Sommaire

Les différents types d’hypertrophie mammaire

Il existe trois formes d’hypertrophie mammaire masculine qui ne nécessitent pas la même prise en charge.

La gynécomastie glandulaire, provoquée par les hormones

La gynécomastie glandulaire correspond à un développement exagéré des glandes mammaires chez l’homme. Elle peut toucher un seul sein ou les deux et arrive notamment à l’adolescence du fait du pic hormonal avec la présence d’oestrogènes. “Ensuite, le noyau glandulaire potentiellement formé s'atrophie et disparaît à la fin de l’adolescence car la testostérone prend le dessus”, explique le Dr Alexandre Bouhanna.

Mais la poussée est parfois plus marquée pour certains. “Elle peut apparaître chez les garçons en surpoids, car la graisse favorise le développement d’oestrogènes”. Dans ce cas-là aussi, la glande mammaire peut ensuite diminuer grâce à la testostérone, jusqu'à ne plus gêner. Si tel n’est pas le cas, ils la garderont à l’âge adulte.

L’adipomastie, générée par une accumulation de graisses

Comme pour la gynécomastie, la poitrine masculine est plus volumineuse qu’elle ne le devrait. “Le résultat est le même mais il n’y a pas de noyau glandulaire”, souligne le médecin. Cet excès graisseux apparaît chez les personnes en surpoids ou obèse. Cela peut aussi être la conséquence d’un arrêt brutal de sport intense chez l’homme. “Quand on est très musclé et qu’on arrête d’entretenir le muscle, il fond et laisse place à la graisse, ce qui produit des amas graisseux localisés”.

Hypertrophie mammaire, le cas le plus courant

“La gynécomastie glandulaire est caractérisée par une c onsistance ferme autour de l'aréole du fait de la plus grande densité de la glande mammaire”, explique le médecin. L'adipomastie se distingue quant à elle par “une consistance molle et diffuse au niveau de la poitrine”. La différence entre les deux n’est pas visible à l'œil nu. Elle est diagnostiquée cliniquement par palpation.

Mais le cas le plus fréquent est lorsque “la personne développe les deux types d’hypertrophies mammaires : le noyau glandulaire et l’excès graisseux”.

Avant de vous décrire les différentes solutions possibles pour traiter cet excès de poitrine chez l’homme, le Dr Bouhanna mentionne plusieurs facteurs de risque pouvant engendrer une gynécomastie.

Les facteurs de risques de la gynécomastie

Si la génétique ne rentre pas en compte, la gynécomastie peut être provoquée par différents facteurs de risque.

Des pathologies à risque de provoquer une augmentation mammaire

Plusieurs pathologies peuvent engendrer une gynécomastie, d’après le chirurgien plasticien :

  • les tumeurs hypophysaires : “ elles peuvent entraîner des taux d’hormones importants et donc augmenter le volume de la poitrine chez l’homme” ;
  • les cancers des testicules : de la même façon, en augmentent les taux d’hormones ;
  • le cancer du sein chez l’homme : un cas rare mais possible.

Certains médicaments peuvent également être à l’origine de la gynécomastie”, précise le Dr Bouhanna.

“Avant de tenter quoi que ce soit pour traiter l’hypertrophie mammaire, on effectue toujours un bilan endocrinologique, afin d’éliminer les maladies qui peuvent l’entraîner”. Une fois les résultats des analyses négatifs, il est possible d’envisager certains traitements.

3 façons de réduire le volume mammaire chez l’homme

Modifier l’hygiène de vie

En premier lieu, le médecin conseille à ses patients de retrouver un poids de forme quand la personne est en surpoids, à l’aide d’un rééquilibrage alimentaire et de sport. “Comme tout un chacun, soit on est en surpoids et en perdant le poids nécessaire on améliore l’excès de graisse, soit cela ne suffit pas car la graisse reste localisée.”

Utiliser la lipoaspiration

Si la perte de poids ne suffit pas ou en cas de gynécomastie, la seule solution est la chirurgie esthétique.
Dans le cas de la gynécomastie, “il faut faire une incision et retirer le noyau glandulaire”. Bien souvent, cette chirurgie s’accompagne s’accompagne d’une lipoaspiration afin de retirer les excès de graisse.

Tenter la cryolipolyse

La cryolipolyse consiste à utiliser le froid pour réduire les cellules graisseuses. “Cette technique n’a pas un grand intérêt car le résultat est très modéré quand il y en a, et les indications sont très limitées”, tempère le médecin qui conseille ce procédé uniquement aux personnes qui n’ont vraiment pas grand chose à enlever.

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Sources

Merci au Dr Alexandre Bouhanna, chirurgien esthétique basé à Paris et Vincennes : https://docteurbouhanna.fr/chirurgie-esthetique-homme/gynecomastie-homme/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.