Selles jaunes : 3 maladies en cause

La coloration des selles constitue un véritable outil de diagnostic pour le médecin. Une couleur de selles anormale peut être, en effet, le signe clinique d’un dysfonctionnement organique ou d’une pathologie. Que peuvent révéler des selles jaunes ?

Publicité

6755182-inline-500x333.jpg© Istock

Selles jaunes, le signe de la maladie cœliaque ?

La maladie cœliaque est une maladie chronique de l'intestin causée par une intolérance au gluten. Pour rappel, le gluten est une protéine contenue dans de très nombreux aliments céréaliers (blé, seigle, orge, froment…). Chez les personnes concernées par cette pathologie, l’intolérance va se manifester par des troubles digestifs de nature et d’intensité diverses après l’ingestion de l’aliment contenant du gluten. Ces différents symptômes résultent d’une réaction disproportionnée du système immunitaire, qui va se traduire par le déclenchement inapproprié d’un processus inflammatoire au niveau de l’intestin grêle. Dans certains cas, l’inflammation peut toucher le pancréas et occasionner des diarrhées jaunes. Seule une diète sans gluten permet de lutter contre les manifestations cliniques de cette pathologie.

Publicité
Publicité

Maladie de Gilbert, des selles jaunes caractéristiques ?

Cette pathologie génétique, qui se caractérise par un dysfonctionnement du foie, entraîne une élévation anormale de la bilirubine. Présente en excès dans la circulation sanguine, cette substance s’avère toxique pour l’organisme, ce qui va se traduire par une coloration du blanc des yeux, de la peau mais également des selles. Cela s’explique simplement par le fait que la bilirubine est un pigment jaunâtre provenant principalement de la dégradation des hématies (globules rouges). Mais en dehors de ces signaux caractéristiques, la maladie ne présente généralement pas de gravité, et ne fait l’objet que d’une surveillance médicale rapprochée. Des mesures hygiéno-diététiques sont néanmoins préconisées afin d’adapter le régime alimentaire des patients. En parallèle d’une hygiène de vie saine, la limitation de la consommation d’alcool et des produits gras est souvent conseillée afin de soulager au maximum le foie.

La stéatorrhée à l’origine de la couleur jaune des selles ?

On parle de stéatorrhée lorsque la quantité de graisses contenue dans les selles dépasse les 6 grammes par 24 heures. Il s’agit plutôt d’un symptôme secondaire à une pathologie digestive telle que la maladie de Crohn ou la maladie cœliaque. La stéatorrhée peut également révéler une atteinte pancréatique de type pancréatite ou cancer du pancréas. Dans les faits, les selles vont revêtir une sorte d’auréole grasse et jaunâtre caractéristique. Cela résulte d’une malabsorption des graisses lors du processus digestif. Ces dernières vont donc être évacuées dans les selles. Le traitement de la stéatorrhée passe par la prise en charge de la pathologie qui en est à l’origine. Dans le cas d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI), la stratégie thérapeutique s’articule autour d’une alimentation adaptée, d’un changement des habitudes de vie et d’une activité physique régulière.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X