Les produits cosmétiques bio sont, par définition, exempts de chimie lourde, de pesticides, de plomb… Toutes ces choses que l’on aimerait éviter d’infliger à notre corps. Un pesticide ne reste pas en surface de votre peau, il est absorbé par celle-ci. Il peut alors être stocké dans le foie et provoquer, sur le long terme, des changements hormonaux. Les nitrates et les métaux contenus dans certains produits endommagent, quant à eux, les protéines des cellules, ce qui a pour conséquence un ralentissement du métabolisme cellulaire.

Pourquoi choisir un produit cosmétique bio ?

Les cosmétiques bio ont tendance à être moins agressifs pour le derme, car fabriqués généralement à partir d’huiles végétales. Ils n’ont pas ce côté détergent qu’ont les produits classiques. Les ingrédients utilisés renferment davantage de nutriments essentiels pour votre peau : vitamines, antioxydants, oligoéléments, acides aminés, acides gras… Ceux-ci déterminent la qualité de nos protéines et soutiennent les fonctions vitales de la peau, son hydratation et sa protection.

Ces ingrédients sont cultivés de manière biologique et développent ainsi leurs moyens de défense et d’adaptation : leur énergie naturelle est plus importante. Pour être sûre de l'origine biologique d'un produit, la seule mention "bio" sur l'emballage ne suffit pas. Vérifiez la présence d'un label. Parmi eux, le label "Ecocert/ Cosmébio" est le plus reconnu en France.

Pour Nina Roos, dermatologue, il existe plusieurs raisons pour choisir un tel produit. « Tout d’abord, cela représente un choix de consommateur de soutenir une industrie verte, voire plus éthique ou indépendante. Mais aussi le fait de prendre des produits plus sains pour la santé et pour l’environnement. Enfin, c’est un choix d’une plus grande sensorialité des cosmétiques bio ».

Cosmétiques bio : attention aux huiles essentielles

Cela dit, le bio est parfois boudé par le public et les scientifiques, car il a souvent recours à des huiles essentielles. Ces dernières sont, certes, très efficaces, mais elles sont aussi très puissantes.

Les recommandations européennes conseillent d’ailleurs de limiter leur utilisation à 5 % des formules. Certaines peaux sensibles ne supportent pourtant pas ce dosage et se retrouvent irritées. Les huiles essentielles sont connues pour être particulièrement sensibilisantes voire allergisantes. Certaines sont contre-indiquées chez la femme enceinte, d’autres sont photo-sensibilisantes ou incompatibles avec certains traitements médicaux. Méfiance, donc.

Quelques marques ont d’ailleurs peur de ces réactions et réduisent en conséquence leur utilisation à des quantités homéopathiques ce qui n’a, finalement, que très peu d’intérêt.

Vérifiez les conservateurs utilisés

Autre point « gris » de l’utilisation des cosmétiques bio : les conservateurs. Certains d'entre eux sont pointés du doigt pour leur possible action irritante, ou leur rôle perturbateur endocrinien. Plusieurs marques ont choisi de les remplacer par des acides organiques. Ces derniers peuvent parfois être surdosés et faire virer la peau au rouge pendant plusieurs minutes.

La dermatologue ajoute que « les risques d’allergie, possibles avec le bio, le sont avec tous les autres cosmétiques, de même que le risque de photosensibilisation (notamment avec les huiles essentielles d’agrumes). Il faut également prendre en compte le risque irritatif lié aux huiles essentielles, et leur contre-indication chez l’enfant de moins de 6 ans et la femme enceinte ».

Les risques avec le bio sont toutefois minimes

Les produits bio ont, en définitive, peu de risques d’être nocifs pour votre santé. Un choix pour le bio en matière de cosmétique répond à une attente particulière du consommateur. Tout comme le choix d’un produit « classique » répond à une autre attente. Peut-être le bio peut-il être envisagé comme une parenthèse pour faire souffler sa peau et la laisser respirer un temps.

Selon le Dr Nina Roos, « la cosmétique bio n’est pas à opposer à la cosmétique classique, pour moi les deux se complètent. Mais il me parait difficile de passer au tout bio si on a quelques petits soucis de peau ou de cheveux à traiter, car les dermocosmétiques possèdent des actifs traitants difficilement remplaçables en bio ».

La solution ? Faire des compromis. « Par exemple utiliser un produit classique sur le visage, qui ne représente qu’une petite surface de peau, et utiliser un soin hydratant bio pour traiter le corps entier. On peut aussi utiliser un sérum traitant classique, suivi d’une crème ou d’une huile bio. Par ailleurs, le choix du bio en cosmétique doit se faire parallèlement au choix du bio dans l’assiette, sinon ça ne sert à rien ! Nos décisions de consommateur engagé doivent se faire à tous les niveaux si l’on souhaite préserver la planète, pas seulement lors de l’achat de cosmétiques ».

Ne vous sentez plus mal à l'aise lorsque vous portez un masque ! Découvrez le support de masque qui vous simplifie votre quotidien !

Sources

Merci au Dr Nina Roos, dermatologue. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.