Ongles recourbés : le symptôme méconnu d’un cancer du poumon

Une britannique de 53 ans alerte sur l'importance de prendre au sérieux des ongles abîmés et bombés vers le bas ou le haut car il s'agit un signe méconnu du cancer du poumon qui lui a permis de faire diagnostiquer sa maladie au plus tôt.

Publicité

Au départ elle pensait juste avoir un problème de manucure, finalement ses ongles auront permis de déceler un cancer des deux poumons. Jean Taylor, une britannique de 53 ans, s'est rendu compte en laissant poussant ses ongles pour la première fois que ces derniers prenaient une étrange forme d'inclinaison vers le bas. "Avant je travaillais dans une usine alors j'avais les ongles courts et puis j'ai changé pour travailler dans un bureau alors j'ai décidé de les laisser pousser", raconte-elle au Dailymail. En premier lieu, cette mère de famille anglaise pense qu'il s'agit simplement d'un trait commun dans sa famille, sa mère, ayant elle aussi été victime d'un cancer des poumons, avait exactement le même type d'ongle.

Publicité
Publicité

2 tumeurs de "la taille d'un balle de golf"

Jean Taylor ayant peur "d'être ridicule" en allant consulter un médecin, sa fille de 31 ans décide de faire quelques recherches sur Internet. "Quand on tape ce symptômes sur Google, la première chose qui ressort et en gras c'est le mot CANCER", explique-t-elle dans le média britannique. Les ongles qui sont bombés vers le haut ou vers le bas font en effet partie des symptômes du cancer du poumon. Le 10 juillet dernier, Jean Taylor suppliée par sa fille, décide d'en parler à un médecin qui l'envoie immédiatement passer un bilan sanguin et une radio des poumons dans la même journée. Des soupçons naissent alors et pendant trois semaines la mère de famille enchaîne IRM, PET Scan et finalement une biopsie des poumons. "Les 4 jours qui ont précédé la révélation du diagnostic ont été les pires de ma vie", confie la britannique.

Le 6 août 2018 dernier le verdict est tombé : deux tumeurs "de la taille d'une balle de golf" se sont développées dans chacun de ses poumons. Le cancer des poumons faisant partie des plus mortels, il est important qu'il soit détecté au plus tôt. Pour Jean Taylor, la maladie en est au stade 1. Elle devrait subir une opération chirurgicale afin de retirer les tumeurs dans les prochains jour avant de suivre un traitement par radiothérapie pour éliminer les cellules cancéreuses.

Jean Taylor reste optimiste pour l'avenir et espère que les professionnels dans les salons seront formés à détecter ce genre de symptômes car cela pourrait sauver des vies.

Cancer du poumon : comment se traite-t-il ?

Le cancer du poumon est l'un des cancers les plus mortels et son traitement doit être rapide. On propose, dans la mesure du possible, une chirurgie thoracique pour enlever la tumeur et tout ou partie du poumon atteint. Ensuite, le traitement peut se poursuivre par chimiothérapie et/ou radiothérapie. Parfois, celles-ci sont proposées avant la chirurgie pour tenter de réduire la taille de la tumeur. Le choix du traitement se fait en fonction de l'évolution du cancer, de l'état général et de l'âge du patient. On recherchera également la présence éventuelle de métastases, fréquentes en cas de cancer du poumon. L'arrêt du tabac est évidemment impératif.

 
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X