De nombreuses études ont déjà montré que le Sars-CoV-2 pouvait avoir un impact sur la santé cardiovasculaire en favorisant de nombreuses pathologies cardiaques. Le risque serait même accru de 55 %, selon une étude américaine publiée en février 2022.

De nouveaux travaux menés par l’Université de Glasgow montrent que près d’un patient sur huit hospitalisé pour Covid-19 souffre d’inflammation cardiaque. Les résultats de cette étude CISCO-19 (pour “Cardiac Imaging in SARS Coronavirus disease-19”), ont été publiés dans le revue Nature Medicine.

Covid-19 : une “maladie multi-systémique” qui touche de nombreux organes

Dans cette recherche, les patients hospitalisés ont été suivis en temps réel par les scientifiques qui ont comparé leur état de santé à celui d’un groupe témoin composé d’individus d’âge, de sexe et d’antécédents médicaux similaires. Scanners, bilans sanguins et IRM de plusieurs organes, y compris le cœur, les reins et les poumons, ont été passés au crible par les médecins. Les individus ont également rempli des questionnaires d’opinion concernant leur propre état de santé.

Les conclusions des auteurs montrent que les personnes hospitalisées pour Covid-19 présentent souvent un certain nombre de symptômes à long terme. Mais surtout, ils ont découvert qu’un patient sur huit souffrait d’inflammation cardiaque, et qu’une inflammation générale dans l’organisme avec des dommages aux autres organes comme le reins était également courante. Après la sortie de l’hôpital, les patients ont vu leur qualité de vie quotidienne généralement dégradée. Et 450 jours après, un patient sur sept est décédé ou a été réadmis à l’hôpital, et deux patients sur trois ont nécessité des soins ambulatoires.

“Le Covid-19 est une maladie multi-systémique, et notre étude montre que les lésions cardiaques, pulmonaires et rénales peuvent être visualisées après l’hospitalisation initiale dans les scanners et les tests sanguins. Ces résultats comblent un fossé de connaissances vital entre notre compréhension actuelle des syndromes post-Covid-19, tels que le Covid long et les preuves objectives de la maladie en cours”, a déclaré le professeur Colin Berry, chercheur principal de l’étude CISCO-19 et professeur de cardiologie et d’imagerie à l’Université de Glasgow.

Le Covid long affecterait plus les femmes que les hommes

“L’une des conclusions les plus importantes de l’étude CISCO est que c’est la gravité de l’infection au Covid-19 d’un patient - et non ses conditions de santé sous-jacentes - qui est la plus étroitement corrélée à la gravité de tout résultat de santé après sa sortie de l’hôpital. Nous avons constaté que des patients auparavant en bonne santé, sans aucun problème de santé sous-jacent, souffraient de problèmes de santé sévères ensuite, notamment de myocardite.”

Les scientifiques manquent encore de réponses concernant les mécanismes sous-jacents. D’autres travaux sont nécessaires afin de comprendre les risques et la façon dont les personnels de santé peuvent prendre plus efficacement en charge les malades.

Autre point marquant de l’étude : le Covid long affecterait principalement les femmes. Les chercheurs ont découvert que le sexe féminin était majoritairement associé aux myocardites et, par voie de conséquence, au bien-être mental.

Sources

https://medicalxpress.com/news/2022-05-heart-inflammation-patients-hospitalization-covid-.html 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.