Cholestérol HDL bas : quels sont les risques ?

Un bilan lipidique permet de déterminer le taux de triglycérides, de bon cholestérol (HDL) et de mauvais cholestérol (LDL) en circulation dans le sang. Quelles sont les normes ? Quand considère-t-on que le taux de cholestérol HDL est bas ? Quels sont les risques pour la santé en cas de taux de cholestérol HDL bas ?

Publicité

© Istock

La norme : qu’est-ce qu’un taux de cholestérol HDL bas ?

Quand la personne effectue un bilan lipidique, on va chercher à mesurer deux types de lipides dans le sang : les triglycérides et le cholestérol. Puis on distinguera le taux de bon cholestérol, dit cholestérol HDL, et le taux de mauvais cholestérol, dit cholestérol LDL. Pour définir la norme, on prend en compte les facteurs de risque pour la santé de la personne : diabète, antécédents cardiovasculaires, tabagisme, obésité. Plus les facteurs de risque sont grands, plus la norme sera abaissée. En l’absence de facteurs de risque, on considère que la norme : - pour le taux de cholestérol total, est inférieure à 2g/l de sang ; - pour le taux de cholestérol LDL, est inférieure à 1,6g/l de sang ; - pour le taux de cholestérol HDL, est comprise entre 0,45 et 0,6g/l de sang ; - pour les triglycérides, est inférieure à 1,5g/l de sang. Si la personne ne présente aucun facteur de risque, on appelle taux de cholestérol HDL bas, un taux inférieur à 0,45g/l de sang. Cette faiblesse du taux de bon cholestérol n’est pas sans risque pour la santé.

Publicité
Publicité

Taux de cholestérol HDL bas : des risques cardiovasculaires

Le cholestérol HDL est considéré comme le bon cholestérol car il protège contre les risques cardiovasculaires. En effet, le cholestérol HDL sert à transporter le cholestérol en excès dans le sang (en provenance de l’alimentation ou de l’organisme) vers le foie où il sera éliminé. On l’oppose au mauvais cholestérol (LDL), lequel, quand il est en excès dans le sang, se dépose sur la paroi des artères. Il constitue alors, contre les parois des vaisseaux sanguins, ce que l’on appelle des plaques d’athérome. Ces plaques vont gêner la circulation sanguine et, si elles se détachent, peuvent obstruer une artère, ce qui constitue un risque cardiovasculaire (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral) majeur. Le danger vient non pas tant d’un taux de cholestérol HDL bas, et donc d’une incapacité à évacuer l’excès de cholestérol dans le sang, que du rapport entre taux de cholestérol LDL et taux de cholestérol HDL. Le danger et le risque de maladie cardiovasculaire seront majeurs si un taux de cholestérol LDL bas est associé à un taux de cholestérol LDL élevé : le cholestérol en excès ne sera pas évacué et se déposera sur la paroi des artères. A contrario, si le taux de cholestérol LDL est bas, alors un taux de cholestérol HDL bas ne sera pas problématique. Ce n’est donc pas le chiffre absolu du taux de cholestérol qui compte, mais le taux de cholestérol relatif.

L’hypercholestérolémie comme l’hypocholestérolémie étant des pathologies silencieuses, il est important d’effectuer des bilans lipidiques réguliers, surtout à partir de 40 ans pour les hommes et 50 ans pour les femmes (avant si la personne présente des facteurs de risque de type diabète, obésité, antécédents cardiovasculaires).

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X