Sommaire

Votre buste vous fait mal ?

Votre buste vous fait mal ?© Adobe Stock

Comment détecter les premiers signes d'un cancer du sein ? Le plus souvent les douleurs sont liées à une tension des tissus due à un kyste ou à un changement hormonal. Le cancer du sein lui, n’est pas douloureux en général. Néanmoins, si la tumeur est très volumineuse, elle peut faire souffrir. Idem quand elle est d’origine inflammatoire (forme ultra agressive).

Comment reconnaître une douleur inquiétante ? En cas d’inflammation la peau rougit.

Conseils : Contrôlez votre poitrine une fois par mois. D’autres signes précurseurs permettent souvent de diagnostiquer une tumeur avant qu’elle ne grossisse.

Que faire : consultez au plus tard dans les deux semaines. Après examen, le médecin traitant ou gynécologue vous prescrira une mammographie et une échographie mammaire.

Vos seins augmentent de volume ?

L’augmentation du volume mammaire peut être due à une maladie fibrokystique, affection bénigne qui change la structure du sein. Mais une tumeur peut-être aussi en cause.

Deux options :

  • soit le nodule cancéreux se développe au point d’augmenter la taille du sein.
  • soit il provoque une réaction inflammatoire suite à la diffusion des cellules cancéreuses.

Quand s’inquiéter d’une augmentation ? Voyez un médecin si elle est unilatérale, si le sein est rouge, douloureux et déformé.

Conseils : la taille des seins n’est pas qu’une question d’hormones ! Restez vigilante.

Que faire : consultez votre médecin traitant ou votre gynécologue dans les deux semaines. Il prescrira une mammographie et une échographie.

L’un de vos mamelons se rétracte ?

L’un de vos mamelons se rétracte ?© Adobe Stock

Une rétractation du mamelon peut être symptomatique d’une tumeur située juste derrière celui-ci (les cellules cancéreuses attirent les tissus).

Pour reconnaître une rétractation inquiétante : en cas de tumeur, la rétractation est durable. Le mamelon ne peut ressortir même après stimulation manuelle.

Conseil : contrôlez votre poitrine au moins une fois par mois.

Que faire : consultez votre médecin traitant ou votre gynécologue au cours des deux semaines suivantes au plus tard. Après examen clinique, il vous prescrira une mammographie et une échographie mammaire pour affiner son diagnostic.

Vous avez des ganglions sous les aisselles ?

Vous avez des ganglions sous les aisselles ?© Adobe Stock

La présence d’un ganglion sous les aisselles peut être due à une réaction de défense de l’organisme face une affection lambda. Mais elle peut être également liée à une tumeur se propageant suivant la chaîne ganglionnaire (les cellules cancéreuses qui se déplacent par voix lymphatique et se fixent sur un autre membre s’appellent des métastases). Le ganglion sous l’aisselle est la première étape de la propagation tumorale, parfois son premier signe.

Comment reconnaître un ganglion tumoral ? Ses contours sont irréguliers, il est dur.

Que faire : consultez votre médecin traitant ou votre gynécologue dans les deux semaines. Après examen, il vous prescrira une mammographie et une échographie mammaire.

Vous avez une grosseur ?

Vous avez une grosseur ?© Adobe Stock

Une grosseur au niveau d’un sein peut être anodine et due à une tumeur bénigne ou un kyste. Mais elle peut être liée aussi à la formation d’un nodule et d’une tumeur maligne.

Comment savoir s’il s’agit d’un nodule ? En général il est situé sur le côté du sein, dans le quart supérieur externe, près de l’aisselle. Il est souvent indolore. En surface il est identifiable dès 5mm.

Conseils : Contrôlez vos seins une fois par mois par auto palpation, toujours le même jour si vous êtes ménopausée ou la semaine qui suit vos règles.

Que faire si vous avez un doute : consultez votre médecin traitant ou votre gynécologue dans les deux semaines. Après examen, il vous prescrira une mammographie et une échographie.

La peau de vos seins change d’aspect ?

