Rajeunir en à peine 60 jours ? Un exploit désormais possible selon une étude publiée au sein du journal Aging. Le Dr Shai Efrati, à l'origine de ces travaux, assure qu'avec sa technique innovante - baptisée l'oxygénothérapie - il serait possible d'allonger les télomères - des structures se trouvant aux extrémités des chromosomes - et ainsi ralentir le processus de vieillissement. Explications.

Ralentir le vieillissement en raccourcissant les "télomères"

Pour arriver à ce défi contre-nature, le professeur Shai Efrati a recruté, avec son équipe, 63 personnes âgées de plus de 65 ans et leur a fait passer des examens IRM .

Il a ensuite traité certains d’entre eux durant 60 jours. Durant ce laps de temps, les participants ont passé deux heures dans une chambre pressurisée cinq fois par semaine, en respirant de l’oxygène pur.

Des échantillons de sang ont ensuite été prélevés au début de l'essai, puis aux 30ᵉ et 60ᵉ séances. 1 à 2 semaines après la dernière séance d'OHB, des prélèvements ont également été effectués. C'est plus précisément la longueur et la sénescence des télomères (des structures qui se trouvent à l'extrémité de chromosomes et dont la longueur diminue avec l'âge, ndlr) qui ont été évaluées.

À la fin de l’essai, les volontaires qui n’ont pas été dans la chambre ont obtenu des résultats d’IRM similaires à ceux du début, et des capacités cognitives similaires.

Mais le Dr Efrati a rapporté une différence significative sur ceux qui ont été traités par oxygénothérapie.

"Chez ces personnes, les examens IRM ont montré que le fonctionnement des tissus du cerveau, dans les zones associées au déclin cognitif, s’était amélioré, et nous avons également constaté une amélioration significative des fonctions cognitives", a-t-il déclaré, en rappelant que le personnel effectuant les évaluations ne savait pas quels patients avaient reçu la thérapie.

Les données de l'essai furent donc sans appel : la longueur des télomères des lymphocytes T auxiliaires, T cytotoxiques et B a augmenté de plus de 20% après le protocole d'oxygénothérapie. Résultat : les télomères des participants seraient maintenant aussi longs que lorsqu’ils avaient 25 ans de moins.

Avec cette technique, "nous pouvons réellement faire reculer l’horloge biologique et améliorer la qualité des cellules sanguines. Cela signifie que nous pouvons commencer à considérer le vieillissement comme une maladie réversible", ajoute avec enthousiasme le Dr Efrati.

Dans un proche avenir, le professeur agrégé de l'Université de Tel Aviv assure qu'un "grand nombre de personnes pourra s'inscrire à cette thérapie".

Celle-ci se présentera sous forme de "séances" dans une chambre sous pression. À l'intérieur, de l'oxygène pur sera diffusé durant un certain laps de temps.

D'autres médecins émettent des réserves face à cette méthode

Bien que ces résultats soient prometteurs - et que la piste des télomères n'est pas nouvelle (en 2018, déjà, une Américaine à la tête d’une start-up de biotechnologie avait fait la une des journaux en se vantant d’être parvenue à rajeunir ses cellules de vingt ans par le biais d’une thérapie génique visant, entre autres… à rallonger ses télomères) - certains médecins émettent des réserves face à ces résultats. Ils craignent notamment que cette technique engendre divers "problèmes de santé".

"Je suis sceptique qu'une "technique" puisse inverser le vieillissement, alors que c'est un processus très complexe engendré par de nombreux facteurs", a déclaré au Times of Israel le Dr Yoram Maaravi.

Selon lui, les télomères jouent certes un rôle important dans le vieillissement, mais ils ne représentent en aucun cas "un facteur unique".

Hillel Aviezer, professeur de psychologie à l’Université hébraïque de Jérusalem, a lui aussi, souhaité nuancer les résultats de ces travaux : "C’est une étude intéressante dont les résultats préliminaires sont prometteurs. Toutefois, il convient de faire preuve de prudence dans l’interprétation des résultats. Plus précisément, le groupe témoin n’a subi aucune intervention alors que le groupe d’oxygénothérapie hyperbare (OHB) a connu un protocole de réunions très intense plusieurs jours par semaine, sur plusieurs mois".

Par ailleurs, peu d'études mettent en avant le lien entre la longueur des télomères et l'horloge biologique.

Enfin, une grande partie des travaux sur ce sujet ont été effectués sur des souris... et non sur des humains.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.