C’est un cas auquel les soignants ne pensaient pas avoir à faire face de sitôt. Et ce n’est pas peu dire : il n’existe à ce jour pas d’autres preuves d’une telle masse tumorale excisée, à un poids comme celui enregistré ici. Le cancer de l’ovaire représente la 9e cause de cancer la plus courante chez la femme et la 5e sur la liste de tous les cancers féminins confondus.

Cancer des ovaires hors-normes : une première mondiale

L’histoire s’est passée dans le nord de l’Italie, dans la capitale de la région du Piémont, à l’hôpital Molinette de la Cité de la Santé de Turin. Une patiente est arrivée dans une état grave, et a été directement prise en charge pour une insuffisance respiratoire. En se penchant sur le cas de la patiente italienne, l’équipe soignante s’est rendue compte qu’elle avait développé, au fil du temps, une tumeur de 70 kilos au niveau de ses ovaires.

Il est à préciser que la masse pesait alors plus lourd que le poids initial de la femme. « Une première », selon les médecins qui se sont occupés d’elle. « Dans la littérature, il n'y a pas de précédent d 'une masse tumorale enlevée d'un tel poids. La tumeur a rempli tout le ventre de la patiente jusqu'aux poumons, à tel point qu'elle ne respirait plus », ont ajoutés les spécialistes de l’hôpital piémontais.

52 litres de liquide drainés en une opération

La masse tumorale, bénigne, avait été directement causée par un cancer des ovaires. Les conséquences ? Les difficultés respiratoires éprouvées par la patiente était dues à l’obstruction de l’abdomen et la compression des poumons par la tumeur. A son arrivée dans les services hospitaliers, la patiente a été placée en salle de réanimation puis intubée et ventilée dans l’idée de l’aider à respirer de manière mécanique. C’est une double chirurgie qui a sauvé la vie de la concernée, en la libérant de cette formation volumineuse dans la zone abdominale.

La première intervention, réalisée par le docteur Ezio Falletto, de l’Université de chirurgie d’urgence piémontaise, a drainé plus de 52 litres de matière liquide, présente dans les kystes du ventre de la patiente. Cette première opération a permis de procéder à l’extubation de la patiente, c’est-à-dire qu’ils ont pu ôter la sonde respiratoire, assurant le rôle de manière artificielle.

Une tumeur kystique de 25 kilos

La seconde intervention, réalisée une fois la première phase critique passée, a permis de retirer le cystadénome, la tumeur kystique bénigne dont il est question et qui s’est développée sur l’ovaire. Cette opération, bien plus délicate et plus directe que la première, a suffi à sauver la vie de la femme. La tumeur, dans cette seconde phase du processus de prise en charge, pesait environ 25 kilos et a été extraite par le professeur Francesco Moro, d’une autre branche de chirurgie universitaire.

Finalement, il aura fallu près de 4 jours pour que la jeune femme soit transférée au service de diététique et de nutrition clinique, pour entamer sa convalescence dans les meilleures conditions qui soient.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.