La peau de vos seins change d’aspect ?© Adobe Stock

Un changement de l’aspect de la peau peut être lié à une maladie fibrokystique (affection bénigne). Mais il peut être aussi dû à un cancer. Les tissus cutanés ont la même structure que la glande mammaire, ils réagissent aussi au développement anormal des cellules tumorales.

Les signes cutanés qui doivent alerter : une rétractation de la peau modifiant le galbe et déformant le sein est significative. Idem en cas de formation d’un pli ressemblant à une ride ou d’un aspect granuleux (lié à la présence sous cutanée d’une tumeur).

Conseil : contrôlez votre poitrine une fois par mois.

Que faire : consultez votre médecin traitant ou votre gynécologue dans les deux semaines. Après examen clinique, il prescrit une mammographie et une échographie mammaire.

Vous avez des rougeurs ?

Vous avez des rougeurs ?© Adobe Stock

La coloration rouge du sein est le symptôme d’une tumeur agressive. « La peau réagit à l’agression par une inflammation des tissus en rougissant. » explique le Pr Barranger, Chirurgien en cancérologie gynécologique. En fait l’organisme dilate les vaisseaux pour augmenter la circulation du sang afin d’évacuer les toxines et acheminer plus rapidement les globules blancs nécessaires à la guérison.

Pour reconnaître une rougeur significative : l’inflammation entraîne une sensation de chaleur et de douleurs (l’eau que contient le plasma sanguin s’épanche dans les tissus d’où un œdème qui comprime les nerfs et fait souffrir).

Que faire : consultez votre médecin traitant pour qu’il prescrive une mammographie et une échographie mammaire.

Vous avez de l’eczéma ?

Vous avez de l’eczéma ?© Adobe Stock

Bien sûr un simple eczéma de la peau, une irritation ou une réaction allergique n’est pas synonyme de cancer. Il y a toutefois un risque.

Comment reconnaître un eczéma à risque ? : Ceux situés au niveau du mamelon doivent retenir toute l’attention. Ils se concrétisent par une érosion de la peau et le plus souvent par l’apparition d’une croûte. Dans ce cas, « soit, la propagation d’une tumeur du sein qui remonte sur la peau est en cause, soit une tumeur de la peau se propage dans le sein » explique le Pr. Barranger, Chirurgien en cancérologie gynécologique.

Que faire : consultez votre médecin traitant ou votre gynécologue dans les deux semaines. Après examen clinique, il prescrira une mammographie et une échographie mammaire.

Vous présentez des écoulements ?

Vous présentez des écoulements ?© Adobe Stock

Un écoulement sanguinolent ne dit jamais rien de bon ! Il peut s’agir d’un papillome intracanalaire (tumeur bénigne), comme d’un cancer sévissant dans les canaux galactophoriques (qui permettent l’allaitement). La tumeur secrète un liquide séro-sanguinolent qui s’écoule par le mamelon parfois marron ou jaune.

Que faire : consultez votre médecin traitant ou votre gynécologue dans les deux semaines au plus tard. Après examen clinique, il vous prescrira une mammographie et une échographie mammaire pour affiner son diagnostic et son pronostic.

Ne négligez pas le dépistage

Ne négligez pas le dépistage© Adobe Stock

Lorsque les signes du cancer du sein sont assez visibles ou détectables pour provoquer une douleur, une rougeur ou au autre, c'est que le cancer est, dans la majorité des cas, à un stade avancé.

Cela signifie qu'un dépistage précoce, réalisé par votre médecin à l'aide des techniques d'imagerie moderne comme la mammographie, permet de détecter un cancer avant même que les premiers signes ne se manifestent. Et plus tôt les cancers sont pris en charge, plus il y a de chances de guérison.

Le dépistage du cancer du sein chez la femme par la mammographie est donc indispensable dès l'âge de 50 ans. Si vous avez des antécédents familiaux, un examen clinique annuel est recommandé à partir de l’âge de 20 ans, et vous pouvez effectuer à partir de 40 ans une mammographie annuelle.

Vidéo : Le cancer du sein

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.