Sommaire

Les oeufs sont à éviter en cas d’hypercholestérolémie

Les oeufs sont à éviter en cas d’hypercholestérolémie© FotoliaFAUX. C’est une des idées reçues les plus répandues : les œufs et plus précisément le jaune sont très néfastes quand on a du cholestérol. Ils sont accusés de faire grimper son taux en flèche d’où l’idée de les déconseiller aux gens souffrant d’hypercholestérolémie. Or, en réalité, le cholestérol alimentaire constitue une infime part du cholestérol sanguin et la mauvaise réputation de l’œuf est exagérée : "L'oeuf a une grande valeur nutritive (vitamines D, B12, fer, zinc...), plus de la moitié des acides gras du jaune sont insaturés et sont préconisés pour agir positivement sur le cholestérol" confirme ainsi Nicolas Aubineau, diététicien-nutritionniste. Pour le Dr François Paillard, cardiologue, "l’idée de l’interdire aux personnes ayant un taux de cholestérol élevé est inappropriée" même si "c'est un des aliments qui contient le plus de cholestérol". Comme toujours, tout est question de quantité.

Le conseil : ne pas dépasser trois à quatre œufs par semaine.

En mangeant sans gras, on fait baisser le cholestérol

En mangeant sans gras, on fait baisser le cholestérol© FotoliaFAUX. Beurre, margarine, huiles...Supprimer toutes les matières grasses parce qu'on a du cholestérol est une mauvaise idée. C’est la nature du gras ingéré qu’il faut surveiller. Il existe les bonnes graisses (acides gras insaturés) et les mauvaises graisses (acides gras saturés ou acides gras trans). "Un taux élevé de cholestérol est souvent la conséquence d’une consommation excessive d’acides gras saturés (charcuteries, viandes rouges grasses, fromages, beurre...) associée à une sous-consommation d’acides gras poly-insaturés, les bonnes matières grasses comme les huiles végétales vierges type olive, colza, noix... ainsi que les fruits type noix, noisette, amande", explique Nicolas Aubineau, diététicien-nutritionniste.

A savoir : "Les graisses saturées comme les viandes grasses ont tendance à faire stagner le cholestérol dans le sang, explique le Dr François Paillard. Ce qui compte, c’est la qualité des graisses mais il ne faut pas y renoncer totalement car on augmente les glucides complexes ce qui entraîne un effet négatif sur le poids."

Il ne faut plus manger de fromage en cas d'hypercholestérolémie

Il ne faut plus manger de fromage en cas d'hypercholestérolémieFAUX. Le fromage est un péché mignon auquel beaucoup de personnes pensent devoir renoncer parce qu'elles ont trop de cholestérol. Or, tout est question de quantité. Certes, les fromages contiennent des acides gras saturés, considérés comme du "mauvais gras". Mais ils apportent aussi beaucoup de choses à l’organisme, comme du calcium. "Sur la base d'une alimentation diversifiée et variée en qualité et quantité 1 à 2 part(s) maximum par jour reste possible. A adapter ensuite en fonction des caractéristiques de chacun" conseille Nicolas Aubineau, diététicien-nutritionniste.

A savoir : le Dr François Paillard rappelle que "plus la pâte du fromage est dure comme un Comté, plus il est riche en graisses".

Il faut dire adieu définitivement à la viande rouge

Il faut dire adieu définitivement à la viande rougeFAUX. De par sa teneur importante en graisses saturées, la viande rouge est déconseillée aux personnes qui ont un taux élevé de cholestérol. Mais il ne faut pas la bannir pour autant car elle est riche en fer, vitamine B et protéines. "C’est surtout le gras visible de la viande qu’il faut éviter. Celles de bœuf, agneaux et moutons sont les plus grasses. Et tout dépend aussi de ce qui a été choisi comme accompagnement" précise le cardiologue François Paillard.

Ce qu’il faut retenir : "La viande rouge fait augmenter le cholestérol si elle grasse (côte, entrecôte...), consommée en quantité et fréquemment. Une à deux parts par semaine reste acceptable en variant les morceaux et en privilégiant les plus maigres (tende de tranche, poire, rumsteck, filet, onglet, bavette, hampe...). Les viandes à privilégier restent les volailles (poulet, dinde...), le lapin, le veau, et à l'occasion le canard pour ses graisses intermédiaires riches en acides gras mono-insaturés" conseille précise Nicolas Aubineau.

