNabs’ Promise Powerful, Inhalable Protection Against COVID-19, UCSF, 11 août 2020. 

An ultra-high affinity synthetic nanobody blocks SARS-CoV-2 infection by locking Spike into an inactive conformation, bioRxiv, 10 août 2020. 

Australian firm says its nasal spray reduced coronavirus growth in animal study, Reuters, 28 septembre 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.