Le Dr Jean-Michel Cohen révèle son salaire !

Pour le Dr Jean-Michel Cohen, il n’y a pas de honte à parler d’argent. Dans une interview, il révèle ce que lui rapportent ses livres, mais aussi son salaire de chroniqueur et de conférencier.

L’argent est encore un sujet tabou en France et, contrairement à nos voisins outre-Atlantique, annoncer combien on gagne entre le fromage et le dessert est peu fréquent dans l’hexagone. Mais pour le Dr Jean-Michel Cohen, “il n’y a pas de honte” à parler d’argent. Ce dernier a donc récemment dévoilé son salaire, sur le plateau de L'instant de Luxe, émission diffusée sur Non Stop People.

Une avance de 15 000 à 25 000 € pour chaque livre publié

Il semblerait que ce sont ses ouvrages qui rapportent le plus d’argent au nutritionniste. “Chaque fois que j’écris un livre, j’ai un à-valoir entre 15 000 et 25 000 euros selon la nature du livre”, révèle-t-il. Un montant qui fluctue en fonction de l’éditeur et des prévisions en matière de vente. Parfois, c’est “la bonne surprise” : “j’ai touché jusqu’à 150 000 euros pour les fameux livres Savoir manger et Savoir maigrir”.

Mais Jean-Michel Cohen a aussi essuyé quelques flops. “De temps en temps, j’ai planté l’éditeur parce que le livre n’a pas du tout marché”, explique-t-il. Celui qu’il considère comme “l’un des meilleurs livres [qu’il a] écrit” ne s’est pas bien vendu du tout. “Je crois que le titre a heurté les gens. Et finalement sur des tirages qui d’habitude sont entre 15 000 et 50 000, là j’ai dû 11 000 ou 12 000 exemplaires”.

Et pour cause, cette ouvrage, dédié aux préoccupations modernes - végétarisme, végétalisme, sans gluten, bio, crudivorisme… - s’intitule Les nouvelles religions alimentaires. Un titre un peu provocateur, qui n’a sans doute pas suscité l’attention désirée.

Jean-Michel Cohen a longtemps ressenti une culpabilité vis-à-vis de l’argent

Le médecin profite d’une autre source de revenus non-négligeable : la rétribution de sa participation à des conférences. Lorsqu’il a commencé cette activité, chaque prise de parole lui rapportait environ 1 500 euros. Issu d’une famille modeste, Jean-Michel Cohen explique qu’il a longtemps eu “une certaine culpabilité vis-à-vis de l’argent”, ce qui l’incitait à donner des tarifs bien en dessous du marché.

Désormais, il n’a pas peur de revoir ses conditions à la hausse. “Maintenant, quand on me fait parler dans une conférence, je suis à 6 000 euros ; et je pense que pour les prochaines, je demanderai 7 000 euros”, annonce-t-il, sans langue de bois.

“La télévision, ça ne paie pas bien [...] elle sert ma notoriété”

Depuis quelque temps, Jean-Michel Cohen est aussi chroniqueur sur C8. Une façon de (bien) arrondir ses fins de mois, sans pour autant être sa principale rentrée d’argent. “La télévision, ça ne paie pas bien” confie-t-il. Sa participation aux émissions est donc plus une question d’image. “La télé, elle sert en réalité ma notoriété”.

Le nutritionniste continue : “à l’époque, j’ai commencé gratuit. J’ai touché 150 euros pour certaines chroniques. À la grande époque sur Europe 1, quand j’avais la chance de travailler avec Jean-Marc [Morandini], je touchais 300 euros par chronique. À l’heure actuelle, sur C’est que de la télé [...] je suis à 400 euros par chronique. C’est bien payé pour ce que je fais”.

Pour le médecin, il n’y a pas de honte à parler d’argent

Malgré son salaire important, Jean-Michel Cohen ne se considère pas comme un panier percé. “J’ai toujours fonctionné selon un principe : je dois gagner plus que ce que je dépense et je dois m’intéresser plus à ce que je gagne que ce que je dépense”.

Et plus encore, il estime que parler revenus ne devrait pas être aussi tabou dans notre société. “Il y a un problème à l’heure actuelle avec l’argent”, déplore-t-il. “Vous gagnez ce que vous gagnez, c’est pas une insulte. Si on vous paye, c’est que vous valez cet argent”, conclut le médecin.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.