Covid-19 : fallait-il vraiment confiner la France ?

Le confinement est loin d’avoir été anodin pour la population française. Ses impacts sont nombreux, qu’ils soient économiques, psychologiques ou sanitaires.

L’Observatoire français des conjonctures économiques estime que le PIB mondial a chuté de 19 %, tandis que le commerce mondial a baissé de 25 %. “Les régions les plus touchées par les mesures prises au mois d'avril se situent en Europe : l'Espagne, l'Italie et la France font partie des pays les plus affectés et connaissent des chutes de valeur ajoutée de plus de 30 points”, précise l’organisme dans un article publié le 5 juin 2020.

Confinement : un impact sur la santé mentale des Français

En outre, les huit semaines d’isolement social ont eu des conséquences sur la santé mentale des Français. Une étude publiée le 26 février dernier, dans The Lancet, montrait déjà que la quarantaine pouvait entraîner des troubles de l’humeur, une confusion, voire un syndrome de stress post-traumatique.

Précédemment interviewé par Medisite, le Dr Jacques Fiorentino soulignait également la hausse des troubles du sommeil depuis le début de la crise sanitaire, mais aussi celle des crises d’angoisse et des épisodes dépressifs liés à la solitude. Mais rester chez soi, c’est aussi être plus sédentaire, avec tous les risques associés : obésité, troubles musculo-squelettiques, problèmes cardiovasculaires…

La prolongation du confinement : une erreur, selon le Pr Toussaint

Interrogé par le Journal International de Médecine, le professeur Jean-François Toussaint, directeur de l’Institut de recherche bio-médicale et d’épidémiologique du sport (IRMES), estime que, si le choix du confinement a pu être légitime au début de l’épidémie, sa prolongation était une véritable erreur stratégique.

“Bien sûr, début mars, quand nous sommes confrontés à la Chine triomphante affirmant que le confinement lui a permis de contrôler l’épidémie et à l’Italie qui sonne l’alerte, la situation est complexe et s’orienter vers un confinement global pouvait apparaitre légitime”, explique l’expert, interviewé par nos confrères.

Le choix du confinement était légitime, mais "sa prolongation constitue deux mois et demi d’erreur"

Là où le bât blesse, c’est au niveau du manque d’adaptation et de souplesse dans les décisions gouvernementales. “Les gouvernements n’ont pas été capables de remettre leurs choix en question, chaque jour, chaque semaine”, déplore le Pr Toussaint. “Ce qui est difficilement compréhensible c’est que les décideurs n’aient pas perçu plus rapidement les effets délétères massifs de leur option pour en tirer des décisions adaptées. Un choix s’est imposé, pourquoi pas, mais sa prolongation constitue ensuite deux mois et demi d’erreur”.

Dans ce diaporama, nous détaillons les différents arguments du médecin, qui estime que confiner les Français pendant huit mois n’étaient probablement pas la solution la plus optimale pour contrer l’épidémie de Covid-19.

Le confinement reposait sur des modélisations, et non des faits

1/6
Covid-19 : fallait-il vraiment confiner la France ?

Le Pr Jean-François Toussaint estime que dès le début du mois d’avril, le gouvernement français avait assez de recul sur la crise sanitaire pour adopter une stratégie différente. “Il apparaît très clairement, dans les données chinoises et italiennes, que le virus affecte très majoritairement les plus âgés. Si l’on avait voulu se concentrer sur ces faits, et non sur des modélisations qui se révèleront plus que douteuses, il aurait été possible d’agir différemment. Ainsi, aurait-on pu à l’instar de l’Allemagne, cibler les mesures et choisir notamment de ne confiner que les clusters”. 

Ces modélisations ont pourtant montré leurs limites

2/6
Covid-19 : fallait-il vraiment confiner la France ?

Le spécialiste insiste sur les nombreuses insuffisances des modélisations, sur lesquelles le gouvernement s’est basé pour adopter la stratégie du confinement. “Les modélisations qui ont été retenues ne prenaient pas en compte la possibilité d’immunité croisée, ni le rôle de la température ou de la densité des populations âgées, etc.” Il précise également que la contagiosité du virus ne repose pas uniquement sur la seule volonté humaine, et que “ces modélisations ont été érigées en vérité absolue alors qu’elles se basent sur des modèles datés”. 