Le cholestérol vient de l'alimentation

Le cholestérol vient de l'alimentation© FotoliaFAUX. Comme les vitamines, minéraux et oligo-éléments, il est facile de penser que c’est l’alimentation qui nous apporte le cholestérol. Qu’il suffit de couvrir ses besoins ou à l’inverse de surveiller son alimentation pour réguler son taux. Mais l’alimentation n'est en réalité qu'une petite source de cholestérol. En fait "le corps trouve cet approvisionnement pour un quart dans l’alimentation, et fait fabriquer par le foie les trois quarts restants" explique Nicolas Aubineau, diététicien-nutritionniste.

A savoir : "Le stock de cholestérol dans l’organisme est à 25% exogène c’est-à-dire qu’il est introduit par les aliments et le reste est synthétisé par toutes les cellules de notre corps, c’est ce que l'on appelle le cholestérol endogène" précise le Dr François Paillard, cardiologue.

Manger des aliments anticholestérol fait baisser le taux

Manger des aliments anticholestérol fait baisser le tauxPARTIELLEMENT FAUX. Il existe des aliments dont les vertus sont reconnues pour aider à réduire le mauvais cholestérol. Il faut par exemple privilégier ceux qui contiennent des acides gras mono-insaturés et des fibres solubles comme les amandes et l’avoine et inclure quotidiennement dans les repas des légumes, légumineuses et fruits. Certains aliments comme l’avocat ou l’huile d’olive sont quant à eux bénéfiques pour le bon cholestérol. Mais il ne faut pas oublier que ces aliments ne font pas de miracle et que si un médecin prescrit un traitement médicamenteux, ils ne peuvent pas s'y substituer.

Et les aliments enrichis en phytostérols ? "Il existe un débat. Ils contiennent des composés naturels présents dans les plantes qui réduiraient le niveau de cholestérol sanguin. Ils pourraient font effectivement baisser le taux de mauvais cholestérol de 10% mais ils pourraient aussi avoir un effet "faux ami" chez certains individus" estime le cardiologue François Paillard.

Il y a des aliments dangereux quand on a du cholestérol

Il y a des aliments dangereux quand on a du cholestérolFAUX. S'il est important de surveiller son alimentation pour "contrôler son taux de cholestérol et maîtriser le risque qu'il représente pour nos artères" explique la Fédération Française de Cardiologie, "il n'y a pas à proprement parler d'aliments dangereux si l'on adopte une alimentation diversifiée et variée, en qualité et quantité" souligne Nicolas Aubineau, diététicien-nutritionniste. De plus, l’alimentation est essentielle pour le "bon cholestérol" (HDL) qui transporte le cholestérol des tissus vers le foie où il est éliminé.

A savoir : "Un autre facteur que l’alimentation en elle-même entre en jeu. Au niveau de l'absorption intestinale du cholestérol, certaines personnes sont de mauvais absorbeurs et d’autres de bons absorbeurs de cholestérol. Cette capacité difficilement prévisible peut influer sur son taux", précise le Dr François Paillard, cardiologue.

Le cholestérol est dangereux pour la santé

Le cholestérol est dangereux pour la santé© FotoliaPARTIELLEMENT FAUX. Le cholestérol est indispensable à l’organisme car il est le précurseur de certaines hormones comme les hormones sexuelles. De plus "ce n'est pas forcément le cholestérol en lui-même qui est néfaste mais la qualité des matières grasses qui sont apportées quotidiennement à l'organisme et qui dérègle son métabolisme" soutient le diététicien-nutritionniste Nicolas Aubineau. Il devient dangereux :

- quand le taux esttrop élevé parce qu'il peut être à l’origine de maladies cardiovasculaires

- quand l'hypercholestérolémie est familiale. A noter "qu'une hypercholestérolémie modérée ne nécessite pas forcément un traitement en l’absence d’autres facteurs de risque et si elle est associée à une alimentation saine et une activité physique", explique le Dr François Paillard, cardiologue.

- quand il est associé à des facteurs de risque comme le tabac, le surpoids, la sédentarité, l'hypertension ou le diabète.

Merci à Nicolas Aubineau, diététicien-nutritioniste et auteur du blog nicolas-aubineau.com
Merci au Docteur François Paillard, cardiologue au CHU de Rennes et vice-président de la Fédération Française de Cardiologie

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Vidéo : L'astuce pour faire baisser son cholestérol au naturel

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.