Covid-19 : fallait-il vraiment confiner la France ?

À l’heure où la France accélère son déconfinement, l’heure du bilan s’impose. Les effets délétères du confinement sont nombreux, tant sur le plan économique que sanitaire. Ses bénéfices, au regard de l’épidémie, justifient-ils de tels sacrifices ? Pour le Pr Jean-François Toussaint, interrogé par le Journal International de Médecine, rien n’est moins sûr…

Le confinement est loin d’avoir été anodin pour la population française. Ses impacts sont nombreux, qu’ils soient économiques, psychologiques ou sanitaires.

L’Observatoire français des conjonctures économiques estime que le PIB mondial a chuté de 19 %, tandis que le commerce mondial a baissé de 25 %. “Les régions les plus touchées par les mesures prises au mois d'avril se situent en Europe : l'Espagne, l'Italie et la France font partie des pays les plus affectés et connaissent des chutes de valeur ajoutée de plus de 30 points”, précise l’organisme dans un article publié le 5 juin 2020.

Confinement : un impact sur la santé mentale des Français

En outre, les huit semaines d’isolement social ont eu des conséquences sur la santé mentale des Français. Une étude publiée le 26 février dernier, dans The Lancet, montrait déjà que la quarantaine pouvait entraîner des troubles de l’humeur, une confusion, voire un syndrome de stress post-traumatique.

Précédemment interviewé par Medisite, le Dr Jacques Fiorentino soulignait également la hausse des troubles du sommeil depuis le début de la crise sanitaire, mais aussi celle des crises d’angoisse et des épisodes dépressifs liés à la solitude. Mais rester chez soi, c’est aussi être plus sédentaire, avec tous les risques associés : obésité, troubles musculo-squelettiques, problèmes cardiovasculaires…

La prolongation du confinement : une erreur, selon le Pr Toussaint

Interrogé par le Journal International de Médecine, le professeur Jean-François Toussaint, directeur de l’Institut de recherche bio-médicale et d’épidémiologique du sport (IRMES), estime que, si le choix du confinement a pu être légitime au début de l’épidémie, sa prolongation était une véritable erreur stratégique.

“Bien sûr, début mars, quand nous sommes confrontés à la Chine triomphante affirmant que le confinement lui a permis de contrôler l’épidémie et à l’Italie qui sonne l’alerte, la situation est complexe et s’orienter vers un confinement global pouvait apparaitre légitime”, explique l’expert, interviewé par nos confrères.

Le choix du confinement était légitime, mais "sa prolongation constitue deux mois et demi d’erreur"

Là où le bât blesse, c’est au niveau du manque d’adaptation et de souplesse dans les décisions gouvernementales. “Les gouvernements n’ont pas été capables de remettre leurs choix en question, chaque jour, chaque semaine”, déplore le Pr Toussaint. “Ce qui est difficilement compréhensible c’est que les décideurs n’aient pas perçu plus rapidement les effets délétères massifs de leur option pour en tirer des décisions adaptées. Un choix s’est imposé, pourquoi pas, mais sa prolongation constitue ensuite deux mois et demi d’erreur”.

Dans ce diaporama, nous détaillons les différents arguments du médecin, qui estime que confiner les Français pendant huit mois n’étaient probablement pas la solution la plus optimale pour contrer l’épidémie de Covid-19.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.