Une préparation insuffisante de la France, face à l’épidémie

3/6
Covid-19 : fallait-il vraiment confiner la France ?

Nous avons vu l’épidémie se déclarer en Chine. Nous l’avons observé s’étendre progressivement à d’autres pays, puis arriver en Europe. Selon le Pr Toussaint, nous aurions dû nous préparer davantage, à l’instar de l’Allemagne qui, dès le mois de février, a “multiplié ses lits de réanimation et ses capacités de test”. 

L’OMS serait, elle aussi, responsable d’un confinement trop hâtif

4/6
Covid-19 : fallait-il vraiment confiner la France ?

Pour le Pr Toussaint, les instances internationales, et en particulier l’Organisation mondiale de la Santé, ont leur part de responsabilité dans la stratégie de confinement adoptée par de nombreux pays, dont la France. 

“Il me semble que l’OMS a une très grande responsabilité en n’ayant pas su établir la priorité, en ayant continué inlassablement à répéter qu’il s’agissait d’une menace pour l’humanité”, explique-t-il. Mais si cette maladie est effectivement très contagieuse, elle constitue principalement une menace pour les populations âgées de l’hémisphère nord. “Or, elle conduira, par le biais de confinements aveugles, à la suspension de campagnes de vaccination en Afrique et de soutien alimentaire en Inde”, déplore le médecin, qui s’interroge sur l’influence exercée par le gouvernement chinois auprès de l’institution. 

Des décisions souvent guidées par la panique

5/6
Covid-19 : fallait-il vraiment confiner la France ?

Les décisions, parfois précipitées, des autorités sanitaires, ont en partie été guidées par la panique, estime le professeur. “Cette panique a été, chaque jour, nourrie par des discours ahurissants.  Qu’on prenne pour seul exemple la comparaison avec la peste de 1347 par le directeur général de la santé. Mais la peste c’est un tiers de la population européenne qui disparaît ! À l’échelle mondiale, une peste noire équivalente tuerait 2,5 milliards de personnes. Nous sommes très loin de l’épidémie actuelle”. Le médecin remet également en question le discours martial du président de la République, et notamment la fameuse phrase “nous sommes en guerre”. 

La peur, engendrée notamment par des simulations alarmistes, aura finalement fait “cesser toute l’activité du monde, là où personne n’avait su le faire avec les arguments de l’avenir climatique”. Entraînant, malgré elle, les dégâts sanitaires collatéraux que nous avons pu observer : diminution du suivi des maladies chroniques, hausse des troubles psychiatriques…

Des incohérences dans le discours adopté par le gouvernement

6/6
Covid-19 : fallait-il vraiment confiner la France ?

Le Pr Toussaint pointe les nombreuses incohérences dans le discours et les décisions adoptées par le gouvernement, ainsi que le rôle joué par le conseil scientifique dans l’adoption du confinement.

Il cite plusieurs exemples, comme le maintien du premier tour des municipales, avant de confiner toute la France dès le lendemain ; la fustigation de la pratique sportive alors que la sédentarité et l’obésité augmentent le risque de finir en réanimation ; le revirement de dernière minute au sujet des masques grand public ; ou encore la fermeture des plages et parcs naturels alors que la contagion est plus grande dans les espaces confinés. Un dernier point sur lequel le conseil scientifique lui-même était en désaccord, ce qui remet en cause le pouvoir réel de cette institution. “S’il ne l’approuvait pas, pourquoi le conseil scientifique n’a-t-il pas publié de résolution appelant à leur réouverture ? Était-il à ce point faible, influençable ou bâillonné ?”, questionne le médecin. 

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

« Début avril, des choix différents auraient pu être adoptés face à l’épidémie ». Entretien avec le Pr Jean-François Toussaint, JIM.fr, 13 juin 2020. 

Évaluation de l'impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures de confinement sur l'économie mondiale en avril 2020, OFCE, 5 juin 2020. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.