Peu d’étude ont pu être réalisée pendant les traitements par chimiothérapie. Or, des chercheurs américains s’intéressent à de nombreuses données de patients souffrant d’un cancer et ayant un traitement afin d’affiner les solutions thérapeutiques. C’est notamment le cas des scientifiques Katherine A. Guthrie et Amy K. Darke qui ont collecté les données d’une étude basée sur “l’association de la fatigue et des résultats dans le cancer avancé”.

Cancer : la fatigue responsable d’un mauvais pronostic

Les chercheurs ont collecté des informations concernant la qualité de vie pour 1 994 patients atteints de cancer, et notamment de cancer du poumon à grandes cellules et de cancer de la prostate hormono-résistant. Les résultats de ces recherches montrent que les patients ayant constaté une grande fatigue juste avant et au début du traitement avaient un pronostic de survie moins élevé de 26 % à 45 % par rapport aux autres patients.

Selon l’Institut National du Cancer, la fatigue, omniprésente chez certains patients, peut provenir de nombreux facteurs :

  • La maladie elle-même ;
  • Le type de cancer et son stade d’évolution ;
  • Une hospitalisation ;
  • Les traitements ;
  • Certains effets secondaires des traitements comme une anémie, un manque d’appétit, des nausées, des vomissements, une infection, de la fièvre ;
  • Une appréhension des examens et des traitements ;
  • Une douleur et son traitement ;
  • Des déplacements (occasionnels ou quotidiens) ;
  • L’attente avant les consultations ;
  • Une perte de poids ;
  • Des troubles du sommeil ;
  • Des soucis occasionnés par la maladie, l’opération, l’angoisse de l’avenir, le stress ;
  • Une dépression ;
  • Des problèmes sociaux (perte d’emploi, déséquilibre familial, etc.) ;
  • Un logement inadapté.

Chimiothérapie : la fatigue responsable de nombreux effets secondaires

L’étude américaine démontre également que chez les patients atteints d’un cancer de la prostate, la fatigue ressentie avant le traitement par chimiothérapie serait responsable de nombreux effets secondaires invalidants.

En effet, des patients fatigués se sont plaints d’effets secondaires gastro-intestinaux et neurologiques tandis que ceux n’ayant pas relaté de problèmes de fatigue ne présentaient pas ce type d’effets secondaires. Une donnée importante pour les scientifiques qui tentent d’améliorer le confort des patients.

Cancer et fatigue : adapter son quotidien

Si la sensation de fatigue est connue de tous, celle ressentie par les patients atteints d’un cancer est beaucoup plus importante. En effet, on parle ici d’asthénie. Pour éviter les nombreux désagréments liés à la fatigue, L’Institut National du Cancer propose des conseils aux patients, comme :

  • Se fixer des priorités journalières et hebdomadaires ;
  • Garder l’énergie pour ce qui tient à cœur ;
  • Faire la part des choses entre ce qui est accessoire et ce qui est nécessaire ;
  • Donner la priorité aux activités qui font plaisir ;
  • Tenir compte de son rythme personnel et des moments de la journée où l’énergie ou la fatigue sont les plus présentes ;
  • Prévoir des moments de repos dans la journée ou dans la semaine ;
  • Anticiper les moments de fatigue et prévoir des moments de repos après ;
  • Déléguer certaines tâches (cuisine, courses, ménage, etc.) à l’entourage ou aux professionnels d’aide à domicile.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore !

Sources

Etude : https://ascopubs.org/doi/figure/10.1200/OP.20.01096

https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Qualite-de-vie/Fatigue/Fatigue-et-cancers

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.