Sommaire

Le cancer : première cause de mortalité en France

Le cancer est la première cause de mortalité en France soit 147 000 cas chaque année, dont près de 88 200 chez l’homme et 59 600 chez la femme.

En moyenne 400 décès par cancer sont comptabilisés chaque jour ! Et 71% des décès par cancer se déclarent après 65 ans.

Mais la France reste à la pointe dans la détection et le traitement des cancers. Un Français sur deux survit 5 ans après le diagnostic de sa maladie.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “Le cancer est la première cause de mortalité parce que nous vivons plus longtemps. Nous avons moins de décès accidentels ou liées à des maladies cardio-vasculaires et donc la population a plus de temps pour développer un voire plusieurs cancers.

A cela s’ajoutent le tabagisme, la consommation d’alcool, les conditions de vies des personnes défavorisées, l’alimentation... Autant de facteurs qui augmentent le nombre de cancers et leur gravité.”

Cancer du poumon : le plus mortel en France

Le cancer du poumon est le plus mortel en France. Il est au premier rang chez les hommes avec 21 100 décès et au troisième chez les femmes avec 7 700 décès en 2010 . Il est également le plus répandu avec plus de 1,2 million de nouveaux cas chaque année dans le monde

Le nombre de décès par cancer du poumon chez les hommes tend à diminuer d’année en année mais il est en constante augmentation chez les femmes car elles fument de plus en plus.

Le tabac est, en effet, le principal facteur responsable avec plus de 85% des cancers du poumon qui lui sont imputables.

A l’heure actuelle, les technologies d’imagerie existantes ne permettent de détecter ce cancer qu’à un stade déjà avancé. C’est pourquoi il est très important de réaliser une surveillance particulière lorsque l’on est fumeur ou que l’on travaille dans un environnement à risque.

Le problème est que, pris en charge trop tard, le cancer du poumon n’est pas opérable. Ce cancer répond plutôt bien à la chimiothérapie mais le pronostic reste assez mauvais. On observe de nombreuses rechutes au bout d’un an à peine.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “Le problème numéro 1 pour le cancer du poumon est d’éviter les conduites à risque et donc le tabagisme.
Ce qui est intolérable c’est qu’on laisse encore faire le lobby du tabac. Pour garder leur part de marché en France les industriels du tabac ont besoin d'avoir 250 000 nouveaux fumeurs chaque année, et ils ciblent principalement les jeunes de 12 à 25 ans.

Notre pays a de bonnes mesures, comme la loi Evin ou les décrets Bertrand mais malgré cette loi, malgré le Plan cancer, le prix du tabac n’a pas été autant augmenté que prévu. Par des tactiques extrêmement complexes et sophistiquées, ces industriels font tout pour passer à travers la loi Evin. C’est un lobby très puissant, très présent dans les grandes instances et même au gouvernement.”

A noter : depuis le 21 avril une nouvelle campagne est en cours pour lutter contre le tabagisme. Des images particulièrement choquantes (dents noircies, poumons nécrosés...) sont désormais apposées sur les paquets de cigarettes.

Cancer du sein : le plus mortel chez la femme

Le cancer du sein est le cancer le plus mortel chez les femmes. Très répandu, o n recense en France près de 50 000 nouveaux cas chaque année.

Il touche une femme sur 10 au cours de sa vie et est responsable de plus de 11 000 décès en 2010.

Mais pris en charge à temps, le cancer du sein à un très bon pronostic. Cela souligne l’importance du dépistage dès l’âge de 40 ans. La mortalité par cancer du sein diminue ainsi chaque année de 1,3% grâce au dépistage.

L'un des causes du cancer du sein est génétique. En effet 5 à 8 % sont d'origine "familiale". Lorsqu'il y a un antécédent de cancers du sein chez une mère, une soeur ou une tante, un dépistage plus précoce est préconisé.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “ Il est dur d’influer sur l’incidence du cancer du sein. Un des facteurs de risques est l'âge de la première grossesse. On ne peut pas conseiller à une femme de faire un enfant plus tôt ! Par contre, la prévention peut être utile sur les autres facteurs de risques comme les mauvaises habitudes alimentaires, le tabagisme...

Dans les cas de cancer du sein, c’est le cancer métastatique qui est le plus “gros tueur”. Le problème est qu’à l’heure actuelle on ne sait pas encore différencier les 80 % de cas de cancer du sein qui ne rechutent pas, des 20% de cas qui rechutent. La recherche travaille actuellement sur cette question. A terme, nous pourrons avoir un traitement adapté pour chaque cas de figure, évitant le surtraitement d’un coté et le sous-traitement de l’autre. C'est la médecine personnalisée.”

Cancer colorectal : 2e cancer le plus mortel en France

Le cancer colorectal n’est pas un cancer au mauvais pronostic mais c’est un cancer très répandu avec près de 38 000 nouveaux cas chaque année.

Le cancer colorectal est le deuxième plus mortel chez les hommes ( 9 200 décès en 2010) et les femmes ( 8 200 décès en 2010) .

L'incidence du cancer colorectal ne diminue pas mais sa mortalité est en baisse, principalement grâce au dépistage généralisé et aux progrès de la médecine. Le dépistage du cancer cororectal se fait par le biais d'un hémocult (dépistage de sang dans les selles) complété si besoin par une coloscopie. Généralement il est indiqué dès l’âge de 50 ans puis tous les deux ans. Si le patient a des antécédents familiaux, le médecin peut préconiser un dépistage précoce.

Lorsqu’il est pris en charge à temps, à un stade local, le cancer colorectal permet une survie relative de 87%.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “Le cancer colorectal est un cancer que l’on sait assez bien soigner grâce à plusieurs thérapies existantes (chirurgie, radiothérapie, curiethérapie, chimiothérapie). On arrive à bien le maitriser et à obtenir un bon pronostic. Mais pour cela il faut qu’il soit pris en charge assez tôt. Il rechute souvent lorsqu’il est opéré tardivement.”

Cancer de la prostate : 3e cancer le plus mortel chez l'homme

Le cancer de la prostate est le plus fréquent chez les hommes et le troisième plus mortel. On estime à 8 800 le nombre de décès par cancer de la prostate en 2010.

Il représente 33% des cas de cancer chez l’homme.

Le cancer de la prostate est celui dont le nombre de cas a le plus augmenté. Mais sa mortalité diminue d’année en année, notamment grâce au dépistage.

En effet, une fois pris en charge, s’il est détecté assez tôt, il a un bon pronostic. Cependant, ce cancer fait l’objet de débats au sein des instances spécialisées, notamment autour de l’utilité, ou non, d’un dépistage généralisé.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer “ Le dépistage de la prostate conduit à un surdiagnostic du cancer de la prostate. Est-il acceptable en France que la moitié des malades soit opérée d'un cancer de la prostate qui n'aurait pas évolué ? De plus, les effets sur les patients sont dramatiques tant psychologiquement que physiquement avec de nombreux cas d'impuissance par exemple suite à une ablation de la prostate.

Si à partir de 70 ans on fait un test sanguin du PSA (Antigène Prostatique Spécifique) , il y a de grandes chances de détecter systématiquement de petits cancers et on va opérer de la prostate des hommes pour lesquels un simple suivi clinique suffirait pour la plupart !”

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.