Tumeur au cerveau : les signes qui doivent alerter

Maux de tête, nausées, troubles de la vue, désorientation... Les symptômes d’une tumeur au cerveau sont nombreux et dépendent de la région du cerveau touchée. Medisite vous explique comment les identifier avec l’expertise du Dr Julien Geffrelot, oncologue.

Publicité

Des maux de tête intenses

© Istock"Lorsqu’une tumeur se développe dans le cerveau, de l’eau ou un œdème peuvent se former autour. Le crâne étant une boîte rigide, cela peut comprimer le cerveau et causer de maux de tête" explique le Dr Julien Geffrelot, cancérologue.
Quels sont les symptômes d’alerte ? "En général les douleurs sont intenses, elles apparaissent le matin lorsqu’on est allongé, la pression du corps est encore plus élevée. Elles sont souvent suivies de nausées et de vomissements" indique le spécialiste.

Publicité
Publicité

En cas de doute, parlez-en à votre médecin traitant.

Une vision trouble…

Les lobes occipitaux sont les parties du cerveau qui contrôlent la vision. Situés à l’arrière, ils permettent de s’orienter et de distinguer les contours des images. Si la tumeur se trouve dans l’un de ces lobes, elle peut entraîner des troubles de la vue.
Quels sont les symptômes d’alerte ? Lorsque le nerf optique est affecté, le patient peut être atteint de vision trouble conduisant à la cécité, ou encore voir en double. "C’est une installation progressive, les symptômes vont empirer et la vue ne se rétablira pas à la différence d’un AVC" souligne le Dr Geffrelot. L’apparition de ces symptômes doit faire l’objet d’une consultation médicale.

Un changement de personnalité

Dans notre corps tout, ce qui est relié à la personnalité est contrôlé par notre cerveau au niveau du lobe frontal. La présence d’une tumeur à ce niveau peut pousser une personne à avoir un comportement totalement incohérent, voire des troubles de la mémoire.
Quels sont les symptômes d’alerte ? "Certaines personnes peuvent changer de personnalité et devenir agressives. D’autres vont perdre toute notion d’interdit, tout ce qui est moral n’intervient plus dans nos actes. On a déjà vu des patients uriner dans le couloir de l’hôpital, par exemple" raconte le Dr Geffrelot.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X